Contre l'avis des médecins, de James Patterson & Hal Friedman

contre-l-avis-des-medecins.gif

Quatrième de couverture

Cory Friedman a cinq ans lorsque le verdict tombe. Sans appel. Le garçonnet est atteint du syndrome de Gilles de la Tourette, une maladie neurologique rare.

Son comportement agressif, ses troubles obsessionnels, ses moments de dépression et ses fréquentes crises d’angoisse ou de rage s’expliquent soudain.

Cependant, ses proches ne se résolvent pas à le laisser souffrir. Ensemble, ils décident de se battre. Un combat d’autant plus long et difficile que la plupart des spécialistes consultés ne prédisent pas d’issue heureuse.

Une histoire bouleversante, qui peut redonner espoir à des milliers de parents …

 

Chronique d’Ailayah

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions L’Archipel pour m’avoir permise de découvrir ce récit de vie bouleversant.

Il est très difficile pour moi de chroniquer ce genre de livre sachant que c’est une histoire vraie, écrite par James Patterson et Hal Friedman, le père de Cory, personnage principal de ce roman biographique. Je vais tenter malgré tout de faire mon possible pour vous dire ce que j’en ai pensé, sachant que je parlerai plus de mon ressenti que de l’histoire elle-même, bien que les deux soient étroitement liés.

Je ne suis pas vraiment fan des biographies, mais en choisissant ce roman, je savais, connaissant James Patterson, que je n’aurai pas affaire à une biographie ordinaire. De fait, James Patterson et Hal Friedman ont choisi d’écrire ce roman à la première personne, en se mettant dans la tête de Cory et racontant les faits de son point de vue. Ce choix fort judicieux d’après moi nous entraine dans une histoire qu’on ne peut plus décrocher un seul instant. On est complètement happé par les sentiments de Cory, des sentiments qu’on ne peut totalement comprendre mais qui nous touchent au plus haut point.

Peut-être certains seront attirés par ce roman uniquement en voyant les mots « Gilles de la Tourette ». Mais ce qui m’a vraiment touché dans ce roman, et vraiment chapeau bas aux auteurs pour cela, c’est le respect total avec lequel est traitée cette maladie. Pas un seul gros-mot n’est cité sur les 252 pages du récit. A aucun moment. Et d’ailleurs, je dois vous avouer que ce roman m’a vraiment fait découvrir cette maladie, que finalement je ne connaissais pas du tout. En fait, ce roman n’est absolument pas là pour montrer un malade atteint du Syndrome de Gilles de la Tourette, il est là pour nous faire comprendre le combat qui s’est fait pendant 16 ans dans la tête de cet enfant, ce jeune homme, et au sein même de sa famille.

C’est ce que j’espérais de ce roman, et c’est en réussissant cela avec le plus grand respect, la plus grand justesse et je dirai même une certaine sagesse, que les auteurs ont fait de ce roman un véritable coup de cœur pour moi. Je suis en totale admiration devant Cory et sa famille. Leur courage, leur force et leur volonté. C’est cela qui leur a permis d’arriver où ils sont aujourd’hui, et les voir traverser chacune des épreuves que cette maladie les a fait endurer, et les surmonter en restant toujours unis, pour moi c’est une vraie claque et un espoir immense. A côté de cette histoire on se sent vraiment tout petit et on a envie de regarder la vie sous un jour nouveau. On a envie de s’ouvrir, de montrer même un quart du courage que Cory nous révèle dans ce récit.

Ce n’est pas un remède miracle à la maladie que nous dévoile ce roman, et c’est d’ailleurs ce que j’espérais. Ce livre ne vous apprendra pas quel médicament peut guérir le Syndrome Gilles de la Tourette, loin de là. Mais ce qu’il nous apporte, c’est un espoir et une force, et pour moi, vous ne pourrez jamais remplacer cela par quelque médicament que ce soit. Je ne rejette pas la médecine, et ce roman non plus, mais parfois on oublie que les médicaments ne sont pas des remèdes miracles et que le problème est parfois plus profond pour être traité en surface. Et c’est pour moi, ce que ce roman met en avant. Finalement, les auteurs ont réussi à faire de ce roman ce que voulait Cory lui-même, qu’il ne soit publié que s’il peut aider d’autres personnes qui souffrent ainsi. Pour moi, c’est vraiment une belle réussite de ce côté, et je ne doute pas qu’il le fera, et qu’il a sûrement déjà fait à beaucoup de personnes.

Pour finir, je rajouterai encore un plus à ce roman. J’ai beaucoup aimé les petits mots de Hal Friedman et de Cory à la fin du roman. Ca nous rappelle une fois de plus la réalité de ce récit, et c’est vraiment plaisant d’avoir le héros (car pour moi c’est un vrai héros) de cette histoire nous parler directement. C’est un livre à ne pas manquer, et je ne peux que vous inviter à le lire car je me suis prise une claque en le lisant, mais c’est une claque qui fait du bien.

 

Contre l’avis des médecins

James Patterson & Hal Friedman

L’archipel

252 pages

6,50€

 

 

Ailayah

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/05/2012