Les Dix enfants que Madame Ming n'a jamais eus, de Eric-Emmanuel Schmitt

ming.jpg

Quatrième de couverture

Madame Ming aime parler de ses dix enfants vivant dans divers lieux de l'immense Chine. Fabule-t-elle, au pays de l'enfant unique ? A-t-elle contourné la loi ? Aurait-elle sombré dans une folie douce ? Et si cette progéniture n'était pas imaginaire ?
L'incroyable secret de Madame Ming rejoint celui de la Chine d'hier et d'aujourd'hui, éclairé par la sagesse immémoriale de Confucius.
Dans la veine d'Oscar et la dame rose, de Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran ou de L'Enfant de Noé, Les dix enfants que Mme Ming n'a pas eus est le sixième récit du Cycle de l'invisible.

Chronique de Garlon

Parlons cette fois du petit dernier d’un auteur que j’adore lire : Eric-Emmanuel Schmitt.

Un commercant français se retrouve en Chine afin de négocier. Durant les négociations, il rencontre une Madame Pipi, du nom de Madame Ming, avec laquelle il va rapidement se lier d’amitié.
La femme lui parle alors de ses 10 enfants... alors que nous nous trouvons dans un pays n’autorisant qu’un seul enfant.
Notre commercant sent alors le mensonge de Madame Ming, mais, petit à petit, il en vient à se demander si la femme ne dirait pas la vérité.
Madame Ming a-t-elle vraiment 10 enfants, ou est-elle en plein délire ?

Comme toujours avec Eric-Emmanuel Schmitt, ce livre est vraiment fort chargé d’émotions.

Nous avons ici un ouvrage qui fait partie de ce que l’auteur appelle le Cycle de l’Invisible, et qui a pour but de faire découvrir, à travers de courts récits, des histoires sur les différentes cultures et religions de notre monde.
Cela permet de découvrir un peu plus la culture d’autres pays, d’aller à la rencontre d’autres religions. Dans ce cas-ci, nous allons à la rencontre de la culture chinoise, et je peux vous dire qu’on en apprend beaucoup sur leur façon de penser ! C’est vraiment très intéressant.
Ce court livre, bien que parlant d’une histoire qui a l’air banale à première vue, captivera le lecteur et le fera passer par un grand nombre d’émotions.

Concernant le style de l’auteur, comme toujours avec Eric-Emmanuel Schmitt, je l’ai trouvé irréprochable. Très fraiche, passionnante, captivante, l’écriture de l’auteur est vraiment très fluide et agréable à lire, et cela permet au lecteur d’être encore plus plongé dans le récit, captivé par ce que se disent les personnages.
De plus, de très nombreuses phrases sont chargées d’un grand sens moral et philosophique, ce qui accentue l’intérêt du livre. Personnellement, j’ai pris note de certaines, que j’ai trouvé particulièrement bien tournées. Et en plus des phrases de l'auteur, de très nombreuses citations de Confucius sont également présentent et parfaitement adaptées au récit.

Au niveau des personnages, le lecteur ne pourra qu’être attendri par le commercant en mal de famille, qui a décidé de ne pas se fixer, de ne pas avoir d’enfants. Et nous avons tout le contraire avec Madame Ming, qui parle de ses 10 enfants, du bonheur qu’ils lui ont apportés. Elle aussi attendrira très fort le lecteur, et ce dernier aura plus d’une fois les larmes aux yeux en lisant certains passages particulièrement chargés d’émotions.

En bref, nous avons ici du grand Eric-Emmanuel Schmitt, qui arrive à nous faire découvrir toute une culture avec un petit récit, qui a l’air banal à première vue, mais qui est chargé d’une grande émotion et de nombreuses phrases à grande consonance morale ou philosophique, accentuant encore plus l’intérêt pour l’histoire.

Un livre à découvrir à tout prix !
Pour ma part, je vais me jeter sur les autres livres du cycle de l’invisible !


Les Dix enfants que Madame Ming n'a jamais eus

Eric-Emmanuel Schmitt

Albin Michel

126 pages

12 €


Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 05/04/2012