Hôtel particulier, de Guillaume Sorel

hotel.jpg

Quatrième de couverture

De nos jours, une jeune femme se suicide dans son appartement… mais ce n’est que le début de son histoire. Sous le regard d’un chat complice, manifestement capable de continuer à la voir, elle se met à hanter l’immeuble où elle a vécu, témoin involontaire mais intéressé du quotidien intime de ses anciens voisins. Ici un couple illégitime vit une passion charnelle, avec la complicité un peu perverse du mari trompé, là ce sont des parents dévorés d’angoisse face à la disparition inexplicable de leur petite fille, ou encore ce solitaire apparemment capable de faire surgir d’incroyables bacchanales des trésors de sa bibliothèque – sans oublier un jeune peintre sans le sou pour lequel la défunte ressent manifestement une attirance certaine…
À l’opposé d’un fantastique oppressant, tout en empathie et en délicatesse, Guillaume Sorel invite son lecteur à accompagner l’errance de ce séduisant fantôme un peu mélancolique, avec une tonalité poétique très fidèlement transcrite par un dessin au lavis parfaitement maîtrisé. Au terme du voyage, l’amour triomphera de la mort.

Chronique de Garlon

Lançons-nous dans une BD fort particulière.


Une jeune fille, vivant dans un immeuble à appartement, trouve la mort dans sa salle de bain. Devenue fantôme, elle erre au milieu des vivants de ce bâtiment, et découvre ainsi leurs secrets.

Arrivant à entrer en contact avec un chat, une étrange amitié voit le jour et, à eux deux, ils partent à la découverte des habitants. Ainsi, nous rencontrerons une jeune fille prisonière d’une pièce qui n’existe pas dans notre réalité, une vieille dame qui torture les chats, un homme qui sait sortir les personnages des livres, et surtout un peintre avec un miroir magique lui permettant d’y pénétrer, dont la jeune femme tombe amoureuse.


J’ai fort apprécié cette BD.


L’histoire est très bien pensée. De très nombreux aspects surnaturels voient ici le jour, avec pas mal de type de magies différentes, pour le plus grand plaisir des lecteurs à la recherche de fantastique, et qui aiment la diversité que ce genre peut apporter. On voit de tout dans cet immeuble, et cela est vraiment passionnant.

De plus, toute une histoire se tisse au fil des pages, avec le besoin de réconforter une jeune fille, la vengeance auprès d’une femme, l’amour pour le jeune peintre, etc. Tout cela créée des mini-intrigues qui viennent se caller parfaitement dans le livre, pour nous offrir ensuite un superbe final.

Une petite précision pour les lecteurs : ce livre contient pas mal de scènes de sexe avec des dessins fort explicites, et la BD n’est donc pas à mettre entre toutes les mains.

Au niveau des personnages, on accroche directement avec eux. Ils sont bien travaillés, et tous vraiment uniques, et on se sent rapidement proche de la jeune fantôme et du peintre.


Concernant les dessins, je les ai vraiment fort appréciés. Ils sont très bien faits, fort réalistes, et nous plongent en même temps totalement dans cette ambiance étrange et fantastique, parfois assez sombre. Un vrai plaisir à regarder.


En bref, nous avons ici une très sympathique BD qui nous plonge dans une grande diversité surnaturelle, une histoire très bien conçue, des personnages attachants et des dessins superbes et parfaitement adaptés à l’histoire.

Une BD que je conseille ! (à un public adulte, au vu des scènes de sexe explicites)

 

Hôtel particulier

Guillaume Sorel

Casterman

BD

104 pages

17 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 30/06/2013