Les fosses d'Iverson, de Dan Simmons

 

Quatrième de couverture

En 1913 les Etats-Unis fête leur réconciliation nationale 50 ans après la guerre de sécession. A cette occasion un grand rassemblement de vétérans est organisé sur les lieux de la terrible bataille de Gettysburg pendant l’été. Une véritable aubaine pour un jeune boy-scout d’approcher tous ces guerriers dont les uniformes le font rêver. Sa mission : s’occuper de l’un de ces vieillards pendant la fête. Mais celui-ci a d’autres intentions. Il veut retrouver le général qui a envoyé son unité se faire massacrer et se venger de lui…

 

Chronique d'Alexandre

C’est de l’œuvre Les fosses d’Iverson de Dan Simmons dont je vous parlerai aujourd’hui.

Au cours de ce récit, vous suivrez un jeune scout se rendant à la commémoration des 50 ans de la bataille de Gettysburg (guerre de sécession). Il sera alors affecté au service d’un ancien officier pour le moins bizarre…

En effet, ce dernier n’est revenu à Gettysburg que dans l’espoir de se venger de son officier de l’époque : Alfred Iverson.

Il y a 50 ans de cela, le colonel Iverson envoya la presque totalité de ses hommes à la mort par son incompétence. Tombés dans une embuscade des troupes ennemies, les camarades de notre vétéran se firent décimer en quelques minutes.

Iverson ne reconnut jamais ses torts. Il fut dénoncé par ses hommes de troupes et écarté du front pour erreur stratégique.

Le vétéran affecté à notre scout l’entraînera sur les lieux du massacre, lieu même ou furent inhumées dans des fosses les victimes de cette funeste journée. Il y apprendra les évènements d’alors et vivra une terrible aventure, le marquant pour le restant de ses jours.

C’est dans l’ensemble une agréable surprise que la découverte de cette nouvelle de Dan Simmons. L’aspect dénonciateur et historique fort présents sont des éléments donnant un solide crédit au récit.

Les informations concernant les détails en tous genres de cette escarmouche sont des plus pointues, sans relever de l’ordre du superflu, venant ennuyer le lecteur au final. Que du contraire, la balance entre apport d’informations et romance est menée de main de maître, ne donnant jamais l’impression de suivre un cours d’histoire ou de lire un manuel spécialisé.

L’aspect dénonciateur n’est pas sans intérêt, pour autant que vous ayez un léger contentieux avec les hautes sphères des armées. Si pas, je ne pense pas que cet aspect vous dérangera, étant donné que les informations relatées ne le sont pas de manière tendancieuse. Bien sur, le personnage nous les donnant a tendance à pointer un doigt accusateur sur le colonel Iverson, mais jamais on n’a l’impression que l’auteur est dans le même état d’esprit. Chacun y trouvera donc son compte.

Un point qui aurait pu jouer en la défaveur du récit est le fait que le narrateur soit un personnage interne à l’histoire et parle en « Je ». Cependant, la place accordée aux évènements domine largement celle accordée aux états d’âmes du narrateur, venant contrer le désagrément d’une telle forme de narration.

La fin du récit bascule dans le fantastique, voir l’horreur. Bien de soignée et de qualité, cette fin m’a assez peu satisfait. Je trouve que le dénouement de la fiction de cette manière est un peu trop facile, bien que bien ficelée et toujours aussi agréable à lire que le reste de l’ouvrage. Elle vient même donner un sursaut et un souffle agréable à cette nouvelle, si l’on met de côté la légère frustration citée plus haut.

N’ayez crainte, cette révélation sur la fin du récit ne vous gâchera pas le plaisir de la découvrir, vous la sentirez venir à des kilomètres.

Une critique un peu moins enthousiaste que les autres, certes, mais il n’en demeure pas moins que la lecture de Les fosses d’Iverson est un agréable moment et une belle découverte.

Fort court, je vous conseille la lecture de cet ouvrage lors d’un dimanche après-midi par exemple…

 

Les fosses d'Iverson

Dan Simmons

Folio

128 pages

2 euros

 

Alexandre

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/01/2016