My name is Billie Holiday, de Viktor Lazlo

my-name-is-billie-holiday.jpgQuatrième de couverture :

Sarah a dix-huit ans lorsque Billie Holiday lui apparaît pour la première fois. Aussi douce et dévastatrice que l'héroïne qu'elle s'injecte dans les veines, aussi déchirante que ce timbre de voix qu'elle lui devine sans l'avoir jamais entendu. Car entre la jeune femme et la chanteuse de légende, il y a l'évidence d'un secret, le triste secret d'une enfance qui n'a pas fini de saigner.

Chronique de Sybille :

Ce livre a été une belle découverte et pourtant, ce n'était pas joué d'avance. En effet, ce roman m'a tapé dans l'oeil grâce à sa couverture. Je trouve cette photo poétique et sensuelle et elle promettait une belle histoire. Mais en réalité, je ne savais pas à quoi m'attendre avec ce livre.Si on regarde uniquement la quatrième de couverture, on pourrait croire à une biographie de Billie Holiday, mais ce n'est pas du tout le cas.

L'histoire est très recherchée et originale. Billie Holiday apparaît en "toile de fond", si je peux le dire ainsi. On ne peut pas vraiment dire qu'elle est un personnage à part entière du roman, mais elle joue un rôle très important. C'est même ce personnage qui définit toute l'histoire. Ce livre raconte l'histoire d'une famille, celle de Wilfried et Claudine. Ils se sont rencontrés dans des circonstances particulières et n'ont pas eu une vie simple parce que l'ombre de Billie Holiday plane constamment sur leur couple. C'est d'ailleurs ce que va comprendre, Sarah, leur fille adolescente.

Ce qui m'a tout de suite étonnée, c'est la construction de l'histoire. L'auteure a choisi de faire apparaître plusieurs narratrices : Claudine, Sarah et Billie Holiday. Elles racontent à tour de rôle leurs histoires, alors que les années les séparent. Et finalement, malgré le fait qu'elles ne vivent pas à la même époque, l'auteur arrive à faire le lien entre elles, de façon magistrale. Cette construction m'a encore plus frappée lorsque j'ai terminé ma lecture. En effet, ce que l'éditeur a choisi de mettre en quatrième de couverture raconte en réalité la fin de l'histoire. Je n'en dirai pas plus pour éviter les spoilers mais ce choix est assez surprenant !

Le style de l'auteure m'a beaucoup plu. Son écriture est très belle et très fluide. Cela m'a un peu donné l'impression d'un crescendo. Je m'explique : dès le début du roman, on sent que l'écriture de l'auteur est particulière. Au fur et à mesure qu'on avance dans le livre, cette impression est confirmée et même amplifiée car son écriture devient très belle et originale. Mais la fin du livre est le summum. En effet, l'épilogue est sans aucun doute mon passage préféré : l'écriture de l'auteure est totalement envoûtante et devient même poétique.

Les personnages sont eux aussi particuliers. J'aurais vraiment aimé en savoir plus sur Billie Holiday car je ne connais pas du tout son histoire. Cela m'aurait plu si son personnage avait été un peu plus développé. Il ne me reste plus qu'à lire une biographie. Claudine et Sarah m'ont paru toutes les deux complètement cassées par la vie : l'une parce que son époux en a fait la personne qu'il souhaitait et l'autre parce que les secrets de famille la rongent. J'ai d'ailleurs eu un peu pitié d'elles à plusieurs reprises. Wilfried ne m'a pas plu. Je ne sais pas quel était le message que souhaitait faire passer l'auteur par rapport à ce personnage mais je l'ai trouvé lâche, incapable d'aller de l'avant et parfois même égoiste.

Pour conclure, ce livre est une belle découverte. On voyage entre chansons de jazz et histoires de famille, ce qui fait apparemment "bon ménage" parce que c'est un livre réussi.

My name is Billie Holiday,

de Viktor Lazlo,

édition Albin Michel,

177 pages

16 euros

 

Sybille

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 01/11/2012