Le sari rose, de Javier Moro

 

 

le-sari-rose-2.jpg

 

 

Quatrième de couverture :

1965 : rien ne prédisposait Sonia Maino, une étudiante italienne d'origine modeste à rencontrer Rajiv, petit-fils de Nehru et fils d'Indira Gandhi. Mais lorsque Christian von Stieglitz, leur ami commun, les présente à Cambridge, Sonia tombe aussitôt sous le charme de cet étudiant presque ordinaire, dont le seul rêve est de devenir pilote.

Trois ans plus tard, malgré les réticences de son père, Sonia épouse Rajiv à New Delhi.Elle revêt pour l'occasion le sari rose tissé par Nehru en prison, celui-là même qu'avait porté Indira lors de son propre mariage.

Le symbole est fort : par cette alliance, Sonia choisit d'unir son destin à celui d'une nation, qui, pour l'heure, lui est étrangère. Plus de vingt ans après, la mort tragique de Rajiv, en 1991, ne pourra défaire les liens qui se sont tissés entre Sonia et le peuple indien.

Chronique de Sybille :

Je ne raffole pas des biographies habituellement mais là, je dois avouer, que je suis agréablement surprise. J'ai appris énormément de choses sur cette famille indienne et sur son parcours hors du commun, cela a pris le dessus sur l'épaisseur du livre, qui me faisait peur au début.

En effet, le style de l'auteur est très fluide et le roman se lit très vite, les évênements sont cités dans l'ordre chronologique, donc on veut absolument connaître la suite, surtout que je n'y connaissais vraiment rien, en ce qui concerne l'histoire de l'Inde. Il fait l'impasse sur des évènements sans grande importance mais appuie sur ceux qui apparaissent comme fondamentaux.

En décrivant les crises politiques comme il le fait, il nous dresse le portrait des membres de cette famille pré destinée à une carrière monumentale. On y découvre alors le caractère de Sonia, mais aussi celui de son mari, de son beau père et de sa belle soeur, de Indira Gandhi....Je me suis donc pris au jeu de l'auteur et j'ai réussi à me mettre à la place de Sonia et de mieux comprendre son aversion pour la politique. Cependant, étant donné que les autres personnes qui entourent Sonia comme Indira ou Rajiv, sont très bien décrits,je pensais que l'auteur s'attarderait plus sur Rahul ou Priyanka, les enfants de Sonia et de Rajiv.

J'ai beaucoup aimé la description de la période de l'Emergency, et je n'ai pas pu m'empêcher d'avoir du dégoût pour Sanjay alors qu'avec du recul, on se rend compte qu'il a simplement perdu la tête face à autant de pouvoir. J'ai aussi apprécié cette période parce qu'on y voit la véritable nature de Maneka et les faiblesses de Indira.

J'ai donc très envie de découvrir l'histoire de l'Inde avant l'indépendance et je pense que je vais le faire avec " Une passion indienne" du même auteur.

Le Sari Rose,

de Javier Moro

Édition Points

764 pages

8, 50 euros

 

Sybille


Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 24/05/2012