Nous étions fait pour être heureux de Veronique Olmi

heureux.jpg

 

Quatrieme de couverture

« C'est étrange comme il suffit d'un rien pour qu'une vie se désaccorde, que notre existence, tellement unique, si précieuse, perde son harmonie et sa valeur. » Quand Suzanne vient dans la maison de Serge à Montmartre, il ne la remarque pas. Elle accorde le piano de son fils. Elle est mariée, lui aussi, et à 60 ans il a ce dont rêvent les hommes : un métier rentable, une jeune femme parfaite, deux beaux enfants. Pourquoi soudain recherche-t-il Suzanne qui n'est ni jeune, ni belle, et apparemment ordinaire ? Pourquoi va-t-il lui confier un secret d'enfance dont il n'a jamais parlé et qui a changé le cours de sa vie ?

 

Chronique de Yukarie

J'ai eu la chance de rencontrer Véronique Olmi en mai 2011 à la comédie du livre de Montpellier. A cette époque, je ne la connaissais pas du tout mais l'un de ses livres m'avait interpellé. J'ai donc eu la chance de me le faire dédicacer et d'en discuter avec elle. Un an et demi plus tard, on me signale que cette auteur va sortir un nouveau roman pour la rentrée littéraire 2012, ni une, ni deux, pas besoin de réfléchir plus longtemps: je veux lire ce livre! Une chance pour moi, le site de chronique Lire ou Mourir le propose via les éditions Albin Michel en Partenariat et me voila reparti dans les histoires de Véronique Olmi, une auteur qui je confirme me plaît énormément.

 Nous étions fait pour être heureux raconte l'histoire de deux personnes qui ne se connaissent pas mais dont la rencontre va bouleverser leurs vies. Suzanne, la quarantaine, mariée à Antoine depuis des années et dont la vie est pour le moins habituelle, est accordeuse de piano. Lors de l'un de ses déplacements dans le quartier de Montmartre à Paris, elle rencontre Serge qui ne la remarque pas et s'occupe du piano de son fils sous la demande de Lucie, sa femme. Serge 60 ans, a tout pour être heureux: une femme jeune et magnifique avec laquelle il a eu deux beaux enfants, une belle maison et un métier lucratif. Pourtant, ce dernier n'est pas heureux. De plus en plus, il pense à Suzanne, cette femme dont il s'est a peine préoccupé l'autre jour, cette femme qui n'a rien de particulier mais qui l'attire et à a qui il va confier ses plus terribles secrets. Pourquoi? Personne ne le sait...

Ce livre est magnifique, émouvant et très touchant. Il décrit avec talent et grâce la complexité des relations amoureuses chez les adultes. Plus qu'un livre sur l'adultère, il se concentre sur cette confiance et cette écoute qui font de nous des personnes spéciales ainsi que sur ces secrets d'enfances qui nous tourmentent même encore à l'âge adulte et qui nous donne l'impression d'être passé a coté de quelque chose. Le tout dans un monde où la ville de Paris est mise a l'honneur avec ses descriptions et ses balades de quartiers.

Les personnages sont attachant, pourtant au départ j'avais beaucoup de mal surtout avec Serge que je trouvais arrogant et trop sur de lui. Je ne comprenais pas comment il pouvait arriver et détruire la vie de Suzanne en une poignée de minute. De même la relation qu'il entretient avec son fils m'a assez choqué. J'ai ressenti beaucoup de peine pour ce petit garçon qui n'osait même pas être naturel avec son père. Un père qui affichait clairement sa préférence pour sa fille. Mais en avançant dans l'histoire, on comprend son comportement et Serge a su comme les autres m'émouvoir avec ses secrets et ses blessures. Du coté de Suzanne, je la trouvais peut être un peu simpliste, niaise et passive. Je ne comprenais pas pourquoi elle se laisser faire par Serge, surement le pouvoir de l'amour mais j'ai compris que c'était pour elle aussi une libération, comme si elle pouvait enfin faire éclater le petit cocon douillet dans lequel elle étouffait. L'autre personne qui m'a touché est la femme de Serge, ou plutôt le véritable amour que Lucie porte à son mari mais qui n'est pas forcement réciproque. Au départ, cela paraît étrange: une femme jeune et belle qui épouse un homme plus vieux et riche mais qui au final contredit tous les clichés sur la vénalité des femmes. Lucie est sincère, amoureuse et plutôt attendrissante. On ne peut ressentir que de la compassion pour cette femme parfaite qui est prête à tout pour protéger sa famille.

Le style de l'auteur est agréable, les mots et les phrases s'enchainent à grande vitesse laissant place aux souvenirs et aux secrets. Les chapitres tous très courts se succèdent tantôt sous les pensées de Suzanne, tantôt sous celle de serge, mélangé a la narration de l'auteur, ce qui donne un rythme particulièrement entrainant ou l'ennuie n'a pas le temps de voir le jour. Un roman beaucoup plus aboutie que les précédents, dans lequel l'auteur se lâche davantage et qui reste pour moi, pour le moment le meilleur de Véronique Olmi. Un petit point noir cependant qui ne fera pas de ce livre un coup de cœur. J'avoue avoir ressenti un manque a la fin du roman, un petit gout d'inachevé. On s'interroge sur les vrais sentiments de Serge. Est-il amoureux de Suzanne? Ou n'est-elle qu'une confidente qui saura le libérer?

Je remercie encore le site Lire ou Mourir ainsi que les éditions Albin Michel pour l'envoie de ce livre qui comme vous avez pu le constater, m'a beaucoup plu et qui m'a fait lâché ma petite larme. J’espère avoir une autre occasion de rencontrer son auteur et de me le faire dédicacer car il est clair qu'il restera dans ma bibliothèque bien au chaud au cas où j'aimerais le relire une seconde fois!

 

Nous étions fait pour être heureux

Véronique Olmi

Albin Michel

240 pages

18 E

Yukarie

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 09/10/2012