Gossip Girl, tome 1: Cela fait tellement de bien de dire du mal, de Cecily Von Ziegesar

 

Quatrième de couverture:

 

Bienvenue dans l'Upper East Side, le quartier chic de New York, où vivent Olivia et ses amis. Ils sont jeunes, ils sont riches, ils sont beaux, ils ont un penchant immodéré pour l'alcool, la fête, la cigarette... et les grossièretés. Ils fréquentent les écoles privées les plus prestigieuses de NY dans l'objectif d'intégrer Yale ou Harvard et de faire les plus beaux mariages, rien que ça... Bienvenue dans un monde de jalousie, d'envie et de trahison où se nouent et se dénouent les amours et les amitiés - le tout sous 1'œil de lynx et la langue de p... de la mystérieuse Gossip Girl qui voit tout, entend tout et relate tout sur Internet dans une rubrique où elle n'hésite pas à déformer à l'envi les aventures et mésaventures de ses " copains ". Plat de résistance : le retour du pensionnat de la sublime Serena après un an d'absence : elle est la fille que tous les garçons désirent et que toutes les filles désirent être. Le petit monde d'Olivia, son ex-meilleure amie, et de ses inséparables copines langues de vipère, risque fort d'être chamboulé. Olivia n'aura plus la vedette, elle ne sera plus la plus belle, la plus convoitée. Et si, en plus, Serena avait les meilleures notes, se mettait tous leurs profs dans la poche et, pire, lui piquait Nate, son petit ami si sexy ? Un vent de folie va souffler sur le monde de scandale et de commérages de ces pauvres petites filles riches !

 

Chronique de Platinegirl:

 

Que celui ou celle qui ne connait pas Gossip Girl lève la main! Pour les deux du fond qui ont osé montrer leur ignorance, Gossip Girl, c'est la saga chick lit d'un nouveau genre qui s'est imposée ces dernières années, autant sur nos écrans TV, via la série télévisée éponyme, que dans nos librairies favorites où elle intéresse principalement les adolescentes et jeunes femmes adultes.


Le pitch, c'est l'histoire d'un groupe de jeunes habitants new-yorkais, très riches, qui vivent des aventures amoureuses compliquées, se détestent puis s'adorent et, surtout, rigolent des travers de leurs petits copains via le blog d'une certaine Gossip Girl qui y dévoile leurs plus honteux secrets.
Cela fait huit ans que je connais cette histoire et que je ne rate pas un seul épisode, littéraire ou télévisé. Et que j'éprouve du plaisir à relire chaque livre, et même à les découvrir en anglais.

Pourquoi? Parce que, dès ce premier tome, les codes de la littérature à destination des ados sont rompus:
- la sexualité débridée de la jeunesse dorée américaine est présentée sans tabou. Qu'ils le fassent ou pas, ils en parlent et y pensent, c'est bien loin du puritanisme américain!
- les dépendances à l'alcool, à la cigarette et à la drogue sont montrées sans être jugées. So shocking!
- leur richesse est plus qu'assumée. Ils sont nés avec une cuillère en argent dans la bouche et dépensent des milliers de dollars chaque jour auprès des grandes marques de luxe! Sans sourciller.

On a donc un cocktail très rock'n'roll, un portrait si poussé qu'on ne peut croire qu'il soit uniquement factice. Et cela fait du bien de juger Olivia (Blair en VO), Serena, Nate et Chuck, pour ne citer qu'eux. Tout comme cela nous amuse de voir Dan et Jenny, les héros plus modestes, plonger, eux aussi, dans les travers d’une vie si facile.

Ce premier tome est une agréable mise en bouche de la saga, qui présente tour à tour les personnages principaux de la série. On y découvre Serena qui revient dans son ancienne vie de luxe, après un séjour mouvementé à l’internat. Sa meilleure amie, Blair, aurait bien préféré qu’elle y reste et s’amuse des ragots qui circulent à propos de son passé dévergondé.

L'écriture de Cecily Von Ziegesar, dans ce premier volet, que ce soit en anglais ou en version traduite en français, est légère, fluide et corrosive. Chaque chapitre montre ce que vit un des personnages centraux de la saga, avec un point de vue omniscient couplé à quelques répliques acerbes de la Gossip Girl qui ne manque pas d'avoir le verbe qui fait mouche.


Les descriptions n'ont rien à voir avec celles de Proust, elles s'attachent aux détails vestimentaires des protagonistes, nommant à tour de bras les marques de luxe qu'ils portent en toutes occasions. J'avoue, j'aime ça, surtout quand cela me permet de découvrir des créateurs américains encore inconnus en France!


Cela se lit comme on respire, facilement. Quelques heures nous permettent de plonger dans l'univers rêvé mais pourtant pas idéalisé de la haute bourgeoisie new-yorkaise. Et d'en redemander encore et encore, parce que... cela fait tellement de bien de dire du mal!

 

 

Cela fait tellement de bien de dire du mal

Gossip Girl 1

Cecily Von Ziegesar

Edition Fleuve Noir

250 pages

4,70€

 

Commentaires (1)

Tequi
  • 1. Tequi | 04/04/2011
J'avais lu ce tome il y a très longtemps et pas vraiment accroché. Quand j'ai commencé à bien aimer la série, j'ai relu le 1er tome et quelques suivants, mais rien à faire, autant j'aime les aventures télévisées de l'Upper East Side, autant sur papier ça ne m'emballe pas plus que ça !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 22/03/2013