Comme un vol de pétaures, trolle de troy: tome 3, Arleston, Mourier

Quatrième de couverture

On trouve sur Troy toutes sortes de créatures, mais les plus redoutables pour les humains sont sans nul doute les trolls. Pourtant, ces terribles prédateurs sont sympathiques. Ils chassent le dragon, cueillent le paysan et possèdent d'innombrables recettes pour les accommoder.

Deux siècles avant l'histoire de Lanfeust, les hommes décident d'exterminer les trolls et forment un groupe de chasseurs aux terribles pouvoirs. Teträm, brave troll, accompagné de sa fille adoptive, l'humaine Waha, va tout tenter pour sauver les siens...

 

Chronique d'Alexandre

Aujourd’hui, je vous parlerai du troisième tome de la bande dessinée Trolls de Troy.

Dans ce tome, Waha, Tëtram et Pröfy sont en route pour le Volcan Salaston. Après un long voyage sur la mer (finalement l’eau n’est pas si désagréable quand on ne la boit pas), nos trois héros s’échouent aux abords d’un village de pêcheurs. L’idéal pour se détendre après la traversée…

Après quelques négociations, l’un des habitants leur indique la route la plus courte pour rejoindre le volcan mais il les met en garde contre les dangers de la route.

Un voyageur rencontré en chemin les préviendra que La Grande Conjoncture aura lieu d’un jour à l’autre et qu’il serait totalement de s’aventurer à l’extérieur lorsque la gravité aura cessé d’agir !

Cependant, comme chacun le sait, les Trolls sont beaucoup trop lourds pour voler ! C’est ce que nous verrons en lisant l’album !

 

C’est un de mes tomes préférés dans la longue série de Trolls de Troy. L’humour présent brosse bon nombre de tableaux. Passant de l’absurde au graveleux en faisant escale au second degré, en donnant pour tous les goûts et garantissant un moment de franche rigolade à la lecture.

 

Les différentes scènes de l’histoire, aussi absurdes soient-elles sont toutes délicieusement empreintes de l’esprit troll qui fait tout le charme de cette série. Même les moments qui pourraient sembler désespérés dans une série à l’esprit moins encline à l’humour, nos héros les tournent en dérision et s’en tirent par une pirouette totalement en accord avec leur comportement habituel.

 

Les scènes de joyeux massacre sont également au rendez-vous, venant agréablement pimenter le récit sans en altérer le cours ou le ralentir. Exercice que les auteurs semblent assez bien maîtriser.

 

La fin du récit arrive de manière assez brutale, coupant court à une scène d’action en quelques images. A mon sens, le récit n’en est pas déforcé, mais certains pourraient rester sur leur faim face à une conclusion aussi brutale. Encore une fois, tout dépend de votre appréciation personnelle. Si d’aventure vous pesteriez face à cet aspect, un bon conseil, n’hésitez pas et ruez-vous sur le quatrième tome !

 

A lire sans aucune retenue, pour autant que l’on ne soit pas allergique à l’humour troll !

 

Alexandre

 

 46 pages

Soleil

12.83 euros

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/04/2012