Sad Girl, de Kan Takahama

sad-girl.jpg

Quatrième de couverture

Actrice malgré elle d’une vie qu’elle abhorre, Shiori fuit le domicile conjugal pour se réfugier chez une amie écrivain. Mais celle-ci, dépendante de différentes drogues, ne tarde pas à y initier la jeune femme. S’ensuit une lente dérive en forme de descente aux enfers.

 

Chronique d’Ailayah

Je tiens à remercier les éditions Casterman pour m’avoir permise de découvrir cette BD des plus surprenantes.

Je ne m’attendais pas vraiment à cela en ouvrant le livre. Je tiens à prévenir tous ceux qui seraient tentés par cette lecture, ce n’est pas une BD à mettre entre toutes les mains, c’est vraiment un récit sombre et des plus déprimants.

J’ai beaucoup aimé le style de Kan Takahama, à la fois ses dessins que l’écriture en elle-même. J’ai vraiment trouvé les dessins à l’image de son histoire et de ses personnages. Shiori est un personnage vraiment touchant. Malgré tout ce qu’elle traverse, malgré les gens qu’elle côtoie, elle reste pour moi une personnalité tendre et altruiste. C’est d’ailleurs ce qui va l’amener dans des situations des plus désespérées d’ailleurs. Son visage reflète sa personnalité, et je n’ai jamais réussi à la détester car on sent vraiment cette bonté en elle malgré la destruction qui va s’opérer à cause des coups du sort que la vie va lui faire subir. Elle va passer d’addictions en addictions, jusqu’à se perdre complètement et à devenir une vraie loque, qu’on a du mal à voir comme personne humaine à un certain point. Quand on aperçoit une porte de sortie, on se rend compte que ce n’est qu’une porte de plus vers un autre enfer.

La fin m’a réellement surprise. Je ne m’attendais vraiment pas à cette mise en abyme, et en même temps, je suis vraiment heureuse qu’elle soit présente car elle donne une toute autre dimension au récit. D’une part, elle apporte une lueur d’espoir à ce récit vraiment noir, et d’autre part, elle nous amène une fin ouverte que j’apprécie. Car finalement, quelle est la part de vérité dans ce récit que nous fait Shiori. L’auteur nous laisse vraiment libre d’interpréter cela comme on le souhaite.

Je dois vous avouer qu’à la fin de ma lecture, je ne savais pas trop quoi penser de ce récit. Il m’a laissé un sentiment doux-amer. Mais après réflexion, je pense pouvoir dire que j’ai vraiment aimé cette lecture (et ce grâce à la fin en particulier), car malgré tout l’auteur a réussi à me faire réfléchir et à me surprendre. De plus, le personnage de Shiori m’a vraiment touché et l’histoire est très bien menée. Si vous aimez les récits sombres et que le désespoir ne vous fait pas peur, alors cette BD de Kan Takahama est faite pour vous !

 

Sad Girl

Kan Takahama

Casterman

88 pages

16€

 

 

Ailayah

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau