Préliminaires difficiles de Francis Faltz

preliminaires-difficiles.jpg

 

Quatrième de couverture:

Marie et Franz ont fait connaissance sur la Toile, par l’intermédiaire d’un ami commun, et quand madame invite enfin monsieur à partager un week-end, l’avenir se présente sous les meilleurs auspices. "Se présenterait" plutôt, si Marie était au rendez-vous… Car il y a les histoires d’amour qui finissent mal et puis d’autres qui débutent bizarrement, par un échange épistolaire sur Internet, et qui ne tardent pas à se transformer en road-movie sentimental peuplé de créatures aussi fantasques qu’attachantes!

 

Chronique de Platinegirl:

J'ai essayé tant de fois d'introduire proprement cette chronique que j'ai décidé d'abandonner et de vous le dire "cash" dès le début: je n'ai pas aimé ce livre. Pourquoi? Vous le saurez juste après!

 

On commence, comme à mon habitude, avec l'objet-livre qui se trouve être, ici, un broché de plus de 400 pages, bien épais, bien volumineux, un peu lourd. Je crois que c'est son titre qui a aiguisé ma curiosité: "S'agit-il des mêmes préliminaires auxquelles je pense?". J'ai donc lu sa quatrième de couverture et j'ai été rassurée. Avec un titre aussi culotté que cela et l'histoire d'amour moderne que l'on nous présente, j'ai voulu tenter l'aventure... Je n'aurais pas dû.

 

Venons-en directement à ce qui cause ma désillusion à la lecture de ce livre: son absurdité. Vous vous rappelez, ces films avec Louis de Funès où il se passe des choses tellement absurdes qu'elles prêtent à rire? Et bien, ici, ces choses-là sont tellement loin de la réalité et quasiment uniquement portées sur le sexe qu'elles m'ont fait soupirer à de bien trop nombreuses reprises.

Je n'aime pas spoiler l'histoire, mais, quand même, franchement, pensez-vous qu'il est réaliste, ou même un minimum drôle, de lire l'histoire d'un quarantenaire (ou cinquantenaire, je ne sais plus) au chômage qui refuse de travailler, qui est amoureux d'une femme inconnue qui lui pose un lapin, qui rencontre alors un ex-militaire pervers et alcoolique qui l'invite à mater les parties de jambes en l'air d'un jeune couple exhibitionniste puis l'oblige à partir à la recherche de sa belle sans savoir où elle habite? Attendez, ce n'est pas fini: ils rencontrent alors une vieille dame aux gros lolos, deux jeunes filles à la sexualité débridée, un autre pervers alsacien qui parle allemand à tout va,... pour enfin (et ce n'est que le milieu du roman) s'offusquer contre le traffic des jeunes européennes de l'Est qui sont obligées de travailler dans un bordel et partir à la chasse aux trafiquants.

Inutile de dire qu'on est loin de la romance virtuelle du début... Et que l'absurdité de tout cela m'a lassée au point d'envisager plus d'une fois de stopper là le massacre en oubliant ce livre au plus vite.

 

Franchement, je pourrais aussi vous dire que les personnages ne sont absolument pas attachants, mais arrêtons-nous là. Si mon résumé des principales péripéties ne vous a pas rebuté de lire ce livre, peut-être que vous aimerez le découvrir par vous-même, peut-être craquerez-vous pour la plume de l'auteur qui n'est pas mauvaise et rirez-vous aux très rares scènes qui m'ont plu. Sinon, passez votre chemin, j'ai l'impression d'avoir perdu mon temps et je n'ai certainement pas l'envie de vous faire perdre le vôtre.

 

 

Préliminaires difficiles

Francis Faltz

Editions Publibook

418 pages

26 euros.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/05/2012