Par le sang du démon, Par le sang du démon 1, Virginia Schilli

Quatrième de couverture

Dans sa sombre masure, au cœur du Moyen-âge, une jeune fille attire les convoitises par sa sublime beauté. Amoureuse en secret de son frère adoptif, amie d'un étrange occultiste vivant à l'écart du village, elle semble prête à tout pour sortir de sa misérable condition de paysanne.

 

Chronique de Melisande

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions du Riez pour m’avoir permis de lire ce livre et ainsi découvrir une trilogie vampirique intéressante.

L’histoire se déroule au Moyen-Age et le prologue nous montre brièvement les lieux et la famille dans lesquels vit notre narratrice. On ignore son nom, on sait seulement qu’elle est une paysanne et qu’elle aspire à une vie bien meilleure. Par ailleurs, elle est amoureuse de son frère aîné, frère adopté sans aucun lien de sang, mais cet amour est tout de même interdit. Et pourtant un jour, les jeunes gens se laissent charmer, mais pour que leurs parents n’en sachent rien, Kethel, son frère part avant elle pour que personne ne puisse soupçonner quoi que ce soit. Seulement, alors qu’elle allait rentrer, elle croise la route d’Anders, fils d’un seigneur qui la viole et la séquestre… C’est une fois dans sa nouvelle prison qu’elle fait la rencontre d’une créature qui lui propose la vie et jeunesse éternelle et de pouvoir avoir enfin tout ce qu’elle souhaite grâce à des pouvoirs dont elle ne peut pas imaginer. Pensant ne pas avoir d’autres solutions, elle accepte et c’est ainsi que ses problèmes commencent, faisant d’elle une créature de la nuit.

L’histoire est relativement simple en soi, et pourtant je trouve que l’auteur en a fait quelque chose d’intéressant et d’intriguant. J’avoue que je ne savais pas trop quoi à m’attendre en lisant ce livre et en général, ça a été plutôt une bonne surprise. Même si je n’ai pas adoré ce livre, j’ai trouvé ça quand même sympathique et intéressant à lire. Je ne pensais pas qu’on aurait ce type d’histoire, surtout au vu du prologue qui nous indique un peu que l’héroïne va nous raconter ce qu’il lui est arrivé. On se demande sans cesse où elle veut en venir, et pourquoi nous raconter une telle histoire. On a ici une véritable quête, mais aussi une vengeance, vengeance d’un amour bafoué. Les actions s’enchainent très vite et très tôt dans le livre, si bien qu’on est au cœur du sujet rapidement. Un élément inattendu rend l’histoire un peu « perturbante » mais c’est ce qui donne aussi de l’intérêt à ce livre parce qu’on se demande comment notre héroïne va vivre sa nature de vampire. Mais je n’en dirai pas plus à ce sujet, je vous laisse découvrir ce que c’est. Je trouve qu’il n’y a pas trop de longueurs, donc on adhère assez bien à l’intrigue et il faut dire que l’auteur ne nous donne pas nécessairement tous les indices pour qu’on sache où elle veut en venir. Ainsi, le lecteur a envie de savoir et continue de lire.

Ici, on revient aux sources dans le mythe du vampire, ceux qui ne supportent pas le soleil, ni aucune nourriture en dehors du sang. Ce ne sont pas des êtres tendres, mais bien assoiffés de sang, de violence et de pouvoir, tels qu’on les connait en général. L’écriture de l’auteur est agréable à lire, bien que crue par moment, mais en connaissant la nature et le caractère du personnage, il est normal d’avoir cela. Je ne trouve pas que ça gâche l’histoire, bien au contraire ça la sert, sauf que ça peut surprendre au premier abord. C’est un vrai style et je trouve que ça rend assez bien pour l’histoire. D’autant qu’avec des vampires, cela rend les actes plus atroces et renforce les côtés noirs de notre héroïne.

J’ai trouvé l’univers assez intéressant, mêlant différents types de créatures, même si celle du vampire est largement mise en avant, cela en raison de la nature de notre héroïne. Par ailleurs, les personnages sont bien travaillés, surtout celui de la paysanne qui n’est pas une fille facile, avec un caractère fort et qui sait ce qu’il veut, sauf que tout s’effondre quand elle change de nature et devient ce monstre assoiffé de sang, incapable de se contrôler. Mais Maynard est également un personnage intéressant et mystérieux. On ne sait pas grand-chose sur lui et ce n’est vraiment que vers la fin qu’on nous dévoile enfin qui il est et qu’avec cela les évènements s’emballent encore plus vite.

L’aspect psychologique est très important dans ce 1er tome, car ayant une narration à la 1ere personne, on est dans les pensées les plus intimes de notre paysanne et ainsi, on sait tout ce qu’elle pense et ressent. L’auteur n’a donc pas omis de travailler cet aspect, qui parfois peut être délaissé en racontant simplement des faits, sans pour autant chercher le côté psychologique du personnage. Et j’ai donc trouvé ça assez intéressant car entre la nature de la narratrice et ses pensées, il y a vraiment une antithèse. On voit un certain mal être et une quête d’identité aussi, et surtout la notion du Bien et du Mal. Je trouve que l’auteur a bien développé ces aspects là, sans pour autant trop en faire. Elle a su trouver un juste milieu pour que l’on comprenne les états d’âmes de la narratrice sans avoir l’impression qu’elle en fait trop, au point d’être énervante. Elle n’est pas tendre, loin de là, elle sait ce qu’elle veut et se pense forte, mais elle doit revoir son jugement après tout ce qui lui arrive à partir du moment où elle devient un vampire.

En somme, ça a été une lecture assez agréable, l’histoire est intéressante. Le mythe du vampire est celui qu’on peut connaître par les premiers écrits d’Anne Rice, donc ceux qui aiment ce genre là, vous ne pourrez être que comblé par cette trilogie.

 

Par le sang du démon

Par le sang du démon 1

Virginia Schilli

Editions du Riez

266 pages

18,90€

 

Melisande

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau