Felicity Atcock, tome 5 : Les anges battent la campagne, de Sophie Jomain

Felicity atcock 5

 

Quatrième de couverture :

La plupart des gens ont une famille bien comme il faut. Moi, non. Mon fils a des super pouvoirs, ma tante est un vampire, et mon père est gardé prisonnier en enfer. Si j'avais eu le caractère de ma mère, je serais restée bien tranquille chez moi, mais manque de bol, je suis le portrait craché de mon géniteur. C'est pourquoi je vais aller le chercher au sous-sol, serrer la pince à Satan et lui faire faux bond dans la foulée. Avec un peu de chance, je m'en sortirai indemne. Enfin... presque.

 

Chronique de Platinegirl :

Cela fait presque un an que j'ai fini de lire Les anges battent la campagne, le cinquième tome de la saga Felicity Atcock de Sophie Jomain. Cela fait presque un an que j'attends impatiemment la suite (et fin). Un an que je me dis "Purée, c'est quoi cette fin ? C'est trop £#@$*&€ !!! Comment ??? Pourquoi ???!!! Je te déteste, Sophie ! Non, je t'adore de réussir à me faire vivre de telles émotions ! ".

Ma chronique pourrait s'arrêter là, vous avez compris l'essentiel : j'ai aimé, j'ai vibré, je recommande et j'en redemande !

 

On reprend l'histoire un peu là où on l'avait laissée. Feli a récupéré son fils, mais a perdu son père dans la bataille. "Perdu" dans le sens "kidnappé par Satan", il n'est pas (vraiment) mort... J'ai eu du mal à comprendre Felicity, mais elle a décidé d'aller chercher son père en enfer. Alors que ce n'était pas le père idéal et, surtout, qu'elle aurait dû vouloir passer le plus de temps possible avec son bébé Adam à peine retrouvé. Oui, moi, la fille sans instinct maternel (sauf envers mon chat), je n'ai pas compris sa réaction. Mais je l'ai acceptée et j'ai donc décidé de continuer à suivre les aventures de Felicity. Pour découvrir ce qui lui arriverait. par le comique de situation (cela tient en un mot : Margaret...).

Parce que j'adore ce personnage. Parce que je suis aussi attachée fortement à ses proches (sauf à son père, apparemment - ce doit encore être à cause de ses cheveux... ! ). Parce que cet univers est extra, tant en terme de dynamiques des personnages que de la profondeur des mythes et légendes développés. Parce que je suis fan de la plume de Sophie Jomain, qui manie les détournements d'expression comme personne (on en reparlera...). Et qui me fait rire aussi en Et parce que, apparemment, je suis masochiste. J'aime me faire du mal. J'aime que l'on me décrive des choses vraiment écoeurantes, et j'en redemande. J'aime que l'on me fasse pleurer devant les aléas de la vie de mes héros favoris, je veux que cela devienne ma routine. J'aime cette frustration de sentir venir un ennui et de ne pouvoir rien changer. J'aime me sentir dépourvue car, mine de rien, depuis mon lit, je ne peux rien faire.

Et j'aime espérer que l'avenir de mes personnages favoris soit clair et limpide, comme de l'eau de source. J'aime continuer à suivre leur vie... et je désespère de savoir que le prochain roman sera la fin. La vraie. Celle où il faudra faire ses adieux. D'un côté, cela me rassure de repousser l'échéance en mars 2017...

 

Bref, tout cela pour vour dire que ce cinquième tome de Felicity Atcock m'a beaucoup plu, ému et fait vibrer (dans tous les sens du terme). Accrochez-vous !

 

Les anges battent la campagne

Felicity Atcock, tome 5

Sophie Jomain

Editions Rebelle

290 pages

18 euros.

Commentaires (1)

Marine Le Puy des Livres
  • 1. Marine Le Puy des Livres (site web) | 03/11/2016
Je me retiens difficilement de lire ce tome. Avec la date de parution repoussée du dernier tome, je vais devoir serrer les dents.
J'aime tellement cette série que je vais certainement la relire.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 30/10/2016