Momie de Sang, de Max-André Rayjean

momie.jpg

Quatrième de couverture

MOMIE DE SANG: En fouillant la maison d’Elias, un garçon bizarre qui vit seul dans les Alpilles avec son troupeau de brebis, Isabelle découvre un mystérieux sarcophage. Mais il existe des créatures qu’il est préférable de ne pas réveiller...

LE SECRET DES ROCHES NOIRES: Les De Neyer sont, de père en fils, victimes d’une mystérieuse malédiction liée à l'étrange château des Roches Noires bâti jadis par un alchimiste. Alain de Neyer fait alors appel à Henri Gil, détective de l’étrange, pour le sauver d’un sort épouvantable...

Chronique de Garlon

Parlons cette fois de deux romans fantastiques d’”Angoisse” de Max-André Rayjean, réunis en un seul livre.

Avant de me lancer dans mon avis sur les histoires, je vais aborder le style de l’auteur.
La première chose que je peux dire concernant cela, c’est qu’on voit que l’auteur est davantage habitué à écrire de la SF que du fantastique. En effet, certains aspects peuvent parfois être un peu trop descriptifs là où il aurait plutôt fallu une évolution plus rapide, histoire de faire monter l’adrénaline. On le voit également avec d’autres aspects, car il a parfois du mal avec le fait de créer l’angoisse dans le coeur du lecteur, celui-ci lisant alors par moment les histoires avec une certaine indifférence, pas du tout impressionné par les évènements pourtant très étranges qui se déroulent sous ses yeux.
Sinon, le style reste quand même assez fluide et agréable, même si l’auteur ne choisit pas toujours, selon moi, les bons mots et ne tourne pas toujours ses phrases de la façon la plus optimale, et qu’il a parfois des habitudes assez dérangeantes, comme le fait de sans arrêt appeler Jean-Marie “le frère d’André” et André “le frère de Jean-Marie”, afin d’éviter les répétitions, qui m’a fort ennuyé.
Concernant les coquilles, j’avoue qu’elles ont rendu la lecture fort ardue. Elles sont vraiment très nombreuses tout au long du livre (même si je les trouve plus présentes dans le premier récit), et sont très souvent des fautes de frappe (mort au lieu de mord, Gril au lieu de Gil, etc.), des mots manquants, des problèmes de ponctuation, des inversions fémini/masculin, etc. J’avoue que c’est le point qui m’a le plus dérangé dans le récit, et ça m’a empécher de correctement apprécier le récit. Un point que j’ai trouvé quand même assez fort est que, dans le premier récit, un personnage du nom de Jean-Louis se fait souvent appeler Jean-Marie, ce dernier étant un personnage du second récit. Assez grosse erreur fort ennuyante, il faut bien l’avouer.

Passons maintenant aux deux histoires.

Concernant Momie de sang, je n’ai pas fort aimé ce texte. En effet, je m’attendais à me retrouver avec une histoire horrible, mystérieuse et angoissante.
Mes attentes n’ont malheureusement pas du tout été comblées, et ce pour plusieurs raisons :
Tout d’abord, j’ai trouvé qu’il manquait du mystère à cette histoire. En effet, on a ici l’histoire d’une jeune fille qui se fait violer par une genre de momie dans la cave d’un fermier vivant à l’écart de la population et qui reste avec eux pour mettre au monde son enfant. Dès le début, on sait tout. Il y a très peu de mystère, et le peu qu’il y a se devine facilement. Cela enlève du coup énormément à l’aspect mystérieux que j’espérais, tout comme à l’angoisse.
Les choses évoluent de manière un peu décousue par moment et les scénes devant fournir un peu d’épouvante ne sont pas hyper réussies, cela dû en grande partie à cause du manque de mystère, car on sait tout de la nature de l'agression.
Par contre, il y a un point qui reste mystérieux malgré tout, et je comptait donc sur cet aspect pour donner un regain d’intérêt au récit vers la fin. Mais, malheureusement, ce point reste un mystère à la fin. C’est intentionnel de la part de l’auteur, apparemment, et je ne peux lui donner tord concernant cette stratégie, mais, comme on manquait de mystères et de retournements de situation, je me dis que ça aurait pu être bien d’avoir quelque chose de plus à ce sujet, histoire d’éveiller l’intérêt du lecteur.
L’intrigue évolue donc au final de façon assez linéaire, les grosses surprises étant rassemblées au début du récit, et le lecteur n’est donc pas forcément fasciné par l’histoire, la lisant sans grand intérêt.
Pour ce qui est des personnages, je n’ai pas du tout accroché. Les comportements et leurs répliques sont parfois assez ridicules ou illogiques, et leur façon d’être ne rend aucun d’eux attachant pour le lecteur, les rendant plutôt assez énervants.
Enfin, en bref, cette première histoire ne m’a pas vraiment plû et je me suis pas mal ennuyé en la lisant.

Par contre, la seconde, Le Secret des Roches Noires, m’a vraiment fort plû, et je me suis davantage senti dans un récit d’Angoisse.
Nous avons ici André, qui découvre que sa famille est maudite, tous les hommes mourant dans d’atroces souffrances. Bien décidé à découvrir ce qui se cache derrière tout ça, Angré demande l’aide de Henri Gil, un journaliste de l’étrange.
Ici, nous avons avant tout ce qui manque le plus à l’histoire précédente : un mystère. En effet, les questions sont assez nombreuses dans ce récit, au fur et à mesure que l’histoire avance, et le lecteur ne pourra que se douter un peu de certains aspects, sans vraiment se douter de ce qui est vraiment à l’origine de la malédiction de cette famille. L’intrigue est donc très bien construite, et reste cohérente jusqu’au bout.
L’angoisse est également présente grâce à une ambiance beaucoup plus sombre, notamment au travers des visites dans le château des Roches Noires, qui sont assez bien faites et attiseront encore plus la curiosité du lecteur.
De plus, un sentiment d’urgence passe aussi chez le lecteur, car il ne faut pas oublier la maladie qui ronge Jean-Marie.
Les choses avancent assez vite, sans réelle lourdeur, et on sent donc ici que le récit est bien davantage un récit d’horreur que le précédent, qui traînait plutôt sur des aspects sans réels intérêts.
De plus, certains personnages paraîtront sympathiques au lecteur. Je pense notamment à André et Henri Gil, qui sont très bien conçus, et assez passionnants de par plusieurs aspects qui leurs sont propres. Ainsi, le lecteur se sentira proche d’eux et pourra ainsi partager certains de leurs sentiments, ce qui augmente son imprégnation du récit. Même des personnages secondaires sont assez attachants, et cela est bien entendu un point fort positif.
Henri Gil est apparemment un personnage qui était déjà apparu dans l’un des livres de l’auteur. Je dois dire que c’est vraiment le genre de personnage qui pourrait faire une série. Ainsi, j’aurais très bien vu une série relatant les aventures de Henri Gil, tellement ce personnage est intéressant.

Enfin, il y a à la fin du livre une interview très intéressante de l’auteur. Elle parle principalement de SF et l’auteur se projette ainsi dans l’avenir (rappelons que l’interview a été faite en 1971), pour s’imaginer l’évolution de la SF, ainsi que son incidence sur le public et ses divers aspects, ainsi que sa réponse à ses détracteurs. On ne peut que constater que l’auteur n’avait pas tord à l’époque concernant l’évolution du genre, et cette interview ravira de très nombreux lecteurs.

En bref, nous avons ici un livre qui nous raconte deux histoires. Le style d’écriture n’est pas toujours très adapté à l’Angoisse, l’auteur s’atardant parfois sur des détails inutiles. De plus, le choix des mots et les formes des phrases auraient pu être mieux faits, et les coquilles sont vraiment très nombreuses, souvent dûes à des fautes de frappe, je pense. Momie de Sang ne m’a pas vraiment plû pour plusieurs raisons qui l’écartent, selon moi, du bon récit d’Angoisse, mais le Secret des Roches Noires est pour moi bien meilleur, avec une bonne dose de mystère, de la précipitation de le récit évitant les lenteurs et une angoisse qui reste bien présente. Enfin, l’interview de l’auteur en fin de livre est vraiment très bien faite et intéressante.

Je conseillerais donc surtout ce livre pour le second récit et pour l’interview qui se trouve en fin de livre.

Pour ma part, je suis assez curieux de découvrir l'oeuvre SF de l'auteur.

 

Momie de sang

Max-André Rayjean

Rivière Blanche

328 pages

20 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau