Arkem 1 : Yanis, Déesse de la Mort, de Valérie Simon

yanis.jpg

Quatrième de couverture

Née dans la douleur et dans la mort, fille d’un démon de Rhynantes et d’une Princesse des Elfes, elle est l’héritière de deux races qui se haïssent et qui ne cherchent qu’à se détruire. 
Élevée dans les mystères d’un culte issu des profondeurs de temps révolus, elle est l’image radieuse de la mort, la réincarnation d’une déesse terrible. 
Mais son héritage la tourmente. 
Que lui veulent cet elfe, cet oiseau noir bavard, ce magicien troublant, et quels sont ces pouvoirs qui la hantent et qu’elle n’ose deviner ? De la pierre pâle aux reflets liquides qu’elle porte depuis sa naissance, elle ne sait rien, sinon qu’elle a en elle une étrange chaleur, et qu’elles sont liées par une puissance inconnue. 
Mais dans la sombre tour de Ragnarok, les forces issues des ténèbres se rassemblent.
Et Raban Siwash, l’Innommable, n’aura de cesse de la rejoindre pour la tuer.

Chronique de Garlon

Lançons-nous cette fois dans la réédition d’une série de fantasy avec ce premier tome : Yanis, Déesse de la Mort.

Yanis est née de l’amour d’une Elfe et d’un Démon. Ces deux peuples étant en guerre depuis des années, son père a dû la cacher, la faire s’éloigner de lui, tandis que lui s’exilait également de son peuple. C’est ainsi qu’il la fait entrer dans un Temple des Hommes Mortels et fait croire qu’il s’agit d’une déesse : Yanis, la Déesse de la Mort. Elevée au sein du temple, Yanis voit ses moindres désirs exaucés, et ce malgré la manipulation que fait d’elle la Prétresse Première.
Mais les origines de la jeune fille sont loin d’être enfuis à jamais, et une vieille prophétie raconte que l’enfant d’une Elfe et d’un Démon sera le seul capable de vaincre l’Innommable lorsqu’il s’enfuira de sa prison.

Ce fût une très chouette lecture, malgré le fait que l’histoire reste assez classique.

L’histoire commence sur les chapeaux de roue, avec la magnifique histoire d’une Elfe et d’un Démon qui tombent amoureux l’un de l’autre, malgré la guerre ancestrale qui sévit entre les 2 races. Cette première partie n’est pas sans rappeler, sur certains aspects, l’histoire de Roméo et Juliette, et c’est vraiment très bien fait. Les choses avancent assez rapidement, ne laissant pas du tout le temps au lecteur de s’ennuyer, et ce dernier suivra donc, fasciné, l’aventure des deux amoureux, qui tentent de tout faire pour rester ensemble, malgré la haine des deux peuples. Cette histoire est pleine d’émotions, vraiment superbe, et le lecteur aura quelques fois les larmes aux yeux, vaincu par l’émotion véhiculée par le récit.
Après cette première partie fascinante, nous nous retrouvons à suivre la fille de ce couple, Yanis, qui a été placée dans un temple et est considérée comme une déesse. Nous suivons donc son histoire, voyant la façon dont elle va évoluer physiquement comme mentalement, dans ce temple qui recèle nombre de cérémonies et de machinations.
Cette seconde partie s’étale donc sur plusieurs années, présentant l’évolution de l’enfant. Je dois avouer que, bien que j’ai également adoré cette partie, j’ai été un peu surpris par le changement de ton. En effet, après une première partie pleine de rebondissements et d’émotions, nous avons une partie plus lente, beaucoup plus descriptive sur l’évolution du personnage. L’utilité de cela est bien claire, il faut bien que l’enfant grandisse, mais j’ai malgré tout été saisi par ce changement de ton si grand, qui dure assez longtemps jusqu’à ce qu’on se retrouve avec une jeune fille de 16 ans qui commence à découvrir nombre de choses sur le monde et qui commence à vouloir s’affranchir de l’autorité de la Prétresse Première.
Bien que plus lente, j’ai quand même été fasciné par cette partie, aimant vraiment découvrir l’évolution de Yanis et ce qui constitue son entourage.
Ensuite, nous nous retrouvons avec une nouvelle partie haute en couleur, à partir du moment où la jeune fille rencontre un mage mystérieux. L’action revient en force, avec un grand nombre de rebondissements vraiment bien faits et passionnants, qui raviront le lecteur au plus haut point. A partir de ce moment là, à nouveau, il sera impossible pour le lecteur de se détacher du livre, tellement les choses ne cessent d’avancer, en bien comme en mal.
Les passages d’action de cette partie sont, j’ai trouvé, un peu trop regroupés les uns derrières les autres et ont une résolution un peu trop rapide à mon goût, mais cet aspect n’est qu’un détail, n’enlevant rien à la précipitation et l’avancée rapide que connait le récit.

Au niveau du style de l’auteur, je l’ai assez apprécié. Il est assez fluide et agréable, et, même lorsque l’auteure fait de plus longues descriptions, comme c’est le cas avec la seconde partie du livre, tout est écrit de façon à ce que les mots glissent sous les yeux du lecteur avec facilité tout en lui permettant de bien s’imprégner de l’univers du livre.

Concernant les personnages, j’ai avant tout adoré les parents de Yanis. En effet, leur histoire d’amour impossible ne peut qu’attirer la sympathie du lecteur et le faire se sentir très proche d’eux. De plus, ils sont vraiment bien conçus, avec leur façon de penser, leurs idées et leurs rêves. J’ai vraiment adoré ces deux personnages.
Concernant Yanis, qui est donc le personnage principal de l’histoire, j’ai été fort attendri par elle lorsqu’on suivait son évolution. Par contre, plus grande, elle m’a vite aggacé, ce personnage étant particulièrement énervant car n’en faisant qu’à sa tête et agissant de façon parfois incohérentes. Mais, cela, je ne peux le reprocher à l’auteure, qui a très bien remplis son rôle en faisant de ce personnage ce qu’il devrait être si l’on suit son éducation. En effet, être considéré comme un dieu toute sa vie et ne pas sortir du temple n’est pas ce qui permet de créer un personnage umble et parfait, loin de là. Cela permet aussi de voir que Yanis doit encore beaucoup évoluer dans les tomes suivants, afin de pouvoir remplir son rôle et donc d’éliminer l’Innommable.
Par contre, d’autres personnages, comme l’eunuque proche de Yanis ou encore le mage, sont également très bien conçus et attendrissants, et cela donne plus de force au récit.

En bref, nous avons ici une très sympathique histoire qui, bien qu’ayant quelques “défauts” qui n’en sont pas vraiment, puisqu’ils suivent la logique que doit avoir le récit, comme une partie plus lente qui suit une partie fort agitée, ou encore un personnage principal hautain et agaçant. L’histoire passionnera le lecteur, et la première partie lui fera ressentir de très nombreuses émotions. Le style de l’auteure est vraiment fluide tout en permettant au lecteur de s’imprégner de l’univers et les personnages sont bien travaillés et attachants (bien que pour ce dernier point Yanis ne le soit pas toujours, le personnage devant évoluer en découvrant le monde).

Je vous conseille donc vivement ce livre sympathique qui, bien que gardant une trame fantasy assez classique, vous fera passer un excellent moment de lecture.

Pour ma part, il me reste à attendre le tome 2 pour découvrir la suite.

 

Yanis, Déesse de la Mort

Arkem, tome 1

Valérie Simon

Editions du Riez

320 pages

18,90 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 25/10/2013