Dernière semaine d'un Reptile, de Franck Ferric

reptile.jpg

Quatrième de couverture

Dans son petit appartement minable, Julius vit une existence qui ne vaut pas beaucoup mieux. Sa petite amie l’a plaqué. Son job est idiot. Sa voisine est fêlée. Son unique échappatoire est l’écriture, à laquelle il se consacre tous les jours. Ses histoires parlent de plombiers de l’espace lancés à travers les intestins de l’Univers, de clochards vampires courant après le soleil, de gamins qui préfèrent la chasse au dragon aux bancs de l’école.

À travers huit nouvelles de fantastique, de fantasy et de science fiction, toutes liées à de grands thèmes mythiques ou légendaires, « Dernière semaine d’un reptile » retrace les sept derniers jours d’un écrivain looser et solitaire, sa glissade délirante dans sa folie intime, dans la folie du monde.

Chronique de Garlon

Plongeons dans un nouveau recueil de nouvelles avec Dernière semaine d’un Reptile.


A travers la vie de Julius, homme sans le sou qui survit comme il peut dans son petit appartement et qui écrit pour passer le temps, nous partons à la découverte de plusieurs histoires.

Mais sa vie bascule lorsqu’il commence à se rendre compte que les gens ne se rappellent plus de lui et qu’ils deviennent tout gris.


On suit donc ici les histoires en deux temps : la vie de Julius, qui nous croisons tout au long du livre, et les différentes nouvelles, intégrées dans l’histoire. Cela est vraiment très bien pensé, car ça nous crée des histoires dans l’histoire, un moyen de suivre une trame principale tout en en ayant d’autres tout à fait différentes qui nous sont présentées.

On se retrouve donc ici avec quelques histoires tout à fait passionnantes, qui nous plongent dans de la science-fiction, de la fantasy, du fantastique, et même avec une nouvelle qui se sert de mythologie.

Tout cela est vraiment tout à fait original, et très bien pensé. Parfois sombres, d’autres fois plus gores, ou encore avec une certaine dose d’humour, les nouvelles ici présentées ne laisseront pas le lecteur indifférent.

On pourrait parfois reprocher que certaines fins nous laissent sur notre faim, mais ces éléments plus mystérieux ont aussi leurs avantage, dont le principal est de laisser jouer l’imagination du lecteur.

La plupart des nouvelles présentes dans le recueil ont déjà été éditées dans des anthologies, et le lecteur aura donc, si il a lu certaines d’entre elles, la joie d’en redécouvrir. Ce fût mon cas avec une nouvelle qui avait été par le passé publiée dans l’anthologie Les Héritiers d’Homère, que j’avais adoré.


Le style de l’auteur est vraiment très agréable à lire. Simple et fluide, il nous permet de bien nous  plonger dans les histoires, de s’en imprégner totalement et d’ainsi les vivre.

On pourra reprocher quelques coquilles, mais celles-ci restent, dans l’ensemble, assez rares et ne sont pas forcément dérangeantes.


Les personnages, quant à eux, sont tous très bien travaillés. Pour chaque nouvelle, nous avons des personnes totalement différentes les unes des autres, chacune avec son histoire, ses états d’âme, ses émotions, etc. Chacun est totalement cohérent avec l’histoire, et tout est vraiment très bien construit. On ne partage pas particulièrement leurs émotions, mais il est souvent dur de s’attacher aux personnages dans des nouvelles, et surtout lorsqu’elles sont fort particulières, comme celles-ci.


En bref, nous avons un superbe recueil, avec une nouvelle principale dans laquelle d’autres sont intégrées. Tout est vraiment très bien imaginé et passionnant et on peut ainsi parcourir les différents genres de l’imaginaire, avec un superbe style d’écriture et des personnages vraiment très bien conçus.


Un très bon recueil que je vous recommande.


Dernière semaine d'un Reptile

Franck Ferric

Editions Du Riez

Fantastique/Horreur

244 pages

8 €


Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau