Ces écrivains-là sont d'actualités par Noémie Prochasson


Quand des étudiants s’improvisent écrivais, ça donne du bon voir du très bon.


En effet prenez un peu de pelure d’oignon, ajoutez-y de la pomme de discorde, les silences de Minh, une éclipse, démon du jeu, espoir et spire et salaud de Deacon, pauvre Bridget. Et vous obtiendrez un recueil étonnant et détonnant de nouvelles plus sympathiques les unes que les autres. Intriguant n’est-ce pas ?


Depuis 2007, la grande école de la Sorbonne qu’est le CELSA organise un concours annuel qui chaque année distingue 3 textes d’exception choisis parmi plus de 120 manuscrits. Cette année l’enjeu était double, écrire et être publié. Sept étudiantes (eh oui que des plumes féminines) se sont vus offert l’opportunité de voir leur écrit dans un recueil de nouvelles, appelé sobrement « Des nouvelles du CESLA ».Pour mettre en avant ces jeunes auteurs, ce sont les éditions Kyklos qui ont choisi de publier leurs nouvelles.


Se sont donc 7 nouvelles toutes différentes que vous trouverez dans l’ouvrage, mais elles ont tout de même toutes un point commun, la communication. Que ce soit un SDF qui parle à son lapin et qui serait prêt à tout, à une mère post-it, une veuve ou une famille soupe au chou. C’est autant de manières originales et parfois déstabilisantes de dépeindre notre société.


Si je dois avouer avoir eu du mal à entrer dans les 3 premières nouvelles, les suivantes je les ai vite consommées. Certains sujets touchent plus que d’autre vraisemblablement. Cet ouvrage révèle aussi de véritables talents cachés. Il s’agit de nouvelles, les textes sont succincts et bien que ce genre ne soit pas ma tasse de thé, j’ai été totalement plongé dans « Eclipse » et « pomme de discorde ». Une écriture descriptive dans laquelle je me suis reconnue. D’autres auteurs utilisent des formes particulières comme l’écriture MSN, le créole. Mais c’est cette diversité de formes et de mots quifont que le recueil est un ouvrage varié et insolite. Insolite de par les histoires et les personnages. C’est aussi un ouvrage réussi.


Un beau pari pour Kyklos qui encourage les jeunes auteurs, qui j’espère continuerons d’écrire et d’être publié. C’est en tout cas tout le mal que l’on peut leur souhaiter.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau