Tombée sur la tête, de Leslie Bedos

 

Quatrième de couverture

"La spécialité de la dame chez qui je laisse parler ma tête, c'est d'écouter les gens brisés par une longue maladie. Je suis sa seule patiente à priori en forme. Elle aurait pu me virer, elle n'a pas moufté. Elle me plaît bien. Les rares moments où je la ferme, elle a les bonnes formules pour faire réfléchir. J'aimerais juste me taire un peu plus. Mes longs monologues me saoulent. Je ressemble à'un bain moussant, avec trois gouttes minuscules, je remplis douze baignoires. Heureusement, il lui arrive de m'interrompre. Ca me repose. Mais je n'ai encore rien confessé. Elle a intérêt à être persévérante. Qu'est ce qu'elle croit ? Je ne suis pas une fille facile".

Qui est Léna
Une femme dont les rêves sont plus grands que la vie.
Et les peurs plus grandes que sa tête.
Pourquoi Léna rentre dans les murs ?
Qu'est-ce qui, au fond, n'a pas été réparé et qui devrait l'être ?
Qu'est-ce qui n'a pas été dit?
Léna s'interroge sur sa filiation et ses chutes à répétition.
Une introspection qui prend des allures d'enquête.
Léna a des problèmes.
Léna est obsédée, anxieuse et....
Léna est tombée sur la tête.
Un roman à double fond entre humour et cauchemar .

Après la gauchère, un recueil de nouvelles unanimement salué par la critique et les lecteurs. Tombée sur la tête est le premier roman de Leslie Bedos.

Chronique de Garlon

Je vais cette fois vous parler d’un tout petit livre parut aux éditions JC Lattès : Tombée sur la tête, de Leslie Bedos.

Ce livre est en fait la lecture d’un genre de journal intime, relatant l’histoire de Léna, épouse et mère, qui a déjà sombré depuis longtemps dans les affres de la folie.

Nous la voyons beaucoup parler de cette dame, la psychologue qui la suit et à laquelle elle refuse de tout révéler, s’enfonçant ainsi encore plus dans sa folie.

J’ai assez bien aimé ce livre, bien qu’il ne soit pas du tout un coup de cœur.

L’histoire nous plonge en pleine folie. Nous suivons le fil des pensées de Léna, qui a plongé dans une certaine forme de folie depuis de nombreuses années (depuis qu’elle est petite, en fait). C’est un aspect que j’ai trouvé assez positif, car ces choses dérangent, plongent le lecteur dans le cauchemar de cette femme, qui entretien de sombres pensées, rêvant souvent de tuer ceux quelle aime, fonçant dans les murs avec sa voiture, etc.

Cela permet ainsi au lecteur de s’immerger dans ses pensées, de savoir ce qu’elle ressent, elle qui est si différente des autres, et ainsi de se plonger dans l’horreur de ce récit.

L’un des problèmes rencontrés dans ce récit vient de certaines contradictions : par exemple, on entend parfois parler de la mère de Léna comme d’une droguée qui ne fait pas attention à ses filles, essayant de les perdre, voir de les tuer, et qui a de nombreux amants. A d’autres moments, on en entend parler comme d’une belle femme que tout le monde regarde mais qui n’a d’yeux que pour Léna, ignorant tous ces regards et protégeant sa fille. Cela est TRES contradictoire. Je me demande donc : est-ce une grosse erreur de l’auteure, ou un aspect de plus de la folie de Léna ? Je n’en sais rien, mais dans les deux cas, cet aspect avec certaines contradictions ne m’a pas du tout séduit.

Concernant le style de l’auteur, il est assez agréable à lire, et l’aspect « journal intime », qui a souvent le don de m’énerver, ne m’a ici pas du tout dérangé.

Un petit bémol néanmoins : le toc de Léna, qui répète, à chaque début de chapitre (et donc toutes les 2-3 pages la plupart du temps, les chapitres étant très courts), « Je l’ai peut-être déjà noté quelque part ». Je sais qu’il s’agit d’un aspect de sa folie, mais, personnellement, ça a eu le don de m’énerver au plus haut point.

Pour ma part, je n’ai pas eu d’atomes crochus avec Léna. Nous sommes sensés la comprendre, mais je n’ai fait que détesté ce personnage, qui ne fait que du mal a son entourage et qui, bien qu’elle s’en rende compte, ne fait aucun effort. Mais cela n’est que mon avis personnel, car je suis certains que d’autres lecteurs comprendront beaucoup mieux ce personnage.

Un aspect développé est également le fait que la folie se transmet de parent à enfant, en fonction de l’éducation, et c’est un point que j’ai trouvé assez bien développé, bien que secondaire dans le récit.

Il s’agit donc d’un livre bien fait, plongeant le lecteur dans le cauchemar de la folie, mais qui a quand même quelques défauts gâchant un peu la lecture.

 

Tombée sur la tête

Leslie Bedos

JC Lattès

139 pages

14 €

 

Garlon

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/05/2012