L'aigle de Sang, de Jean-Christophe Chaumette

Quatrième de couverture :

 Alors qu’un hiver permanent s’est abattu sur le monde, une poignée d’inspecteurs du Tribunal Pénal International mène l’enquête sur une série de meurtres aussi mystérieux que terrifiants : de grands criminels de guerre sont retrouvés morts, crucifiés selon un ancien rituel viking appelé « l’aigle de sang ». Ces faits sont d’autant plus troublants que de nombreux autres indices renvoient à la mythologie scandinave, et notamment au Ragnarok, ou « Crépuscule des dieux ». L’ancienne prophétie nordique serait-elle en train de s’accomplir ? La fin de notre monde serait-elle proche ?

Chronique de Ceinwèn

Je vais me faire taper sur les doigts. Je le sens, je le sais : je n'ai pour ainsi dire pas accroché à ce roman. Pourtant il avait tout pour me séduire. Je m'explique.

Nous suivons un groupe d'inspecteurs du Tribunal Penal Internationale chargés d'enquêter sur les assassinats particulièrement barbares de criminelles de guerre internationaux. Rapidement, les pistes s'orientent vers la mythologie scandinave, le mythe de Ragnarok et tout ce qui en découle. L'idée était géniale ! D'autant plus que l'auteur approfondit son intrigue et n'hésite pas à prendre des risques, à changer de cadre, d'ambiance, de pays et de politique. Il n'hésite pas non plus à faire de grands chamboulements parmi les personnages afin d'arriver à son essentiel. 

Néanmoins j'ai décroché à mi-roman à peu près. En effet, l'idée de faire intervenir une part de mythologie était sympathique, mais rapidement ça a tourné au roman mystique et ça je n'y adhère pas. C'est une question de goût. J'ai en effet trouvé que l'intrigue de départ était écrasé au profit de la théorie des secrets de gouvernement et des théories "ufologues". Du coup on nous donne la résolution des meurtres de départ très rapidement et l'auteur passe à autre chose. Cela donne une impression de deux parties accolées. 

Questions personnages, ils sont assez peu approfondis puisqu'il y en a tellement que ce serait difficile d'aller plus loin qu'une simple présentation d'un personnage importan. Le devant de la scène est partagé entre presque 10 personnages, donc chacun voit sa mise en lumière diminuée. De même : Erika est le premier personnage qui est mis en avant, elle est intéressante, mais rapidement elle devient comme un bibelot et n'aura plus qu'un rôle anectodique voir inutile. Quant à l'histoire d'amour, surement là pour alléger l'ensemble, elle est tombée complètement à plat chez moi : je n'y crois pas un seul instant et pas de papillons dans le ventre.

La fin pour sa part m'a semblé un peu trop condensée par rapport à tout les développements et les efforts déployés par l'auteur dans le corps principal du roman. Cela déséquilibre l'ensemble : un début qui donne une impression de fracture, un corps long et mystique et une fin rapide par rapport au reste. 

 

Donc voilà, malgré les efforts et la cohérence de l'ensemble j'aurai eu beaucoup de mal à terminer ce roman et je n'y adhère pas. D'autres aimeront sans hésitations, mais je suis passée à côté.

 

L'aigle de Sang

Jean-Christophe Chaumette

Lokomodo

576 pages

9.90 €

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau