Rose Morte, tome 1 : La Floraison, de Céline Landressie

La floraison poche

Quatrième de couverture

France, fin du XVIe siècle.

C’est dans ce pays en proie à de terribles dissensions religieuses que se réfugient les Greer, fuyant l’Angleterre élisabéthaine. Eileen, seule enfant du comte, est une jeune femme vive et de caractère. Mais son âge avance, et son père la met au pied du mur : elle doit se marier. Et c’est en faisant tout pour éviter cette terrible obligation à l’aide de sa fidèle amie Charlotte que Rose fera connaissance d'Artus de Janlys. Le séduisant et mystérieux comte l’entraînera dans un univers dont elle ne soupçonnait pas l’existence, où les crimes terribles qui secouent Paris trouveront une explication apparemment inconcevable, mais bel et bien réelle...

 

Chronique de Melisande

Vu en acquisition sur le blog d’Un bout d’ailleurs, ça m’avait bien intéressé, et plus tard j’ai fini par me le prendre. Du coup, d’un commun accord récemment, nous avons décidé de faire une lecture commune ensemble (c’est plus marrant, au moins on pourra en parler, de long en large et en travers).

L’histoire se passe en France, au XVIe siècle, la famille Greer y est partie en exil près de 28 ans plus tôt. Le père d’Eileen, l’héroïne, souhaite marier sa fille et lui assurer un bel avenir et c’est lors d’un bal à Paris qu’on va lui présenter un époux. Eileen, ne souhaitant pas se marier et encore moins avec le premier inconnu qui passe va élaborer un plan avec sa meilleure amie, après avoir fait un pacte avec son père, stipulant que si ce prétendant ne veut pas d’elle, il ne lui parlerait plus mariage. Lorsqu’elle va se rendre à Paris avec son père, elle va faire, notamment la connaissance d’Artus de Janlys, un mystérieux comte qui ne va pas la laisser indifférente, mais qui pourrait l’amener à découvrir certaines choses qui se passent dans Paris…

J’ai vraiment adoré ce premier tome, et il me tarde déjà d’en connaître la suite, parce qu’il faut voir quand même le petit bijou que c’est. L’écriture de l’auteur est vraiment agréable à lire et fluide, dès les premières pages j’ai été happée dans son monde, et j’ai eu beaucoup de mal à en décrocher. J’ai trouvé ça tellement intéressant et on s’y croyait vraiment. On a traversé les siècles, dans un monde où les religions se déchirent. Ça se passe en France au XVIe siècle, on est donc en pleine dissensions religieuses, qui confrontent les catholiques contre les protestants – et pour ceux qui ont des « lacunes », eh bien, il y a des petites notes pour rappel à la fin du livre, ce qui est bien pratique, je l’avoue. C’est sur cette base que l’auteur a construit son univers qui est vraiment riche et plus complexe qu’il n’en a l’air.

L’intrigue était vraiment bien menée et j’ai adoré tout ce qui s’y passe. Même si au début ça peut paraître un peu lent (en même temps, on se retrouve dans la noblesse, dans la Cour, on ne peut pas avoir des batailles toutes les cinq minutes) mais ça ne m’a pas dérangé (et je ne l’ai pas trouvé trop long, contrairement à Un bout d’ailleurs). Il faut bien laisser les choses se mettre en place, sinon on ne comprendrait pas, d’autant que les éléments sont insérés au fur et à mesure et si on n’y prend pas attention, eh bien lorsque le moment des révélations arrivent, on tombe des nues. Et puis, je préfère que le temps soit pris, que tout soit clair, net et précis, plutôt qu’on nous donne quelque chose en cinq minutes, ça fait durer le suspense et ça donne davantage d’intérêts au texte. On apprend à connaître petit à petit la famille Greer, les secrets de famille, tout un tas de choses qui rendent vraiment ce texte attrayant. J’ai vraiment eu du mal à le lâcher et bien qu’il fasse presque 500 pages, je l’ai dévoré à peine en 2 jours, tellement j’étais pressée de savoir ce qui allait se passer. Je ne pouvais plus lâcher ce livre et à mesure de mes « découvertes », eh bien, j’avais de moins en moins envie de le finir, comme je n’aurai pas la suite sous la main (moi ? contradictoire ? naaaan). Donc à ce niveau-là, chapeau bas à l’auteur, je ne m’attendais pas du tout à ça, et j’ai trouvé l’idée géniale et c’est bien exploité. Il fallait le faire, surtout sur un tel sujet (mais je n’en dirai pas plus, à vous de trouver de quoi ça parle vraiment…).

On voit que l’auteur maîtrise parfaitement son texte et je suis assez impressionnée par la tournure des évènements et j’ai presque eu un coup de cœur pour ce texte (ou presque, mais bon, je n’en suis pas loin, hein, on peut le considérer comme tel). Je pensais qu’il ne s’agissait que d’un livre « historique » mais il est bien plus que ça, du coup, lors de ma lecture, j’ai eu pas mal de surprises et révélations auxquelles je ne m’attendais pas. Mais tout d’un coup, tout prend son sens lorsque l’on regroupe les faits et ça paraît tellement évident que je me suis demandée comment je n’avais pas pu comprendre plus tôt de quoi il s’agissait. Ça prouve que l’auteur a plus d’un tour dans son sac et qu’elle sait manipuler son lecteur. On a de nombreuses réponses à nos questions arrivées à la fin de ce livre, qui n’est pourtant pas un one-shot (ça pourrait d’une certaine manière, mais je suis sûre qu’on peut en apprendre plus ! et pour ma part j’en redemande, donc ça m’arrange).

Les personnages sont un atout majeur dans cette histoire, notamment Eileen, surnommée Rose par sa meilleure amie Charlotte. C’est une forte tête qui n’a pas la langue dans sa poche (vu son âge, et l’époque à laquelle ça se passe, on comprend aisément pourquoi son père veut la marier). Elle est curieuse, entière, c’est vraiment un personnage que j’ai beaucoup aimé, parce que vu tout ce qui lui arrive, elle pourrait réagir comme toute femme de cette époque, et pourtant… Elle n’a pas un comportement « comme il faut » et elle dérange d’une certaine manière.

Sa rencontre avec Janlys est particulière, et dès le départ, je l’ai trouvé mystérieux et pendant longtemps je me suis demandée ce qu’il cachait (j’avoue être tombée un peu des nues), mais je n’en dirai pas plus sur lui parce qu’il faut vraiment le découvrir, un gentilhomme… original, on va dire… Quant à Adelphe, c’est un personnage très attachant, que j’ai bien apprécié. Ce trio de choc, est vraiment excellent et là, on voit quelque chose se profiler avec chacun, les relations sont extras, il y a une vraie complicité, mais pas seulement. Difficile d’en dire plus, sinon je risquerai de spoiler un des éléments les plus importants de cette histoire / intrigue, alors du coup je m’abstiendrais, mais j’ai vraiment adoré les personnages et les relations que l’auteur a créé entre eux.

Voilà, je ne vais pas m’attarder davantage, parce que je risquerai de spoiler l’histoire (et croyez-moi, c’est super dur de parler de ce livre sans évoquer L’Elément majeur du livre). Mais en tout cas, j’ai adoré ce livre, c’est presque un coup de cœur pour moi, j’ai vraiment eu du mal à le lâcher. Les personnages sont très intéressants et portent toute l’histoire, l’intrigue est géniale, bien menée et on voit que l’auteur a une imagination débordante. Elle arrive à mettre du suspense, à nous faire douter et languir sur pas mal de choses et la fin est des plus surprenantes (ou pas, à voir…). En tout cas, j’ai fait une superbe découverte et je ne regrette pas de l’avoir lu, c’était vraiment extra, je pense que vous l’aurez compris.

 

La Floraison

Rose Morte, tome 1

Céline Landressie

Milady

Fantastique

591 pages

7,90€

 

Melisande

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 27/06/2017