Jane Eyre, de Charlotte Brontë

Extrait de l'éditeur:

« Je savais à peine ce qu'était une pension. Bessie m'en avait parlé comme d'une maison où les jeunes filles étaient assises sur des bancs de bois, devant une grande table, et où l'on exigeait d'elles de la douceur et de l'exactitude. Si les détails que m'avait donnés Bessie, détails qui lui avaient été fournis par les jeunes filles d'une maison où elle avait servi avant de venir à Gateshead, étaient un peu effrayants, d'un autre côté, je trouvais bien de l'attrait dans les talents acquis par ces mêmes jeunes filles. Bessie me vantait les beaux paysages, les jolies fleurs exécutés par elles ; puis elles savaient chanter des romances, jouer des pièces, traduire des livres français. D'ailleurs, la pension amènerait un complet changement de vie, remplirait une longue journée, m'éloignerait des habitants du château, serait enfin le commencement d'une nouvelle existence. »

 

Chronique de Platinegirl :

Vers l'âge de 14 ans, je me suis intéressée à la littérature classique anglophone. Parmi les titres que j'ai lus à si grande vitesse que j'en ai oublié l'intégralité du contenu figurait "Jane Eyre", un roman de Charlotte Brontë qui m'avait laissé une impression de froideur. J'ai malgré tout eu envie de relire ce livre, dernièrement, afin de me rafraichir la mémoire et, avouons-le, ma lecture fut comme si je découvrais Jane Eyre pour la première fois.

Vu que ce livre édité chez l'Archipoche dans la collection "La Bibliothèque des collectionneurs" ne comporte pas de quatrième de couverture, voici une petite mise en bouche faite maison: Jane Eyre est une petite fille de 10 ans qui a été adoptée contre son gré par la veuve de son oncle, à la suite de la mort de ses parents. On a beau lui répéter, à longueur de journée, qu'elle doit être bonne avec sa bienfaitrice et ses enfants, elle est incapable d'oublier les mauvais traitements physiques et mentaux qu'elle subit en leur compagnie. Elle accepte donc avec joie de partir dans une institution chrétienne loin de ses bourreaux, malgré les privations qu'elle y subira.

Vu comme cela, on comprend mieux pourquoi, pendant mon adolescence, j'ai trouvé ce roman particulièrement froid. Pourtant quelle n'a pas été ma surprise de constater que cette ambiance ne pesait pas sur ma lecture et que les pages se tournaient presque toutes seules!

Il faut dire que le format de cette nouvelle édition de ce best-seller s'y prête: c'est un tout petit livre d'une dizaine de centimètres de haut pour 6-7 cm de large et 4 cm environ d'épaisseur (les 700 pages de ce roman étant super-fines). Une fois qu'on lui ote sa sur-couverture en papier (celle que vous voyez au-dessus de cette chronique), on découvre une couverture rouge-bordeaux en tissu, ce qui donne à ce roman un aspect très... biblique! Cet aspect assez froid est compensé par la tranche des pages qui est carrément dorée, tellement brillante qu'elle peut faire office de miroir! J'adore ce petit détail qui donne un chic fou à ma lecture!

On parcourt la vie de Jane Eyre, dans ce roman, à la première personne, ce qui rend sa lecture très personnelle. J'ai beaucoup aimé cette histoire, qui retransmet bien l'atmosphère de l'époque et les pensées et actes de notre héroïne. Elle n'a rien d'une petite fille parfaite, mais on se plait à découvrir son univers à travers ses yeux, yeux qui sont finalement assez en avance sur leur temps vu ses prédispositions à la rébellion justifiée et raisonnée. Je ne vous en dirais pas plus, si ce n'est que j'ai adoré cette narration pleine de vie, malgré quelques phrases longues dignes du XIXème siècle de son auteure. J'ai notamment apprécié quelques apartés très modernes, du type "je passerais donc huit années sous silence".

Comment conclure autrement qu'en disant que c'est un classique accessible à tous, qui distraira agréablement tous ses lecteurs et que je ne peux que vous conseiller de vous changer les idées avec un tel roman? Allez-y, vous m'en direz des nouvelles!

 

Jane Eyre

Charlotte Brontë

Editions Archipel (Archipoche - La bibliothèque du collectionneur)

14 euros

731 pages.

 

Commentaires (2)

Echos de mots
  • 1. Echos de mots | 30/11/2014
juste un petit mot hors commentaire pour signaler qu'on a pas accès aux chroniques sur les bouquins de Jane Austen (alias la femme de ma vie.)
Anne-So Echos de mots
  • 2. Anne-So Echos de mots (site web) | 30/11/2014
Super livre. Révoltant par moment, attendrissant souvent et puis déprimant aussi. Je veux dire cette fin.... Je ne voulais tellement PAS qu'ils finissent ensemble. On a l'impression que c'est "je t'aime car plus personne ne m'aimera car je suis handicapé maintenant". Sérieux Jane, laisse le en plan ce type est un con! (pardon mais hein, c'est vrai^^)

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 18/11/2015