Fermeture éclair, de Carl Aderhold

 fermeture-eclair.jpg

Quatrième de couverture

« Il est des hommes que la beauté des femmes électrise, réveillant en eux l'instinct de possession, d'autres, dépourvus de toute imagination, chez qui elle ne produit qu'une brève oscillation parmi le flux des informations gérées par leur cerveau, et d'autres enfin que ce spectacle tétanise. Ainsi était Laurent. » Laurent, ouvrier depuis plus de vingt ans dans une usine de pots catalytiques, la Contilis, est brutalement licencié pour cause de délocalisation en République tchèque. A la suite d'une séquestration mouvementée de son patron, il se retrouve seul : sa femme, l'unique amour de sa vie, est partie en emmenant leur fils. Laurent semble alors condamné aux stages inutiles et au chômage longue durée, jusqu'au jour où le Conseil régional lui propose de disputer avec ses anciens collègues la Coupe du monde de football des sans-emplois. Portrait d'une revanche sur la vie, Fermeture éclair dépeint avec humanité et finesse la fin du monde ouvrier, ses conséquences sociales, mais aussi ses espoirs.

 

Chronique de Yukarie

Depuis ma dernière grosse déception chez JC Lattes il y a quelques semaines, je suis restée sceptique dans mes futures lectures chez eux. Cependant ce nouveau livre pour le moins original et touchant nous a réconciliés.

Laurent est employé depuis une vingtaine d'année à la Contilis, grande usine de Normandie, près d’Alençon. Comme beaucoup de sites, cette dernière va être délocalisée en République Tchèque, l'un des nombreux pays d'Europe de l'Est où la main d’œuvre y est moins chère. Pour Laurent, d'habitude plutôt discret et professionnel, c’en est trop ! A 50 ans passés, il n'est pas question de se retrouver tel un rejet de la société. Il décide donc avec quelques collègues de séquestrer son patron afin d'obtenir des compensations. Cet événement provoquant les médias, Laurent devient très vite, que ce soit dans les journaux et à la télévision, la figure de l'ouvrier révolté ce qui déplait fortement à sa femme, Sylvie qui décide de quitter leur domicile avec leur fils, Maxime. Quand il rentre chez lui, autant dire que la pilule est dure à avaler. Cependant, ce qu'il n’avait pas prévu, c'est que le conseil Régional décide de réunir ces ex-employés de la Contilis et de les faire participer à la coupe du monde des chômeurs !!... Et devinez qui remettra la coupe: ... leur ancien patron !

Quand j'ai lu pour la première fois la quatrième de couverture de ce livre, je ne savais pas réellement à quoi m'attendre. Je ne lis que très rarement des romans sociaux mais cette idée de combiner travail et sport d'équipe dans une période économique en déclin m'a paru très intéressante. 

Carl Aderhold nous livre une histoire prenante, agréable, voire même drôle pour ses situations parfois rocambolesques, mais c'est cette extravagance qui fait de ce livre un roman originale malgré un sujet d'actualité difficile. En effet, la crise économique est de nos jours partout et il n'est plus rare de voir un grand nombre de sites fermés laissant chaque jours des employés sans emplois mais surtout en difficultés qu’elles soient morales, familiales, sociales ou économiques. 

L'histoire se déroulant dans mon département natal, je ne pouvais qu'être touchée par cette histoire qui correspond à la réalité de la situation actuelle. Du moins concernant le début du roman car si le football et une coupe du monde deviennent le moyen de redonner l'espoir, l'enchaînement et le déclenchement de certains événements ne se prêtent pas à la réalité. Mais comment ne pas passer outre quand on comprend que ces incohérences ne sont là que pour redonner l'estime perdue de tant de personnes ? Étant parmi ces personnes il y a encore quelques semaines, ce roman était pour moi une petite bouffée d'air frais et une motivation supplémentaire malgré son côté un peu fantaisiste.

Les personnages ne sont par contre pas plus attachants que ça et j'avoue m'être un peu perdue. Il m'a fallu réfléchir plusieurs fois avant de me rappeler quel était le poste de telle ou telle personne dans l'usine et à qui l'associer dans l'équipe. Seule la relation entre Laurent et sa famille m'a réellement émue : cet amour qu'il existe entre lui et sa femme pour lequel il se battra comme un lion et cette complicité avec son fils. 

L'écriture de son côté est assez fluide et légère. Le vocabulaire est accessible à tous malgré le sujet, là où j'avais peur de retrouver des termes économiques compliqués se trouvait en réalité une fluidité et une compréhension d'expression aisée.

J'ai passé un agréable moment en compagnie de Laurent et de ses acolytes qui m'ont un peu fait penser au héros du film "The Full Monty" sorti fin des années 90. Malgré ses défauts, je ne retiendrai que les bons côtés de cette histoire qui nous fait rire mais aussi réfléchir sur la société actuelle.

En bref : Un sujet sérieux combiné à une dose de dénonciation économique et de l'humour? Que vous faut-il de plus pour vous convaincre de lire ce livre ?

 

Fermeture éclair

Carl Aderhold

JC Lattès

Contemporain

331 pages

18,50€

 

Yukarie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 07/06/2013