Comme des fantômes - Histoires sauvées du feu, de Fabrice Colin

 

Quatrième de couverture :

Que se passe-t-il quand un auteur abandonne ses personnages ? Quand l'Alice de Lewis Carroll oublie de fêter ses cent trente ans ? Quand Peter Pan entend vous faire payer ses orientations sexuelles ? Que se passe-t-il lorsqu'un lecteur est pris au piège d'un cadavre d'histoire, qu'un détective devient fabricant de spectres ou que la mort d'un poète fait surgir une forêt ? Expert en fantômes et en fées, docteur ès faux-semblants et machinations troubles, Fabrice Colin possédait sur ces questions - et sur d'autres - des avis très personnels. C'était avant 2005 : avant qu'un incendie accidentel ne mette un terme brutal à ce qu'il appelait lui-même " ma petite carrière d'ombres ". Ce recueil de nouvelles se veut hommage autant qu'étude; s'y dévoile une personnalité tourmentée et complexe dont les textes ici présentés ne sauraient suffire à épuiser pleinement le mystère. Suicide ou disparition ? Mythomanie chronique ou soif d'histoires compulsive ? La réponse, si elle existe, se trouve à l'intérieur.

Chronique d'Archessia :

Bon, déjà, j'ai le regret de vous informer que Fabrice Colin est mort. Ben oui, c'est comme ça ! Moi aussi j'ai été surprise de l'apprendre 
Ce recueil se veut hommage/étude de l'auteur. Décédé lors de l'incendie de sa demeure, ces textes ont été récupérés et soigneusement réunis dans cet ouvrage. Chaque texte est présenté par quelqu'un connaissant Fabrice (ou pas) comme Christophe Claro, David Calvo ou Catherine Dufour, une bonne façon de se préparer à l'histoire que l'on s'apprête à nous servir.

Je dois bien l'avouer, je sors de cette lecture ... un peu barbouillée.
Elle m'a laissé un goût doux-amer dans la bouche, ne sachant pas trop quoi en penser, étant tantôt complètement séduite par un récit, tantôt vraiment découragée par la lecture d'un autre. Ce fut une expérience très étrange, que j'aurais du mal à décrire. Au final, là était peut-être le but (assumé ou non) de ce recueil.
En tout cas, je ne pense pas qu'il laisse indifférent.

Dans les histoires qui m'ont plues, il y a eu celle de cette princesse fée, décidée à rester dans la monde des humains malgré les ordres de son père dans le monde féerique, et qui trouve le moyen de crier son histoire en en faisant un film à l'énorme succès.
Celle de cet homme engagé pour exorciser les fantômes qui ont tendance à hanter les gens, et qui a l'habitude de passer dans le monde des esprit quand cela est nécessaire.
Celle d'une jeune femme qui va écouter le témoignage incroyable de parents ayant été forcés d'abattre leur petite fille, devenue vampire.
Celle de cet homme, ancien roi, devenu conteur, obligé de raconter l'histoire de sa quête d'un fils perdu.
Celles-ci, entre autres, m'ont fait rêver, ou m'ont effrayées même (celle sur l'enfant vampire est incroyable), en tout cas elles ont toutes remuées quelque chose en moi, et ce fut un vrai plaisir de les lire.

Malheureusement, dans un recueil de nouvelles, c'est très rare qu'on ne trouve que des perles, alors celui-ci ne déroge pas à la règle et il y a des textes qui m'ont fortement déplus, ennuyés ou, tout simplement, je l'avoue ... je n'y ai rien compris.
L'histoire nous présentant un Peter Pan gay vulgaire et cruel m'a vraiment choquée, en fait. J'admets que, pour une fois, je l'ai prise au premier degré, et je me rend bien compte que ça a joué dans ma perception de cette celle-ci. Mais, je ne sais pas, je n'ai tout simplement pas su faire autrement. Il y avait un tel décalage entre le Peter Pan des contes d'enfants et celui que nous présentait Fabrice Colin. C'est glauque et dérangeant. D'habitude j'aime ça, mais là, ça n'est pas passé, tout simplement, ça arrive.
Intervention forcée en milieu crépusculaire est ... vraiment étrange. Tout part un peu dans tout les sens, la narration est saccadée, c'est très brouillon, et le sujet est difficilement identifiable. Souvent je devais revenir quelques phrases en arrière pour être sûre de comprendre ce qui se déroulait sous mes yeux ! 

A côté de ça, il y a également des textes biographiques rédigés par l'auteur, de différentes personnes qui l'ont marquées dans la vie.

J'ai dévoré celles de Graham et Rackham, tellement on ressent la passion dans les mots, l'amour dans les phrases.
Des bouts de vie, anecdotiques ou populaires, qui nous rapproche de ces personnages qui ont comptés pour la littérature, aussi bien à leur époque qu'à la notre.
Une belle incursion dans ces vies que l'on a tendance à laisser de côté.

Pour résumer, comme vous l'avez deviné, Comme des fantômes est un ouvrage en demi-teintes, qui vous fera rire, vous interpellera, vous donnera des frissons, vous laissera sur votre faim parfois, ou même vous découragera. Mais ce qui est certain, c'est qu'il déclenchera quelque chose dans chaque lecteur, que ce soit positif ou négatif.

N'est ce pas cela le plus important, au final ?

Comme des fantômes - Histoires sauvées du feu

Fabrice Colin

Folio (SF)

475 pages

8,40 €

 

Commentaires (1)

Lou
Je partage ton avis sur la nouvelle sur Peter Pan... je l'ai également prise au premier degré mais la vulgarité du ton me gêne vraiment. Colin peut écrire de beaux textes, je trouve dommage d'avoir joué la provocation pour ne pas aboutir à grand-chose.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau