Le croiseur fantôme, de Devig

croiseur.jpg

Quatrième de couverture

1951, côte est des Etats-Unis. Un prêtre dans la fleur de l’âge, le père Mils, se trouve fortuitement mis en présence d’une maladie mystérieuse qui touche l’un de ses paroissiens, à l’article de la mort. Or le malade n’est pas isolé. Mû par la compassion, et bientôt transformé en enquêteur au long cours, Mils en découvre un autre à l’hôpital voisin, puis plusieurs cas similaires en différents endroits des Etats-Unis. À chaque fois qu’il tente de les approcher, les malades disparaissent in extremis. « On » veut à tout prix les escamoter. Mais qui, et pourquoi ?

Chronique de Garlon

Lançons-nous cette fois dans une sympathique BD avec Le Croiseur Fantôme.

Lorsque l’un de ses paroissiens demande son aide pour sauver son fils atteint d’une très étrange maladie, un prêtre américain lance l’enquête.
Le jeune homme est complètement brulé et semble devenir invisible par moments. Se rendant compte que le jeune homme n’est pas le seul cas, le prètre tente de se renseigner. Mais voilà, il semble que quelqu’un d’autre soit sur l’affaire, car les malades commencent à être enlevés les uns après les autres.

C’est vraiment une BD très sympa, que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire.

L’histoire est assez bien trouvée et originale. J’ai vraiment adoré suivre l’enquête, percer le mystère aux côtés du prètre. L’action est pas mal présente et ajoute un petit plus au récit.
L’intrigue est bien construites pour rendre la BD tout à fait passionnante, et pour ainsi captiver le lecteur sur le cas de ces étranges maladies.
J’aurais juste un petit bémol à ce sujet : la fin. Elle est beaucoup trop facile, et m’a fort déçu. En effet, c’est vraiment : tu veux les explications, les voici. Tout est déblatéré d’un coup dans une discussion, et ensuite l’histoire se termine (d’une façon tout aussi facile...). J’ai trouvé cela assez décevant, et ça m’a gâché mon plaisir.
Mais, dans l’ensemble, l’histoire reste malgré tout très bien construite et passionnante.
Le fait que le personnage principal soit un prètre peut être un peu dérangeant, car le lecteur pourrait se lasser des “mon père”, “mon fils” et autres bondieuseries. Mais, dans l’ensemble, le personnage est bien construit et le lecteur finira par se sentir proche de lui.

Au niveau des dessins, je dirais qu’ils sont un peu classiques. Tout est fait de façon réaliste, proche de la réalité. Je dirais qu’ils sont un peu faits “à la Tintin”, le genre de dessins étant fort proche.
Personnellement, j’aime bien ce genre de dessins et cela m’a donc permis de passer un très bon moment de lecture.

En bref, nous avons ici une sympathique BD à l’histoire originale et passionnante, ne manquant pas d’action. Le personnage principal est sympathique et les dessins sont forts réalistes et agréables. Le seul bémol réside dans la fin, qui est beaucoup trop rapide et facile.

 

Le croiseur fantôme

Devig

Casterman

48 pages

12,95 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau