La vie très privée de Mr Sim, de Jonathan Coe

la-vie-tres-privee-de-mr-sim.jpegQuatrième de couverture :

Maxwell Sim est un loser de quarante-huit ans. Voué à l'échec dès sa naissance (qui ne fut pas désirée), poursuivi par l'échec à l'âge adulte (sa femme le quitte, sa fille rit doucement de lui), il s'accepte tel qu'il est et trouve même certaine satisfaction à son état. Mais voilà qu'une proposition inattendue lui fait traverser l'Angleterre au volant d'une Toyota hybride, nantie d'un GPS à la voix bouleversante dont, à force de solitude, il va tomber amoureux. Son équipée de commis-voyageur, représentant en brosses à dents dernier cri, le ramène parmi les paysages et les visages de son enfance, notamment auprès de son père sur lequel il fait d'étranges découvertes : le roman est aussi un jeu de piste relancé par la réapparition de lettres, journaux, manuscrits qui introduisent autant d'éléments nouveaux à verser au dossier du passé. Et toujours Max pense à la femme chinoise et à sa fille, aperçues dans un restaurant en Australie, dont l'entente et le bonheur d'être ensemble l'ont tant fasciné. Va-t-il les retrouver? Et pour quelle nouvelle aventure?

 

Chronique de Sybille :

Avant toute chose, j'aimerais la maison d'édition Folio qui m'a permis de lire ce livre. J'avais très envie de découvrir Jonathan Coe et c'est chose faite grâce à ce livre. Il faut dire que j'avais beaucoup entendu parler de cet auteur de façon positive.

Je suis ravie d'avoir lu ce livre, car la plume de l'auteur m'a beaucoup plu. Il écrit avec sincérité mais aussi avec une touche d'humour, de dérision. C'est un style d'écriture assez particulier, mais très frais, qui apporte une véritable emprunte au roman.

L'histoire en soit, est assez simple : Maxwell Sim a tout échoué, sa vie professionnelle, son mariage, ses relations amicales, ses relations familiales et aujourd'hui, il se retrouve seul. Sa solitude m'a beaucoup touché, ça le pousse à faire des choses assez incongrues au début du roman comme embrasser Poppy une jeune femme de vingt ans de moins que lui...Ceci dit, ce n'est pas le personnage en tant que tel qui m'a touché, le personnage m'a fait ressentir une sorte de pitié.

Au début du roman, il revient d'un long voyage en Australie où il était partie retrouver son père, avec qui les relations sont assez tendues. Finalement, le voyage fut un échec et à son retour, un de ces amis lui propose alors une occasion en or : partir faire la promotion d'une nouvelle gamme de brosse à dent dans un coin assez reculé avec une toyota noire fournie par l'entreprise. S'il s'en tire bien, il pourra alors être engagé dans l'entreprise. On suit donc Maxwell Sim dans son voyage professionnel dans lequel il en profite pour se comprendre, comprendre sa vie et s'accepter tel qu'il est.

 

L'auteur décrit l'histoire de façon exemplaire. Finalement, même si elle apparaît banal au début, elle prend une tournure assez particulière et devient une histoire farfelue. Cependant, même si je n'ai pas grand chose à reprocher à ce roman, je dois dire qu'il n'a pas été un coup de coeur, tout simplement, parce que l'histoire n'était pas faite pour moi. Ce n'est pas forcément le genre d'histoire qui m'attire à la base.Puis, je suis tout le contraire d'un homme de 50 ans totalement isolé et dépressif donc, ça a été assez difficile pour moi de m'identifier au personnage, ou juste de l'apprécier et de comprendre ses motivations.

Je n'ai pas de point de comparaison avec les autres romans écrits par Jonathan Coe, mais je pense qu'il plaira aux fans, et qu'il peut plaire si on aime les histoires de ce style. C'est un roman qui a énormément de points positifs, qui ne m'a pas vraiment déçue en tant que tel : il n'est juste pas fait pour moi. Espérons qu'il aura plus de chance avec vous...

La vie privée de Maxwell Sim,

de Jonathan Coe

folio

8 euros 10

464 pages

 

Sybille

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/05/2012