Le protocole de la crème anglaise, tome 1 : Prudence, de Gail Carriger

Protocole creme anglaise prudence

 

Quatrième de couverture :

Au nom de la reine, de l’Angleterre et de la parfaite théière.
Quand Prudence Alessandra Maccon Akeldama – surnommée Rue dans l’intimité – hérite d’un dirigeable, elle fait ce que ferait n’importe quelle jeune femme dans des circonstances similaires, elle le baptise : La Coccinelle à la crème. Et elle s’envole pour l’Inde. Là-bas, elle tombe au beau milieu d’un complot mené par des dissidents locaux, du kidnapping d’une femme de brigadier et d’une famille de loups-garous écossais qu’elle ne connaît, hélas, que trop bien. Devant tous ces dangers, Rue devra s’en remettre à sa bonne éducation et, bien sûr, à ses aptitudes surnaturelles pour s’en sortir...

 

Chronique de Platinegirl :

Je ne me lasse pas des romans de Gail Carriger. Cette auteure manie la plume comme personne pour mêler aventures steampunk (dans le genre victorien qui rencontre le fantastique) et humour à gogo. C'est simple, ses histoires me font toujours sourire jusqu'aux oreilles, et ont tendance à si bien me distraire que j'en oublie qui je suis, où je suis, ce que je suis censée faire (ce dernier point étant super pour déstresser de la fin de ma thèse ! )... !

Je vous propose donc une petite chronique aujourd'hui sur le tome 1 de la dernière saga de Gail Carriger : Le protocole de la crème anglaise. Si son nom vous semble familier, c'est normal, c'est la suite logique de sa saga Le protectorat de l'ombrelle, qui mettait en scène Lady Maccon, et la demoiselle qui oeuvre dans ce toute nouveau volume n'est autre que sa fille, Prudence (dite Rue). On avait découvert sa naissance et ses particularités surnaturelles, on la retrouve maintenant vers l'âge de 16 ans. Inutile de dire qu'elle tient tout aussi bien de sa mère que de son père, elle n'a donc ni la langue dans sa poche ni froid aux yeux. Et semble elle aussi attirée par l'aventure...

On retrouve donc Prudence lors d'une sortie au bal, en présence de sa chère amie Prim, qui n'est autre que la fille d'Ivy. L'histoire commence vite et bien, on reprend tout de suite contact avec des personnages connus et surtout des faits historiques / fantastiques connus. Même si 16 ans ont passé depuis la fin de la saga précédente. Cela rafraîchit bien la mémoire (même si cela ne fait pas 16 ans, en vrai, hein ! ). Je pense toutefois qu'il n'est pas nécessaire d'avoir lu Le protectorat de l'ombrelle, et encore moins Le Pensionnat de Mademoiselle Géraldine, pour découvrir (et apprécier) cette saga. Mais si vous avez déjà aimé les écrits de Gail Carriger, vous retrouverez sa propension à créer des histoires originales avec des personnages attachants et une ambiance des plus appréciables. Ce n'est pas tant pour les énigmes fantastiques que l'on lit ces livres, je trouve, donc je comprends ceux qui trouvent que cela ne bouge pas assez, même si je suis super satisfaite du rythme, à titre personnel.

Bref, tout cela pour dire que si c'est votre type de lecture, vous pouvez foncer ! Et, sinon, vous pouvez toujours tenter l'aventure, vous ne devriez pas vous ennuyer pour autant en découvrant Prudence !

 

Prudence

Le protocole de la crème anglaise

Gail Carriger

Le Livre de Poche

544 pages

8,90 euros.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau