La Chair sous les Ongles, de Brice Tarvel

chair.jpg

Quatrième de couverture

Elle posa la main sur la poignée du réfrigérateur, ouvrit la lourde porte. L’instant d’après, elle se rejetait vivement en arrière, tout à fait horrifiée.
— Je vous avais prévenue, fit gravement remarquer Joussin.
Il avança une chaise vers la jeune femme qui chancelait, puis ajouta:
— Ce n’est qu’un pied, un pied humain.

Gilbert Joussin vient de perdre sa mère. Comme il doit désormais trouver seule sa nourriture, il va lui falloir rencontrer des gens qui ne sont guère des plus recommandables et se livrer à des actes épouvantables qui ne sont pas dans ses habitudes. Mais comment faire autrement quand on est né cannibale ? Que veut cette nouvelle voisine qui lui saute au cou ? Et cette autre jolie femme paraissant le surveiller ? Et puis il y a ces bikers pourvoyeurs de chair humaine…

Chronique de Garlon

Lançons-nous dans le dernier né de Brice Tarvel.


Ce recueil est composé d’une novella et de plusieurs petites nouvelles. Afin de ne pas faire une chronique trop longue, je vais parler de la novella en particulier et du recueil en général.


Commençons donc par la novella : La Chair sous les ongles.


Gilbert vient de perdre sa mère. C’est très ennuyant pour lui car, souffrant d’un mal mystérieux, il ne sait se nourrir que de chair humaine, et s’était sa mère qui lui apportait sa nourriture. Il va donc devoir se débrouiller pour se nourrir.

Mais voilà qu’une jeune femme débarque et découvre son secret. Loin d’être dégoutée, elle séduit Gilbert et l’aide à trouver à manger.

Mais une bande de bikers le menace pour le compter dans leurs clients. De plus, Gilbert tente de retrouver la personne qui fournissait sa mère et la jeune femme qui l’aide a un comportement trop amoureux pour être honnête.

Qu’est-ce qui se cache derrière cela ?


La nouvelle, comme tout le recueil, m’a vraiment fort plû.


L’histoire, tout d’abord, est vraiment très originale. Le thème des cannibales est déjà fascinant et permet d’avoir de bonnes histoires d’horreur, mais en plus lorsque le cannibale est lui même le personnage principal, on plonge vraiment dans une histoire totalement fascinante, qui nous permet de suivre les péripéties d’un personnage totalement hors du commun. Parce que des péripéties, il y en a ! Il y a vraiment beaucoup d’action et de retournements de situation et, même si certains sont parfois prévisibles, Brice Tarvel parvient à nous surprendre jusqu’au bout et à nous plonger dans l’esprit de Gilbert avec brio, justifiant les actions du personnage et nous permettant de vivre, aimer et souffrir avec lui, ce qui nous attache à lui.

En plus de tout cela, on peut ajouter le plus grand talent de l’auteur, ce qui rend ses livres vraiment exceptionnels : le gore. En effet, Brice Tarvel est vraiment très doué pour nous fournir des ambiances très sombres, vraiment dérangeantes, qui mettent le lecteur mal à l’aise, ainsi que des descriptions fort gores, assez dégueulasses qui peuvent retourner le coeur du lecteur. Ici, l’auteur nous montre une fois de plus son talent pour cela, avec de magnifiques repas de cannibale qui vous couperons à coup sûr l’appetit. Une exceptionnelle maitrise du gore !


Au niveau des autres nouvelles, qui avaient pour beaucoup été publiées dans des magasines par le passé, agrémentée de quelques inédites, nous avons cette même qualité. Nous découvrons ainsi nombre d’histoire passionnante, tournant en général autour du fantastique, le plus souvent avec une bonne dose d’horreur et d’épouvante qui fera battre rapidement le coeur du lecteur. Toutes les histoires sont vraiment très bien trouvées et, même si chaque lecteur aura ses préférences, on est globalement fasciné par les évènements, totalement pris par ce qui se déroule sous nos yeux, que ce soit une histoire d’horreur ou plutôt un aspect plus “thriller fantastique”. Aucune histoire ne vous laissera indifférent.


Et en ce qui concerne le style général de l’auteur, il est vraiment fort fluide, très agréable à lire, et il n’hésite pas à bien nous décrire certains évènements, dans le but principal d’accentuer le côté gore et de nous retourner l’estomac. Un vrai plaisir.

Quelques coquilles assez dérangeantes sont présentes, mais ne sont pas fort nombreuses, ce qui ne gêne donc pas la lecture générale du livre.


En bref, nous avons ici un superbe livre qui regroupe une novella avec une histoire de cannibale passionnante, agrémentée d’action, de retournements de situation et de nombreux passages fort gores et “dégueulasses”. Les nouvelles sont toutes de très bonne qualité et tout à fait passionnantes et le style de l’auteur est très fluide, avec une touche de gore parfait pour nous retourner l’estomac.


Un livre à découvrir si vous aimez les ambiances et descriptions sombres, dérangeantes et franchement gores !

 

La Chair sous les Ongles

Brice Tarvel

Rivière Blanche

Fantastique/Horreur

284 pages

20 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 08/08/2013