Zoo des Chimères, de Chantal Robillard

zoo.jpg

Quatrième de couverture

C'est l’histoire d’un parc zoologique, situé – devinez où ? Pas sur Terre, en tout cas !
Surgit une tornade, tout est ravagé, alors on nomme une équipe en quête de rentabilité, et voici que le zoo se déglingue davantage encore et devient un très étrange parc à thème, où rien ne va se passer ainsi qu’on le prévoyait.
Entrer dans l’esprit d’un loup, chevaucher le monstre du loch Ness, s’éprendre d’une licorne… Oui, dans Zoo des Chimères, le bizarre, le fabuleux mais aussi le danger vous attendent au détour des pages !
Un ouvrage pareil à une mosaïque, où se dissimulent des passages oulipiens à contraintes de formes. Des textes à lire… et à dire.

Chronique de Garlon

Parlons du petit dernier des éditions Argemmios : Zoo des chimères.


A travers de courtes nouvelles (souvent 2-3 pages), nous suivons ici la “vie” d’un zoo un peu particulier, situé en un lieu inconnu, avec des reproductions des créatures de la Terre, mais aussi nombre de chimères, d’être étranges sortis tout droit des légendes.


J’ai vraiment apprécié ce livre, même si je pense ne pas avoir découvert tous ses secrets.


Tout d’abord, il est utile de préciser une chose : ce n’est pas un livre qui se lit pour son histoire, mais plutôt pour ses mots.

En effet, il s’agit ici d’un grand nombre de nouvelles dans lesquelles l’auteur se pose des contraintes et doit ainsi réussir à les respecter. Je conseille de commencer l’ouvrage en allant voir les contraintes des différentes nouvelles, pour ainsi pouvoir ensuite en profiter pleinement lors de la lecture.

Commence alors la découverte de l’écriture de l’auteur... qui en destabilisera plus d’un, moi en premier. Et pourquoi ? Disons qu’il change à chaque nouvelle, parfois fort poétique, d’autres plus classiques, et certaines nouvelles sont même écrites dans un style très étrange.

Quoi qu’il en soit, chaque petite histoire est écrite d’une façon unique, et rien n’est apparemment jamais anodin.

Sachant cela, le lecteur commence à chercher ce que l’auteur veut faire passer à chaque nouvelle, et c’est là que ça se complique un peu. En effet, une simple lecture “classique” ne suffit pas pour ce livre : il peut être utile de le lire à voix haute (ce que je n’ai pas fait, lisant le soir avec ma compagne endormie à côté de moi ou au bureau pendant ma pause) ou de retourner sur certains passages et de les lire plusieurs fois pour pleinement s’en imprégner.

On découvre ainsi, petit à petit, les contraintes de l’auteur pour chaque nouvelle, le brio avec lequel elle les respecte (j’ai été particulièrement impressionné par certaines d’entre elles, comme celle dans laquelle seule la voyelle E est utilisée), mais aussi, pour les autres nouvelles, tenter de comprendre le sens, pourquoi parfois un texte écrit à la première personne se trouve voir tous ses “je” effacés, ou bien d’autres.

On joue donc avec la langue française dans ce livre, on découvre d’autres façons d’écrire, des styles nouveaux ou oubliés, le tout pour le plus grand plaisir des lecteurs cherchant une lecture pour l’écriture, et non pour l’histoire.

Pour ma part, je n’ai malheureusement pas réussi, à cette première lecture, à percer tous les secrets du livre, et il me faudra sans doute au moins une seconde lecture pour le faire.


Au niveau de l’histoire, c’est ici un point beaucoup plus secondaire, et même assez flou. En effet, ces nouvelles très courtes ne sont pas toutes très claires pour le lecteur, et peuvent apporter une certaine confusion, une incompréhension qui pourra en frustrer certains.

Mais, là aussi, on remarque que les histoires ne sont pas anodines. Que ce soit les légendes ou les contes, l’auteur revisite ici nombre d’histoires de façon courte et frappante.

Là encore, je n’ai pas découvert les objectifs de toutes les histoires, leurs références. Par conséquent, une seconde lecture sera également bienvenue pour continuer à percer les divers secrets du livre.


En bref, nous avons ici un livre particulier, vraiment unique, qui vous fera découvrir nombre de styles de la langue française, avec parfois des contraintes que l’auteur s’est imposée à elle-même et qui prouvent sa grande maitrise, son brio. L’histoire est très particulière et fort floue pour le lecteur, le but du livre n’étant pas là. Chaque texte rempli un but particulier, que ce soit au niveau du style d’écriture ou à celui de l’histoire, pour laquelle on voit que nombre de contes et légendes sont revisités.

Il s’agit d’une histoire qui ne se lit pas rapidement, mais qui se déguste, un livre dans lequel on part en “chasse” pour tenter de découvrir les nombreux secrets qu’il renferme. Et on est loin de les découvrir en une seule lecture, je vous le confirme !

Pour ma part, après une première lecture assez rapide qui ne m’a pas permis de découvrir tous les secrets et objectifs des nouvelles, je compte bien faire une deuxième lecture plus posée à l’avenir.


Un livre que je ne qualifierais pas de “tout public”, mais qui intéressera plutôt les personnes cherchant du travail autour de la langue française, ou ceux qui aiment avoir une lecture dans laquelle il faut de la réflexion, de la recherche, et dans laquelle même le lecteur devra s’imposer certaines “contraintes”.

 

Zoo des Chimères

Chantal Robillard

Argemmios

Fantastique

112 pages

8,50 €

 

Garlon

Commentaires (2)

chantal robillard
  • 1. chantal robillard (site web) | 29/05/2013
mon message de réponse n'est pas passé, je vous le refais donc en plus court : merci de votre lecture attentive ! l'introduction et la conclusion donnent les clés du livre, le reste est une question de parcours personnel de chaque lecteur à 'lintérieur du labyrinthe de ce zoo... bonne continuation, bien cordialement, ch r.
chantal robillard
  • 2. chantal robillard (site web) | 29/05/2013
bonjour et merci pour votre lecture attentive ! en fait pour le sens général, l'introduction et la conclusion le donnent ; ensuite c'est à chacun de se faire son parcours dans ce labyrinthe qu'est le zoo... oui cela demande un lecteur motivé, mais il y en a aussi qui ne voient pas les contraintes de forme et s'y retrouvent quand même. le plaisir de lire d'abord ! bonne continuation, ch. r.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau