La Poupée, de Daphné du Maurier

La poupée, de Daphné du Maurier

Quatrième de couverture

« L’idée me plaît, bien qu’elle soit assez extravagante et folle. » Dans ses carnets, Daphné du Maurier évoque ainsi l’une de ses premières nouvelles, La Poupée. Publié dans une revue mais refusé par les éditeurs, le texte avait disparu jusqu’à ce qu’une libraire de Cornouailles, passionnée par la romancière anglaise, ne le retrouve avec d’autres récits de jeunesse, dont cinq totalement inédits.

Une extraordinaire découverte, car ces nouvelles, écrites alors que l’auteur avait à peine vingt ans, donnent les clefs de ses grands romans. Et quelles clefs ! Qu’elle mette en scène la perversité d’une jeune femme aux mœurs mystérieuses, campe le portrait d’un pasteur corrompu et mondain, radiographie le délitement d’un couple, ou s’attache à suivre les déambulations d’une prostituée londonienne, l’auteur de Rebecca manifeste, à travers un imaginaire très singulier, une curieuse attirance pour les obscures manifestations de l’inconscient…

Ces inquiétants récits révèlent une jeune femme très en avance sur son temps, critique de l’hypocrisie sociale, avec cette maîtrise du suspense et de la narration qui feront d’elle, en précurseur du thriller psychologique, l’inspiratrice d’Hitchcock et, tout simplement, une des plus brillantes romancières du XXe siècle.

 

Chronique d’Ailayah

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Albin Michel pour m’avoir permise de découvrir une part de l’œuvre de Daphné du Maurier.

Je dois avouer que cela fait longtemps que je veux découvrir l’œuvre de Daphné du Maurier, auteur si reconnue. Et quand j’en ai eu l’opportunité à travers ce recueil de nouvelles dont certaines sont inédites, j’ai sauté sur l’occasion. Et je n’en suis absolument pas déçue. Ce recueil est vraiment un petit bijou, et j’ai également adoré les notes sur les différentes nouvelles, qui sont présentes à la fin et qui nous expliquent un peu dans quel contexte ont été écrites les nouvelles.

Certaines nouvelles m’ont surprise par la violence émotionnelle qu’elles dégagent. Certaines sont vraiment sombres et désespérées et savoir que Daphné du Maurier les a écrites à 16 ou 17 ans est un peu terrifiant. Mais quel talent. L’auteur a vraiment le don de raconter des histoires en y mettant sa touche personnelle et torturée.

Ce que j’ai également beaucoup apprécié dans ce recueil c’est la diversité qu’il dégage. Aucune nouvelle ne ressemble à l’autre, dans l’une on découvre la perversité et la violence de l’âme humaine, dans un autre on traverse les rues de Londres en discutant avec une prostituée, dans une autre encore on s’infiltre dans la correspondance par lettres, missives entre deux amants, découvrant les différentes étapes amoureuses, de la passion à la déception.

Ce qui rassemble cependant toutes les nouvelles est à la fois la superbe écriture de l’auteur et cette façon qu’elle a de s’infiltrer dans l’esprit humain pour y découvrir toute sa complexité. A travers ce recueil, on découvre ainsi toutes les différentes facettes de la complexité humaine. Une vision aussi pointue et profonde m’a vraiment étonnée de la part d’une si jeune auteur.

N’ayant rien lu de l’auteur avant ce recueil, je ne peux vous dire s’il complète bien le reste de son œuvre, mais ce que je peux vous dire c’est qu’il m’a vraiment donné envie d’en découvrir davantage. Je ne peux donc que vous conseiller ce recueil de nouvelles qui ne vous décevra pas.

 

La Poupée

Daphné du Maurier

Albin Michel

256 pages

18,50€

 

Ailayah

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau