Les nuits de Karachi, de Maha Khan Phillips

karachi.jpgQuatrième de couverture :

Diplômée d’Oxford, la riche, belle et brillante Amynah Farooqui tient une rubrique people dans un quotidien de Karachi où, sous couvert d’anonymat, elle multiplie les ragots sur la jet set pakistanaise. Avec ses amies d’enfance Mumtaz (fille d’un baron de la drogue) et Henna (fille unique d’un politicien qui lui a imposé un mariage de raison), Amynah symbolise mieux que personne cette élite parfaitement indifférente à la réalité d’un pays dont la population est tout à la fois pauvre, ignorante, et attirée par
l’intégrisme religieux. Mais quand les trois amies décident de réaliser un documentaire sur la violence faite aux femmes, le film échappe bientôt à leur contrôle et leurs vies partent en vrille.

Chronique de Sybille :

Avant toute chose, merci à Albin Michel pour l'envoi de ce livre qui me faisait de l'oeil.Cette lecture m'a vraiment plu et m'a beaucoup bouleversé. Je ne connais que trop peu le Pakistan et ça m'a permis de découvrir des éléments que je ne connaissais pas.

L'histoire est vraiment étonnante, parce qu'on découvre l'autre facette du Pakistan, celle que l'on cache très souvent parce qu'elle ne représente qu'une minorité, minorité qui pourtant, existe bel et bien. On entre donc dans l'univers d'Amynah, cette jeune femme privilégiée tenant une rubrique people dans un journal de Karachi. On se croirait vraiment aux Etats Unis ou dans une ville bien européanisée lorsqu'on découvre son quotidien : sexe, drogue, argent, villa...Cependant, de l'autre côté, à travers la vie de ces deux amies d'enfance Mumtaz et Henna, on découvre également l'autre facette de Karachi : la misère, la condition des femmes, la religion...Ce que l'auteure nous fait découvrir dans ce roman, c'est la rencontre détonante entre les deux mondes.

Ce livre est traité avec beaucoup de cynisme, ce qui est vraiment appréciable. Il n'y a pas vraiment de leçon de morale de la part de l'auteur, il y a juste une vérité mise en avant : l'existence d'une jeunesse dorée à Karachi qui se rendra compte à son dépend, qu'elle ne peut pas faire ce qu'elle veut sans se brûler les ailes. J'ai beaucoup apprécié ce roman parce qu'il est très bien décrit et très réaliste. J'ai vite été prise par l'histoire et je n'ai plus quitté le livre malgré que je sois en période d'examens.

Le personnage de Amynah m'a exaspéré par son comportement mais de façon paradoxale, je l'ai comprise : elle joue le rôle de l'autruche. Elle préfère boire et se droguer plutôt que d'affronter la vérité et de voir ce qui se passe vraiment autour d'elle. L'histoire qu'elle vit avec ce beau et séduisant jeune homme de Dubai m'a vraiment touché, elle était vraiment amoureuse, mais là encore, elle est rattrapée par la dure réalité de la vie Pakistanaise.
Mumtaz est celle que j'ai le moins appréciée parce qu'elle m'a paru très égoiste, surtout par rapport au reportage qu'elle a décidé de créer avec Amynah et Henna. Contrairement à Amynah, je ne l'ai pas comprise, j'ai trouvé le personnage trop complexe, mais j'ai tout de même été touché par ce qui lui arrive (je n'en dirais pas plus, on évite les spoilers).
Le personnage que j'ai préféré dans cette histoire reste Henna, car je l'ai trouvé bouleversante : elle se sacrifie pour la réputation de sa famille et accepte une vie conditionnée par la religion avec un homme qu'elle n'aime pas. Elle est sensible et vraie et paraît être celle qui a la vie la plus saine..

Pour finir, je dirais que ce roman m'a beaucoup touché et je ne suis pas prête de l'oublier. Il nous permet d'appréhender la vie pakistanaise différemment, ce qui nous fait penser que malgré la condition sociale dans laquelle on vit, le Pakistan reste un pays aux règles très contraignantes et très compliquées. Un livre que je vous recommande chaudement, j'approuve à cent pour cent !

Les nuits de Karachi,

de Maha Khan Phillips

éditions Albin Michel

315 pages

20 euros

 

Sybille

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 28/02/2013