Les souvenirs, de David Foenkinos

les-souvenirs-1.jpgQuatrième de couverture :

Le narrateur, apprenti romancier, prend conscience à l’occasion du décès de son grand-père de tout ce qu’il n’a pas su vivre avec lui. Il comprend que le seul moyen de garder l’amour vivant est de cultiver la mémoire des instants heureux. Dans le même temps, frappée par le deuil, sa grand-mère semble perdre la tête. Il assiste aux manoeuvres des proches pour la placer en maison de retraite et vendre à son insu son appartement. Ce qu’il n’a pas su vivre avec son grand-père, il décide alors de le vivre avec elle. Il va la voir souvent, parvient à égayer sa solitude, à la faire rire de tout.

Chronique de Sybille :

Après avoir eu un coup de coeur pour La délicatesse, j'avais hâte de lire un autre roman de l'auteur. Je suis donc ravie que Folio l'ait proposé en service de presse afin de pouvoir le chroniquer sur le site. Même si La délicatesse reste en tête de ma liste, j'ai trouvé que Les souvenirs était un très beau roman.

L'histoire que nous présente l'auteur est touchante. Le narrateur, dont on ne connaît pas le nom, invite le lecteur à découvrir sa vie. Je me suis donc laissé emporter par ce récit : j'ai suivi le personnage principal lors de ses périodes de deuil, des difficultés qu'il a pu rencontrer, de sa rencontre avec Louise, jeune normande. Bref, ce que nous raconte ce personnage principal n'est pas très original, car il nous raconte tout simplement, sa vie. Mais l'auteur a une façon incroyable de rendre une vie à l'origine banale, toute à fait digne du plus grand intérêt.

J'avoue que j'ai eu quelques difficultés à appréhender l'histoire, mais au fur et à mesure, l'écriture de l'auteur finit par avoir une influence telle que les pages se tournent toutes seules. On y retrouve quelques points communs avec le roman La délicatesse : les interruptions de l'auteur (ici, pour raconter des souvenirs), le style particulier, le personnage principal un peu perdu.

D'ailleurs, en parlant du narrateur, je dois dire que je l'ai trouvé très original. Je n'ai pas pu m'empêcher de le comparer à Nathalie...Il fait un travail assez banal puisqu'il travaille dans un hôtel mais on sent à travers l'écriture de l'auteur, qu'il se cherche encore et qu'il a besoin d'un ou de plusieurs éléments déclencheurs pour trouver ce qu'il veut vraiment. Et puis, la mort de son grand-père va tout bouleverser : il va prendre très au sérieux son rôle de petit-fils auprès de sa grand-mère, va devoir faire face à toutes les situations imaginables qui peuvent se dérouler durant une vie (divorce, mariage, internement, enfant, déménagement, décès...) Lorsqu'on avance dans le roman, on se rend compte que ce narrateur mûrit et sait ce qu'il veut. cette évolution m'a plu, car rien ne m'irrite plus qu'un personnage qui n'évolue pas.

Malgré tout, cette histoire m'a touchée mais elle ne m'a pas passionnée. Pour que l'alchimie puisse opérer, il manque ce "petit quelque chose" qui fait que je suis triste de quitter le roman et ses personnages. Cela n'a malheureusement pas été le cas pour Les souvenirs. Ceci dit, je n'étais pas loin du coup de coeur et il ne manquait pas grand-chose. Je pense que ce roman contemporain ravira donc les fans de l'auteur car on y retrouve sa touche personnelle, mais je ne pense que ce soit son meilleur roman.

Les souvenirs reste un livre à découvrir car il renferme une belle leçon de vie : l'histoire touchante d'un homme en perdition, qui tente de trouver son chemin parmi tous ses souvenirs.

Les souvenirs,

de David Foenkinos

édition Folio

304 pages

6.90 euros

 

Sybille

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 14/02/2013