Les perroquets de la place d'Arezzo, d'Eric-Emmanuel Schmitt

arezzo.jpg

Quatrième de couverture

«Ce mot simplement pour te signaler que je t’aime. Signé : tu sais qui.»

Cette lettre anonyme trouble l’existence des riverains de la place d’Arezzo. Dans ce quartier élégant de Bruxelles, quel original, quel pervers, quel corbeau déguisé en colombe s’acharne à violer leur intimité ? Le message entraîne autant de promesses et d’attentes que de déceptions et de catastrophes, chacun l’interprétant à sa façon. Menée par Eric-Emmanuel Schmitt, cette ronde effrénée devient l’encyclopédie des désirs, des sentiments et des plaisirs, le roman des comportements amoureux de notre temps.

Chronique de Garlon

Parlons un peu du petit dernier d’Eric-Emmanuel Schmitt.


Sur la place d’Arezzo, à Bruxelles, plusieurs habitants reçoivent une lettre, une déclaration d’amour signée “Tu sais qui”.

Cela va être le début de nombreuses histoires pour les habitants de la place.


Pour la première fois, j’ai été déçu par un livre de cet auteur.


En effet, je n’ai rien trouvé de passionnant dans ce livre. Tout d’abord, il faut 150 pages pour introduire l’histoire et découvrir tous les personnages. Il y en a tellement que, tout au long du livre, il faut à chaque chapitre essayer de se rappeler qui est qui et qui a fait quoi…

L’histoire est en fait une quinzaine de petites histoires, avec un changement à chaque chapitre. Toutes sont principalement centrées autour du sexe et des relations humaines, ce qui nous permet de découvrir plusieurs idées de l’auteur ainsi qu’un certain sens moral. Cela aurait pu être très positif, si ces relations et les évènements liés avaient au moins eu le mérite d’être réalistes… En effet, ils sont presque toujours exagérés, sans être réalistes, ce qui nous rend les personnages antipathiques et nous fait perdre tout intérêt pour l’histoire.

Ajoutons à cela des dizaines d’”intrigues” sans aucun intérêt, même pour la principale, et on a vraiment une histoire qui m’aura déplût et ennuyé du début à la fin.

Et ne parlons même pas des fausses interprétations de l'auteur, notamment au niveau de la Belgique (étant belge, je peux le dire), pour laquelle l'auteur véhicule des idées faussées...


Le style de l’auteur, par contre, reste en général assez fluide et agréable, ce qui permet au moins d’avancer rapidement dans l’histoire.


Quant aux personnages, comme je le disais plus haut, les exagérations, mais également leur façon d’être en général, nous les rendent totalement antipathiques, ce qui fait qu’on ne s’accroche pas du tout à eux et qu’on est vraiment très loin de partager leurs sentiments.


En bref, pour la première fois, j’ai eu une grosse déception pour un des livres de l’auteur, avec cette histoire totalement inintéressante, des intrigues petites et plates, sans aucun intérêt, des personnages trop nombreux et détestables, de très nombreuses exagérations et des rebondissements sans intérêt qui rendent l’histoire fort plate…


Un livre qui risque d’avoir des difficultés à plaire aux fans de l’auteur.

 

Les perroquets de la place d'Arezzo

Eric-Emmanuel Schmitt

Albin Michel

Contemporain

700 pages

24,90 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 14/09/2013