Anita Blake 1, Plaisirs Coupables, de Laurell K. Hamilton

 

 

 

Quatrième de couverture

Mon nom est Blake, Anita Blake. Les vampires, eux, m'appellent "l'Exécutrice" et par égard pour les oreilles les plus chastes, je ne vous dirai pas comment, moi, je les appelle. Ma spécialité, au départ, c'était plutôt les zombies. Je relève les morts à la nuit tombée pour une petite PME. Ce n'est pas toujours très exaltant et mon patron m'exploite honteusement, mais quand on a un vrai don, ce serait idiot de ne pas s'en servir. Tuer des vampires, c'est autre chose, une vieille passion liée à des souvenirs d'enfance. Depuis qu'ils sont officiellement reconnus et ont pignon sur rue, ils se croient tout permis. Certes, il y en a de charmants, voire très sexy, mais il y en a aussi qui abusent. Ceux-là je les élimine. Rien de tel pour garder la forme : ça vous fouette le sang !

 

Critique de Ceinwèn

                Le premier tome des aventures d’une des plus célèbres chasseuses de vampires de la littérature du XXème siècle ! Une héroïne cynique, avec un sens de l’humour assez noir, qui n’hésite pas à lancer de petites phrases assassines, mais qui fait son boulot, et qui le fait bien ! Héroïne au caractère bien trempée, avec de la répartie, mais aussi une pionnière du genre bit-lit tel qu’on le défini aujourd’hui.

                Bien que l’on puisse faire plusieurs reproches à l’auteur, on pourra les mettre sur le compte de son inexpérience. Premier roman d’une longue série, on pardonnera une écriture parfois simpliste, qui s’est améliorée par la suite. De même que cette manie de citer des marques à tout bout de champs pour décrire des tenues (descriptions un poil trop abondantes parfois). Au fil des tomes l’ensemble va s’améliorer, et on quittera cette ambiance de « premier roman ».

                Besoin de resituer le monde ? Les vampires font partie de notre société, au grand damne de toutes les instances juridique qui ne savent pas comment les considérés. Ils peuvent se marier, travailler, payer des impôts, sortir dans la rue sans craindre d’être exécuté (enfin…pas plus qu’une autre minorité dira-t-on). Les zombies sortent de leur tombe sous l’invocation des réanimateurs pour répondre aux avocats et les métamorphes ne sont pas une légende !

Dans tout ce joyeux cirque, Anita Blake relève des zombies, c’est son job. Comme elle le dit elle-même, si elle ne le fait pas volontairement, ce sera involontairement, et c’est beaucoup moins drôle !

Mais elle est également l’Exécutrice, la croque-mitaine des morts-vivants. La personne que l’on contact lorsqu’un vampire a enfreint la loi. Couverte de cicatrices, Anita en a déjà pas mal à son tableau de chasse. Elle est même consultante pour la BRIS, Brigade Régionale d’Investigations Surnaturelles. Elle bosse sous les ordres de Rudolf « Dolf » Storr, un flic honnête et scrupuleux qui fait son travail à la perfection quitte à secouer les puces de son équipe, et Zerbrowski un flic qui, s’il fait bien son boulot, a toujours l’air de s’habiller dans le noir et ne peux s’empêcher de balancer des vannes à tout bout de champs. De temps à autre elle a l’occasion de travailler avec celui que les vampires ont surnommé « La Mort ». De son nom « officiel » Ted Forrester, qu’Anita connait sous le prénom d’Edward, il est chasseur de prime. Il est cher mais il est bon, le meilleur qui soit. Anita a construit une relation qu’on pourrait qualifier d’amitié entre eux, si t’en est que lui puisse avoir ce genre de sentiment. Ils ont parfois travaillé ensemble, même si elle évitera de parler de son implication dans des affaires…peu officielles. Personnage froid, efficace et cynique, Edward est un personnage secondaire qu’il ne faut pas négliger dans l’univers de notre exécutrice !

Mais cela ne l’empêche pas d’avoir des envies normales ! Un petit ami, humain de préférence, qui la comprenne, la respecte. Si elle a renoncé au rêve de fonder une famille en raison de sa vie elle n’en rêve pas moins du Prince Charmant.

               L’histoire commence lorsque Willy McCoy, un vampire qu’elle a connu lorsqu’il était encore vivant, vient lui proposer un contrat au nom de son maitre. Fidèle à ses principes Anita va d’abord violemment refuser, inflexible quant à certaines règles. Mais lorsque les vampires menacent une de ses meilleures amies, également avocate de la réanimatrice, celle-ci n’a d’autre choix que de céder. La maitresse vampire de la Ville, Nikolaos, des siècles de malveillance pour un corps de jeune fille délicate de douze ans, lui demande d’enquêter sur des meurtres de vampires qui se produisent en ville. Contrainte au silence vis-à-vis de la police, celle-ci ne peut compter que sur Edward, mystérieusement apparu en ville, et sur Jean-Claude. Jean-Claude…vampire, français, sexy en diable. On sait par les premiers chapitres que lui et Anita ce sont déjà rencontrés avant, mais nous n’en savons pas plus. Anita est troublée par sa beauté, mais elle préfère mettre sa sur le compte de ses charmes vampiriques. Il affrontera Nikolaos pour protéger Anita, et lui infligera la première marque vampirique pour lui sauver la vie. Il lui infligera la seconde par la suite, pour se protéger lui.

Grâce à Philip, un strip-teaseur du Plaisirs Coupables, le club de strip-tease de JC, Anita va pénétrer dans le monde fermé des humains accrocs à la morsure vampirique. Elle va également rencontrer Raphaël, le roi des rats-garous, qui veut se débarrasser de l’emprise de Nikolaos sur ses sujets.

Trahison, mort, effusions de sang. Anita va en voir de toutes les couleurs pour résoudre cette enquête, et aucune aide ne sera de trop. La question est de savoir s’il sera trop tard quand elle trouvera le coupable, et que faire de Nikolaos ?

                Des personnages attachants, à la personnalité creusée, de l’humour, de l’action, des rebondissements et du suspens. Bref un sacré cocktail pour un si petit premier tome !

 

Plaisirs Coupables

Anita Blake 1

Laurell K. Hamilton

Milady

352 pages

7€

 

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 27/06/2012