Anita Blake, tome 19 : Coups de Feu, de Laurell K. Hamilton

Quatrième de Couverture :

Ma pire ennemie, première vampire et créatrice de leur race ténébreuse, est de retour. Tout ce qu'il lui manque c'est un corps, et il semble qu'elle a jeté son dévolu sur le mien ! D'autant qu'elle pourrait se servir du pouvoir de mon triumvirat avec Jean-Claude et Richard pour s'en emparer. Je n'en suis pas à mon premier combat, mais tout le monde me dit de fuir, y compris mes ennemis ; car même si je reste l'exécutrice, affronter une déesse pourrait bien m'être fatal...

Chronique de Ceinwèn :

Voici donc le 19ème tome de la série Anita Blake qui arrive sur le site. Que dire ? L'auteur a indéniablement un talent certain pour l'écriture au sens où on se retrouve étrangement captivé par ce qu'elle relate, elle a de plus de très bonnes idées d'intrigues. Mais alors pourquoi, pourquoi, toujours du sexe ? A croire que LKH ne sait plus rien résoudre sans une ou plutôt plusieurs parties de jambes en l'air.
Pour accueillir des gens, pour calmer les ardeurs et les défis, pour combattre un ennemi, pour convaincre un ami de pas foutre le camps etc. Il faut toujours que ce soit Anita qui s'y colle, de préférence avec un public d'au moins trois personnages (minimum requis).
Pourtant l'intrigue avec la Mère Noire était intéressante, là où je trouvais son dernier traitement un peu facile, on voyant dans ce tome là qu'on ne se débarrasse pas comme ça de la plus puissante de toute.
C'était bien. 
L'idée qu'il fallait absolument que les vampires américains s'unissent, c'était bien. 
Que l'auteur essaye de se rappeler de tout le monde et leur offre une vie (des compagnes en l’occurrence) c'était bien. 
Qu'on ait enfin une scène où deux hommes sont ensemble, c'était bien. 
Que Richard soit moins borné (pour ne pas dire autre chose) et qu'Anita partage un peu ses hommes, aussi c'était bien. 
Mais pendant près de la moitié du bouquin on a des descriptions de fringues, les états-d'âmes d'Anita qui, si elle évolue un peu, est franchement casse-pied, et surtout que du sexe. 
Notre Marshall va tout de même régler une affaire par téléphone sans mettre le nez dehors. Mais où est donc passé l'exécutrice qui n'hésitait pas à mettre les mains dans le cambouis pour protéger les humains et ne se terrait pas sous terre. De plus, elle n'est jamais seule. Je veux dire, constamment l'auteur nous écrit que l'un de ses hommes l'enlace ou se colle à elle. 
Elle ne peut jamais respirer, même pas sous la douche. A la longue ce n'est plus agaçant, c'est carrément énervant. Je ne suis que lectrice et ça m’oppresse. 
Qu'Anita évolue sur tant de domaine mais devienne aussi dépendante de ses hommes me chagrine quelque peu.

Au final on a un tome qui regorge de bonnes idées qui font une fois de plus espérer au lecteur que l'intrigue va reprendre le dessus, mais qui est noyé sous le sexe et les états-d'âmes. Je ne sais plus quoi penser.

 

 

Coups de Feu

Anita Blake, tome 19

Laurell K. Hamilton

Bragelonne

456 pages (GF) - 528 pages (poche)
24 € (GF) - 8.90 € (poche)

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau