Le ravissement de Britney Spears, de Jean Rolin

le-ravissement-de-britney.jpgQuatrième de couverture :

Faut-il prendre au sérieux les menaces d'enlèvement qu'un groupuscule islamiste fait peser sur Britney Spears ? Les services français (les meilleurs du monde) pensent que oui. Certes, l'agent qu'ils enverront à Los Angeles pour suivre cette affaire présente quelques handicaps - il ne sait pas conduire, fume dans les lieux publics, ignore presque tout du show-business et manifeste une tendance à la mélancolie -, mais il fera de son mieux pour les surmonter, consultant sans se lasser les sites spécialisés, s'accointant avec des paparazzis, fréquentant les boutiques de Rodeo Drive ou les bars de Sunset Boulevard, jusqu'à devenir à son tour un spécialiste incontesté tant de Britney elle-même que des transports en commun de Los Angeles. II n'en échouera pas moins dans sa mission, et c'est de son exil au Tadjikistan, près de la frontière chinoise, qu'il nous adresse ce récit désabusé de ses mésaventures en Californie

Chronique de Sybille :

Je remercie les éditions Folio pour m'avoir permis de découvrir ce livre. C'est le titre un peu farfelu qui m'a donné envie de lire ce livre. Je dois avouer que je n'ai pas pu résister à un titre si attrayant, qui donne tout de suite envie d'en savoir plus. Malheureusement, mon envie d'en savoir plus n'a pas été comblée comme je l'aurais voulu. Autant le dire dès le départ, je n'ai pas apprécié ce livre.

L'histoire est pourtant bien trouvée : un agent a pour mission de surveiller aussi discrètement que possible, Britney Spears, depuis que des menaces terroristes à son encontre ont été dévoilé. Cet agent est un peu particulier, car il ne s'est pas vraiment se tenir dans cette société étrange, qu'est celle du show-business. La trame est donc intéressante et bien construite, mais malheureusement, cela n'a pas suffi à me faire adhérer au roman.

Malgré cette trame bien construite, j'ai trouvé que l'histoire était banale. En soi, l'idée est complètement excentrique, mais l'auteur s'est arrêté net et on a l'impression d'être face à un roman dont l'originalité est inaboutie. Finalement, pour moi, ce n'est ni plus, ni moins qu'une description détaillée de Los Angeles que nous dresse l'auteur et j'ai trouvé qu'il en oubliait totalement m'excentricité de son roman. Je trouve cela vraiment dommage, car quite à écrire un roman qu'on pourrait qualifier de "farfelu", autant le faire jusqu'au bout.

D'autant que j'ai retrouvé cette impression d'inachevé avec le personnage principal. La quatrième de couverture nous le présente comme quelqu'un d'étrange, d'excentrique. Même si bien évidemment, on retrouve une part de particularité chez cet agent, je pense que l'auteur aurait pu aller plus loin et jouer la carte de l'originalité du début à la fin du roman, en y incluant le caractère si spécial de ce personnage. C'est pour cette raison que j'ai trouvé qu'il n'avait pas de réelle identité : il ne m'a pas touché, ne m'a pas ému. Je l'ai trouvé quelconque. Et lorsque je n'arrive pas à m'attacher au personnage pour une raison ou une autre, en règle générale, je n'arrive pas à m'imprégner correctement de l'histoire. C'est ce qu'on appelle un "rendez-vous manqué".

C'est vraiment dommage, parce que cette histoire a du potentiel mais je l'ai trouvé mal exploitée, ou plutôt, pas exploitée comme je l'aurais souhaité. Cependant, il faut le reconnaître : l'auteur est très doué dans les descriptions. Je pense sincèrement que son écriture m'aurait plu dans un autre contexte, dans une autre histoire.

Le ravissement de Britney Spears plaira sans doute pour ses nombreuses descriptions de Los Angeles ou ses détails sur la vie de Britney Spears mais pour ma part, je l'ai trouvé inabouti.

Le ravissement de Britney Spears

Jean Rolin

édition Folio

272 pages

6,50 euros

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 28/03/2013