Séjour dans les Hamptons, de Myriam Grenet

 

sejour-dans-les-hamptons-1.jpg

Quatrième de couverture :

Les Hamptons, petit coin de paradis de Long Island tant prisé par l’élite new-yorkaise. Ce n’est pas pour rien qu’Édouard et Benjamin Strépétoff s’y sont installés. L’aîné businessman blasé, sombre mais romantique?; le petit frère venant d’achever ses études, cool mais inconstant, avec la suffisance des gens insuffisants. L’argent et l’ennui… Ne manque qu’un grain de folie. Ou plutôt deux?: Juliette et Caroline, la petite amie comédienne du cadet et la jeune fille fofolle des voisins. Rencontre explosive du quatuor sous l’œil complice de Nice, majordome non moins déjanté…

 Chronique de Sybille :

J'ai entendu parler de cette pièce de théâtre par la Société des Ecrivains. En effet, il faut savoir que cette pièce est, en ce moment, adaptée sur scène dans un théâtre parisien. J'en profite d'ailleurs pour vous dire que si vous souhaitez y aller, n'hésitez pas et faites nous parvenir vos impressions. N'habitant pas sur Paris et n'ayant pas l'occasion d'y aller récemment, je n'aurais donc pas la possibilité de voir cette pièce, ce qui me chagrinait beaucoup. La quatrième de couverture m'a tout de suite tapé dans l'oeil et j'avais très envie de découvrir cette petite histoire.

Et bien finalement, j'ai fini par lire ce livre envoyé gentiment par La société des Ecrivains, que je remercie une fois de plus. Je ne m'attendais pas du tout à ce genre d'histoire et je suis plutôt surprise. C'est un livre qui se lit très bien en deux ou trois heures, on entre facilement dans l'univers déjanté créé par l'auteur et on en reste un peu - pardonnez-moi l'expression - "baba".

On passe donc un bon moment lecture avec Benjamin et Edward, deux frères de la haute bourgeoisie new-yorkaise. Ils ont pris un peu de vacances dans leur maison secondaire dans les Hamptons et ils sont vite rejoint par Caroline, la fille adolescente d'amis et Juliette, la petite amie de Benjamin. Et alors là, il faut bien le dire : ça part dans tous les sens ! En soi, cela ne m'a pas tellement dérangé parce que le récit est une pièce de théâtre et que le livre doit comporter 140 pages. Ceci dit, je dois bien avouer que j'ai parfois perdu le sens de l'histoire et que je n'arrivais plus à comprendre ce qui se passait.

Je suis ravie d'avoir pu découvrir ce livre parce qu'il est très original et qu'il met en avant la folie d'un monde particulier. Les personnages sont totalement loufoques et l'auteure se sert d'eux pour voir la bourgeoisie sous un angle différent, assez peu abordée en littérature, selon moi. On y verrait presque une satire du dandysme moderne et de la décadence. J'ai trouvé que Edward était un des seuls personnages qui avait les pieds sur terre et encore, plus on avancait dans l'histoire, plus je trouvais que la folie des autres personnages, particulièrement celle de Juliette, le touchait. Pour tout avouer, j'ai bien aimé le côté un peu loufoque des personnages, mais je trouvais parfois, que c'était un peu trop. C'est d'ailleurs pour cette raison que je me suis un peu perdue à plusieurs reprises.

Selon moi, le côté original de l'histoire réside dans les références aux séries télévisées ou aux films. Ces petits clins d'oeil sont d'ailleurs très actualisés, car l'auteure  parle même de Twilight ou de Vampire Diaries, ce qui m'a vraiment étonnée. Cela rajoute un petit côté marginal à cette pièce de théâtre déjà très particulière. J'ai su apprécier ces références : j'ai trouvé cela osé, mais le pari est réussi.

Même si je n'ai pas été entièrement convaincu, je serais curieuse de voir ce que rend ce livre adapté au théâtre. La folie et le modernisme de la pièce sont deux côtés que j'aimerais voir sur scène. C'est donc pour cette raison que je vous invite à découvrir cet univers loufoque, que ce soit lors d'une soirée lecture ou lors d'une soirée théâtre.

 

Séjour dans les Hamptons,

de Myriam  Grenet,

édition La société des écrivains,

12,17 euros

146 pages

 

Sybille

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 08/11/2012