Victoria, Reine et Tueuse de Démons, de A. E. Moorat

 

Quatrième de couverture :

Le personnel était nombreux à Kensington et s’acquittait de tâches très diverses. Le palais avait son propre dératiseur à demeure tandis qu’un autre était chargé de ramoner les cheminées. La présence d’un tueur de démons ne surprit donc pas Victoria outre mesure, à ceci près qu’elle ne s’attendait pas à ce que ce rôle lui incombe !
LONDRES, 1838. La reine Victoria est couronnée. Elle se voit confier l’orbe, le sceptre et tout un arsenal d’armes terrifiantes. En effet, même si la Grande-Bretagne est en passe de devenir l’empire le plus puissant de tous les temps, il lui reste un petit problème à régler au préalable, celui des démons. Mais au lieu de rêver de chasse aux démons, c’est le prince Albert qui occupe toutes ses pensées. Comment peut-elle consacrer sa vie à la protection de son pays alors que son cœur appartient à un autre ?

 

Chronique d'Archessia :

La couverture m'avait tapé dans l'oeil, le résumé m'avait allechée, il n'en fallait pas plus pour que je me jette sur ce livre. Grand bien m'en a fait !

Un noble apprend l'existence de l'invention d'un appareil révolutionnaire pouvant capturer sur image une scène : un dessin photographique ! Il a d'ailleurs quelques idées d'utilisations très intéressantes incluant lui-même, des prostituées peu farouches et peut-être même des fruits, quand il voit dans la rue se dérouler un évènement assez étrange ... Une horde de rats, dont certains à deux têtes sont en train d'attaquer de pauvres passants. L'intrigue fera place à la vraie surprise quand les prostituées, dont il comptait découvrir les moindres atouts cette nuit, commencent à hurler de frayeur dans la cave, les pauvresses étant en train de se faire dévorer par des cadavres se relevant pour marcher, l'estomac criant famine. Au même moment, on apprend la mort du roi d'Angleterre. Vive la reine. La jeune Victoria apprend donc qu'elle va acceder au trône, et bien qu'elle soit au courant de cette éventualité depuis sa plus tendre enfance, elle ne peut empêcher l'angoisse de l'étreindre. C'est tout un tas d'autres sentiments qui vont l'assaillir quand un démon fera irruption dans sa chambre, suivit de près par une jeune femme maniant l'épée avec beaucoup d'adresse, et se présentant comme étant protectrice officielle de la noblesse contre les forces démoniaques ... Car, que ce soit en politique ou parmi les forces obscures, ils sont nombreux à ne pas porter dans leur coeur la nouvelle reine, bien jeune, et s'emmourachant d'un homme que l'on ne lui a pas choisit. A quoi ressemblera donc le royaume avec ces attaques incessantes et ces complots humains et surnaturels ? Plongez-vous dans ce livre délicieusement incroyable pour le découvrir.

Raaaah ... Que de jubilations à lire cet ouvrage !    C'est gore, c'est horrible, c'est prenant, haletant, stressant, dégoûtant, et terriblement drôle, burlesque et cocasse ! On entre directement dans le vif de l'action et dans le ton du récit, avec le personnage de Quimby, noble pervers, avide d'expériences sexuelles en tout genre et qui s'assume totalement. Certaines de ses paroles m'ont fait hurler de rire ! Ce mélange de vocabulaire guindé sur fond complètement déviant est juste savoureux. C'est le personnage que j'ai préféré, ses dialogues (surtout avec Perkins, son valet) sont les meilleurs de tout le livre. Vraiment, je l'aime !

En fait, vu le résumé, je m'attendais un petit peu à me retrouver devant un titre bit-lit historique un peu gore. Mais pas du tout ! Tout est vraiment axé sur l'horreur, les démons, les zombies et autres joyeuses créatures des ténèbres. Victoria n'est pas une jeune fille qui se découvre justicière hyper puissante face à des ennemis. C'est juste une jeune femme qui tient à son pays, à son peuple et aux personnes qui lui sont chères. Pour la protéger des démons, il y a le protektorat qui veille dans l'ombre. Mais elle, tout ce qu'elle veut, c'est gouverner en paix, avec celui qu'elle aime. Mais bien sûr, quand son entourage est menacé, elle peut faire preuve de beaucoup de courage et de détermination.

Ce que j'ai le plus retenu, qui m'a le plus marqué, et que j'ai préféré, c'est ce magnifique mélange de gore et d'humour décalé. Non mais franchement, vous en connaissez beaucoup, vous, des livres où on peut voir des serviteurs zombies avec les ongles de pieds vernis, des enfants ramoneurs décapiteur et des loups-garous en perruques poudrées ?! Moi, je ne connais que celui-là, et ce fut juste un pur bonheur à lire !

Rajoutez à cela un style fluide et visuel, des chapitres à la longeur idéale, des intrigues bien construites et une palette de personnages incroyables qui marquent les esprits, et vous avez entre les mains une petite perle de littérature horrifico-comique. Vous ne regarderez plus jamais vos livres d'histoire du même oeil !

 

Victoria, Reine et Tueuse de Démons

A. E. Moorat

Eclipse

402 pages

18 €

 

Commentaires (1)

Elena
  • 1. Elena | 26/11/2011
Bonsoir,
Ton avis donne vraiment envie de le découvrir. Je l'avais repéré mais j'étais perplexe, plus maintenant, dès que je le peux, je me le procure.
Merci pour ta superbe critique.
Bonne soirée
Bizzz Mag ou Elena

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 21/01/2016