L'Evangile des Damnés, chapitre 2: Le chasseur aux yeux d'argent, de Alick

evangile-des-damnes-2.jpg

 

Quatrième de couverture:

Ange…

Son accident a tout changé.

Plongé au cœur du complot par la "nuit des maîtres", Yann, son ami de toujours, intègre le Centre. Durant son année d’apprentissage il découvre une vérité essentielle à son combat et en ressort transformé. Bien plus impliqué qu’il ne le croit, il subit de plein fouet les vicissitudes du Jehad et devient l’ennemi public numéro 1. Son périple le conduit à créer une alliance à l’intérieur de laquelle humains, hybrides et Eveillés s’engagent côtes à côtes.

Mais qui est vraiment leur ennemi ? Et d’où vient cette Force indomptable qui les gouverne tous ?

 

Chronique de Platinegirl:

 

Avant de commencer, je tiens à avertir les lecteurs de cette chronique: j'y dévoile des ressorts cachés du tome 1 de cette saga: "Le cinquième maître du sang".

D'ailleurs, les spoilers commencent ici car, même si j'avais bien aimé le tome 1 de L'Evangile des Damnés, je ne savais pas trop si j'aimerais sa suite dans la mesure où son personnage principal trouve la mort à la fin du premier tome. Certes, on voyait déjà que Yann, Etienne et Alain allaient jouer un rôle au sein des Chasseurs, mais je vous avoue que je ne m'étais pas spécialement attaché à eux, le premier à cause de son caractère, le second et le troisième à cause de leur envie première de devenir des Eveillés. Pourtant, j'ai bien fait de poursuivre l'aventure car cette appréhension que j'avais, celle de ne pas m'attacher à ces nouveaux personnages, a disparu bien vite!

 

Mais reprenons depuis le début: la prise en main de ce roman. J'ai beaucoup aimé sa couverture sombre et inquiétante, qui met en avant des détails de l'histoire de manière très subtile (une lame, des yeux argentés, la Statue de la Liberté, la Tour Eiffel...). Tout comme pour le premier tome, j'ai été satisfaite de la qualité de ce livre en tant qu'objet: son format médium cumule les qualités du poche comme du broché et le livre reste léger malgré ses plus de 375 pages. Peu de fautes au sein de ce livre, mis à part quelques coupures de mot (pour le retour à la ligne) qui n'ont pas été enlevées malgré le fait que la nouvelle mise en page ne retourne pas à la ligne (en clair, il y a des mots cou-pés comme ça, dedans), mais, comme d'habitude, je chipote!

 

Bref, revenons à l'histoire. On la reprend là où on s'est arrêté et j'ai été bien contente que ce volume dure pendant de longues années, car je n'avais aucune envie de suivre la formation de Yann en long, large et travers! Ce rapport au temps a été très bien mené dans le roman car on a des coupures de quelques mois, des avances accélérées aussi, des pauses d'une année... et, pourtant, on n'est absolument pas désorientés! Il faut dire, cela s'inclue très bien dans l'histoire et nous permet de nous concentrer sur l'essentiel. Il vaut mieux d'ailleurs car, c'est là la grande force de ce roman, mais aussi sa faiblesse: il faut suivre pour comprendre! Dans ce volume, les bases ayant été posées dans le tome 1, on ne nous les réexplique pas et j'ai envie de dire que je suis bien heureuse d'avoir lu le tome 1 que quelques semaines avant car j'en aurais oublié, des choses, détails ou pas, entre temps! De plus, en terme de compréhension, le fait est qu'on ne sait jamais qui est le gentil, qui est le méchant dans tout cela, donc, franchement, on a intérêt à s'accrocher! Et, pourtant, malgré mon cerveau fatigué et mes pauses lecture souvent entrecoupées de correspondance entre mes différents moyens de transport journaliers: j'ai tout compris! Donc, comme je vous le disais tout à l'heure, c'est un bien pour moi, toute cette complexité et le fait qu'on ne revient pas sur ce qui est sensé être acquis, mais cela pourrait en gêner quelques uns.

Je n'ai pas envie de vous en dire plus sur l'histoire, c'est un ensemble cohérent mais complexe, très sympathique à lire grâce à l'écriture d'Alick qui est fluide et agréable malgré le fait qu'il nous présente un monde vraiment unique, tout juste sorti de son imagination. J'aurais juste une petite chose à ajouter sur le fond: si le tome 1 pouvait assez facilement être offert aux enfants de son entourage, je ne vous conseille pas d'offrir ce volume à des mineurs, il y a quelques scènes de sexe (vraiment bien écrites, d'ailleurs), que vous n'aurez pas envie de voir entre les mains d'un ado de moins de 16 ans.

 

Avant de terminer, je souhaitais aborder un point que j'ai effleuré précédemment: l'attachement aux personnages. Je vous avoue que je suis bien embêtée, là, car, en y réfléchissant, Yann et moi, ce n'est pas la passion, ni l'affection. C'est un personnage que j'admire pour son habilité intellectuelle à se sortir d'un mauvais pas, mais pas plus. Si je vous en parle, c'est parce que je trouve que ce roman plairait peut-être plus aux hommes qu'aux femmes, finalement, mais j'ai peur de l'écrire car, 1) j'aimerais voir des filles le lire et l'aimer autant que moi, 2) je n'aime pas ce cliché du "si c'est un homme qui écrit, cela plaira plus aux hommes". Enfin, vous avez compris, quoi. En tout cas, malgré le manque d'atomes crochus que j'ai avec ses personnages (sauf les geekettes de la section six, j'ai craqué pour elles!), j'ai beaucoup aimé ce livre et il faut vraiment être fort pour me faire aimer un livre où je ne suis pas attachée à ses personnages!

 

 

C'est décidé, je vais rendre mon clavier et finir cette chronique comme cela: si vous avez aimé le premier tome de cette saga, foncez! Sinon, retentez votre chance, il y a quand même de sacrées différences de cheminement des héros entre ces deux tomes, vous pourriez être surpris (non, en fait, vous le serez car on en perd son latin, entre les "ce camp est celui des gentils" et "finalement, ils sont peut-être méchants"!)!

 

 

Le chasseur aux yeux d'argent

L'Evangile des Damnés, tome 2

Alick

Editions Rebelle

383 pages

19 euros.

 

Voir aussi mes chroniques des tomes précédent et suivant :

L'Evangile des Damnés, chapitre 1: Le cinquième maître du sang, d'Alick

L'Evangile des Damnés, tome 3: Au Commencement, de Alick

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/03/2013