Cambrioleurs, tome 1 : Les oiseaux de proie, de Jake Raynal

cambri.jpg

Quatrième de couverture

Ruben, Elias et Prev. Deux hommes et une femme. Un trio de malfrats, spécialistes de l’effraction et du cambriolage, réunis au hasard des circonstances de leurs activités clandestines. Issus des décombres de l’ancienne Yougoslavie, Elias et Prev forment un couple, amoureux. On ne sait pas trop d’où vient Ruben, ni pourquoi il a choisi cette étrange carrière. Qu’importe, ils font équipe, et sévissent d’une frontière à l’autre dans cette immense zone d’Europe Centrale qui ne cesse de se reconstruire et se reconfigurer depuis la disparition de l’Union Soviétique. Parmi leurs commanditaires, il y a le frère de Prev, Wallach, qui lui même est au service d’un big boss nommé Lazlo. De vols en coups de main, l’avenir paraît sourire au trio. Mais comment s’imaginer un futur réellement crédible dans l’univers complexe, amoral et dangereux des mafias européennes, régi par la méfiance, les doubles discours, la tentation permanente de la trahison et un féroce esprit de compétition ?

Chronique de Garlon

Partons à la rencontre du crime dans cette BD.

Un groupe de trois voleurs œuvrent dans le milieu du crime. Seulement, l’un des trois est un nouveau venu dans le coin, et cela ne plait pas à tout le monde, à commencer par la « hiérarchie » du crime organisé de la région. Recevant une mission périlleuse, les trois voleurs se lancent donc à l’aventure, aidés d’un terroriste qui n’est pas apprécié par tout le monde.

Certains aspects de la BD m’ont pas mal plû, mais je dois dire que, dans l’ensemble, le livre ne m’a pas paru assez travaillé.

Tout d’abord, parlons de l’histoire. J’ai trouvé l’idée vraiment très intéressante. Le fait de se retrouver, avec une BD, dans le milieu du crime organisé, m’a vraiment beaucoup plû, car on peut ainsi voir la « hiérarchie » du milieu, on peut assister aux crimes commis, etc. J’ai fort aimé cet aspect, et ai trouvé que l’intrigue, si on la prend dans sa globalité, est vraiment très intéressante. De plus, l’histoire ne manque pas d’action, loin de là.

On peut également apprendre certaines choses vraiment très intéressantes au niveau géopolitique et religieux, ce qui m’a fort plû.

Par contre, j’ai trouvé que l’intrigue, bien que très bien pensée dans son ensemble, n’est pas assez travaillée. En effet, les choses avancent trop vite, l’auteur veut trop vite arriver au dénouement, ce qui fait qu’on ne profite pas vraiment du fait d’assister aux crimes, de suivre pas à pas l’évolution de l’histoire (bon, ok, vous allez dire qu’avec une BD, on ne sait pas forcément faire long, mais bon, j’aurais aimé que ça « traîne » un peu plus). De plus, certains aspects sont fort flous, ce qui fait que le lecteur est assez perdu concernant l’histoire des personnages (mais j’espère que le tome 2 règlera les questions en suspend), personnages, d’ailleurs, pas assez travaillés à mon goût.

Concernant les dessins, je les aurais préférés plus « réalistes ». En effet, le style de la BD à ce niveau n’est pas trop mon genre, car les personnages, paysages, etc. sont dessinés de façon assez simple, « grossière », sans qu’un travail particulier ne soit recherché. Cela plaira sans doute à beaucoup de lecteurs, mais ce ne fût malheureusement pas mon cas.

En bref, nous avons ici une BD assez sympa, à l’idée de base excellente qui nous permet d’en apprendre plus sur le crime organisé, mais l’intrigue n’est pas assez travaillée, certains éléments restent trop flous, et les dessins étaient un peu trop « simplistes » à mon goût.

Une BD qui reste malgré tout intéressante à découvrir.

Personnellement, malgré ses défauts, elle m’a pas mal plû et j’attends donc la suite pour en apprendre plus.

 

Les oiseaux de proie

Cambrioleurs, tome 1

Jake Raynal

48 pages

13,95 € 


Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau