Le Chat, tome 17: Le Chat Erectus, Philippe Geluck

le-chat-erectus.jpg

Quatrième de couverture

Jeux de mots, sentences, pensées, aphorismes et nonsense à répétition : le Chat est de retour ! Créé par Philippe Geluck en 1983 dans les pages du grand quotidien belge Le Soir, cet irrésistible personnage de félin cravaté est vite devenu l’un des héros les plus populaires de la bande dessinée francophone. En seize albums et des milliers de gags, tour à tour profond, provocateur, philosophe ou délirant, mais toujours drôlissime, l’équipage Geluck / Le Chat n’a jamais cessé de surprendre son très vaste public. Aucune raison que cela cesse, donc, mais en revanche toutes les meilleures raisons de célébrer ce Chat Erectus, dix-septième du nom.

Chic, revoilà le Chat !
 

Chronique d'Alexandre

Je vous parlerai aujourd’hui de l’album « Le Chat Erectus », de Philippe Geluck.

Dans ce dix-septième tome, l’auteur nous montre un chat pareil à lui-même, plein d’un humour décapant, portant sur des sujets divers, qu’ils soient d’actualité ou plutôt intemporels, le lecteur pourra s’en délecter, soit en lisant tout l’album d’une traite, soit en ne parcourant qu’une ou deux pages à la fois.

Dans cet album, on retrouve, avant même la première page officielle, quelques beaux exemples de cette dérision à l’égard de sujets sensibles dont peut faire preuve le héros des gags qui, si je ne m’abuse, ont grandement contribués à faire connaître leur auteur du grand public.

Le chat nous entretient de sujets d’actualités qui, toute considération humoristique mise de côté, sont crapuleusement ennuyeux, voire même dégoûtants de par leur cynisme à toute épreuve, mais au travers des allocutions du héros, tout ce côté sombre et déprimant vole en éclat grâce à ce talent dont l’auteur fait preuve avec une constance étonnante quand il s’agit de démystifier les sujets qui fâchent.

Un bon point donc, s’il était encore besoin de le préciser, pour cet album du chat !

 

Un autre point que j’ai beaucoup apprécié, et c’est aussi une tendance récurrente dans les productions, c’est l’autodérision presque palpable qu’on rencontre tout au long des pages. Elle est loin l’image du héros de bande dessinée, sans peur et sans reproche, aux règles morales infaillibles, à l’intelligence incomparable et au courage sans faille ! On rencontre ici un héros de mauvaise foi, prompt à dégainer la blague qui, venant de toute autre personne, serait qualifiée de vaseuse. Ce même personnage qui, non content de cibler toute une série de détails de la vie quotidienne pour les tourner en dérision, va jusqu’à se moquer de sa blague en elle-même.

 

Je parle beaucoup du héros de la bande dessinée, mais elle présenté également bon nombre de dessins dont le chat ne fait pas partie, qui sont également aussi succulents les uns que les autres. L’auteur nous faisant part de cet humour décalé, voire absurde, si cher et caractéristique de la population belge. Cet humour qui est un des (très) rares sujets qui réveille mon patriotisme, d’ailleurs. Il faut bien l’avouer, lire du Philippe Geluck est l’une des rares choses qui font que je me sens fier d’être belge. S’il venait à lire ces quelques lignes, j’espère que Mr Geluck me pardonnera ce petit moment de faiblesse…

 

Après tous ces points forts, qui pourraient encore s’allonger, je me dois tout de même, dans un souci d’objectivité, pointer un point qui pourrait être un frein à une bonne appréciation de l’ouvrage.

 

Le lecteur n’appréciant par les blagues à tendance un peu (beaucoup) caustiques, l’humour décapant et l’ironie bien sentie devra peut-être s’abstenir d’ouvrir les pages de ce dix-septième album du chat (et des seize premiers, mais c’est le dernier qui nous occupe actuellement). De très nombreux gags ne sont appréciables que si l’humour noir est pour le lecteur une habitude, ou qu’il n’y soit au minimum pas allergique. Dans le cas contraire, et comme dit précédemment,  je lui conseillerais de se tenir à l’écart de l’album.

 

En résumé donc, un très bon album du chat que je conseillerais à toute personne appréciant l’humour si caractéristique de son auteur.

 

Le Chat Erectus

 

Le Chat, tome 17

 

Philippe Geluck

 

Casterman

 

9,97 euros

 

 

Alexandre

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/12/2012