La femme au miroir, de Eric Emmanuel Schmitt

 

 

Quatrième de couverture :

Anne vit à Bruges au temps de la Renaissance, Hanna dans la Vienne impériale du début du siècle, Anny Lee à Los Angeles de nos jours. Trois destins, trois aventures singulières, trois femmes infiniment proches tant elles se ressemblent par leur sentiment de différence et leur volonté d'échapper à l'image d'elles-mêmes que leur tend le miroir de leur époque. Tout les éloigne de ce que la société, leur entourage, les hommes ont décidé à leur place. Anne la Flamande ressent des élans mystiques qui l'entraînent vers le béguinage. Hanna, une des premières patientes d'un disciple de Sigmund Freud, enfreint tous les codes familiaux et moraux de son temps. Anny, dont le talent annonce une fulgurante carrière d'actrice, pourrait se révolter contre le modèle hollywoodien. Egalement insoumises et rebelles, laquelle trouvera, et au prix de quels combats, sa vérité et sa liberté ? Or, de manière inattendue et par une suite de hasards objectifs ménagés par l'auteur avec une habileté extrême, ces femmes vont devenir, par delà le temps, les héroïnes d'un seul et même roman.

 

Chronique de Sybille :

Je tiens à remercier les éditions Albin Michel pour m'avoir permis de découvrir ce livre. ce qui m'a tout de suite attirée, c'est la quatrième de couverture, qui me plaisait drôlement : des destins croisés, des vies au temps de la Renaissance...bref, ce livre avait tout pour me plaire ! Mais malheureusement, je suis assez déçue par ce roman.

Je n'ai pas réussi à accrocher à l'histoire, ou plutôt aux différentes histoires. La vie de Anne me paraissait vide, sans importance et les péripéties qui lui arrive, sont selon moi, tirés par les cheveux. Cette vie programmée pour le couvent ne m'a pas du tout convaincue. La vie de Hanna est celle qui m'a le plus intéressé car elle entre dans ce qu'on peut appelé "la normalité", elle se pose des questions simples : "est ce que je pourrais avoir un enfant ?" "est ce que Franz m'aime ?" etc. Pour finir, la vie de Anny est totalement décousue...elle ne jure que par le sexe et les drogues, ce qui en soit est assez énervant !

Il faut donc l'avouer, je n'ai pas été totalement convaincue par l'histoire...Ceci dit, il y a tout de même quelques point positifs par rapport à cette lecture : En effet, je trouve que c'est un roman profond, qui met en avant les questions existentielles de la vie et les choix que l'on fait. Elles se demandent quelle utilité ont-elles sur terre et tout le roman tourne autour de cette réflexion...Ce roman nous pousse en quelque sorte, à nous intéresser à notre propre vie et à nos propres choix.

Ce roman ne me laissera pas un souvenir impérissable parce que j'ai eu tout simplement du mal à m'identifier aux personnages et à leurs différentes vies, mais je pense qu'il peut être un véritable chef d'oeuvre pour une personne qui pourra s'identifier aux personnages et qui a besoin de trouver des réponses. Ce genre de roman pourrait même être qualifié de philosophique.

Il faut avouer que Eric Emmanuel Schmitt est très doué pour écrire ce genre de récit, puisque j'avais adoré Oscar et la Dame rose et j'ai trouvé qu'il nous amenait à nous remettre un peu en question et à réfléchir sur notre vie. En bref, je suis persuadée que ce dernier roman ravira tous les fans de Eric Emmanuel Schmitt...

La femme au miroir

de Eric Emmanuel Schmitt

éditions Albin Michel

455 pages

22 euros

 

 

Sybille

Commentaires (1)

MFG
  • 1. MFG | 26/08/2011


Le dernier roman d’Éric-Emmanuel Schmitt est sans conteste une œuvre d’une grande envergure et c'est sans doute la meilleure surprise de la rentrée littéraire.

Chapitre après chapitre, Éric-Emmanuel Schmitt promène le lecteur d’un siècle à l’autre et d’une histoire à l’autre. À la manière d’un excellent feuilletoniste, il relance ainsi sans cesse l’attention et la curiosité de son lecteur qui ne peut s’empêcher petit à petit de croiser ces trois destins. Et de s’interroger sur ce qui les unit…

Conteur né, Éric-Emmanuel Schmitt choisit la narration pour illustrer une fresque nettement plus large qu’une simple – même si bonne – histoire.

C’est, en effet, un certain combat féminin qu’il met ainsi en lumière à travers quelques figures, imaginaires sans doute, mais très attachantes.

MFG

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/05/2012