Autre Monde, tome 2: Malronce, Maxime Chattam

Quatrième de couverture

Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et les enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit.
Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d’énergies nouvelles.
Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d’une mystérieuse reine, acharnée à leur perte : Malronce.
Oubliez tout ce que vous savez… pénétrez dans Autre-Monde.

 

Chronique d'Alexandre

Je vous parlerai aujourd’hui du tome deux de la série Autre Monde de Maxime Chattam : Malronce.

Au niveau de l’histoire, Matt, Ambre et Tobias quittent l’île des Manoirs pour se rendre en terre Cynik, le territoire des adultes. Leur objectif : découvrir pourquoi leur reine, Malronce, recherche Matt et ce que deviennent les Pans (enfants) qui se font enlever lors des raids adultes.

Accompagnés de Plume, la chienne géante de Matt, ils devront affronter les dangers d’une nature totalement différente de celle qu’ils ont connue avant la Tempête, peuplée d’une faune aussi variée que dangereuse.

Lors de leur traversée de la forêt aveugle, ils rencontreront les Kloropanphyles, des enfants qui ont « fusionné » avec la nature lors de la Tempête et vivant au sommet de la Forêt Aveugle. Ils font également la connaissance d’un autre groupe d’enfants, vivant à la lisière de la forêt dans les ruines d’une ancienne ville.

Traqués par le Raupéroden, créature mystérieuse composée d’ombre et escortée d’un orage permanent, traqués par les Cyniks et la reine Malronce, nos trois héros devront jouer de ruse autant que de force pour se tirer des situations dans lesquels ils se retrouveront, souvent au péril de leur vie.

Ce tome deux met fort l’accent sur le fonctionnement des différentes sociétés, mettant en avant les manies des hommes une fois qu’ils se retrouvent en groupe. Comme toujours les thèmes abordés dans les ouvrages de l’auteur sont matière à réflexion.

Cet ouvrage dénonce à la fois le fanatisme et ses dangers, ceux de l’obscurantisme, le besoin quasi vital de l’être humain d’avoir un point d’accroche, une idéologie vers laquelle se tourner. La question que l’on se pose est de savoir si nos idéaux et notre mode de fonctionnement actuel est vraiment aussi bien que l’on croit ? Est-ce nous qui nous forgeons nos idéaux ou est-ce qu’on nous les à inculqués ?

Les personnages que l’on connait assez bien désormais évoluent tout au long de l’histoire. Nous avons l’occasion de suivre les changements qui s’opèrent en eux, de percevoir la nouvelle détermination qui les anime, de ressentir leur maturation trop précoce, de même que la tension qu’ils accumulent, le désarroi qui est le leur, la colère qu’ils ressentent de plus en plus forte à l’égard du monde des adultes.

On perçoit également assez bien leur interrogation-angoisse concernant le « passage à l’âge adulte ». Est-ce qu’on perd d’office ses illusions, sa naïveté et sa légèreté lorsqu’on grandit et qu’on se rapproche de l’âge adulte ? Est-ce une fatalité ou pouvons-nous l’éviter à force d’efforts et de volonté ?

Au niveau de l’intrigue, tout s’enchaîne à une vitesse impressionnante, une constance et un dosage extrêmement bien pensés, accrochant le lecteur de la première à la dernière page pour le laisser hagard à la sortie de sa lecture, avide du troisième tome.

La découverte des différentes altérations possibles chez les Pans donne une note fantastique en plus des plus agréables, venant alimenter nos rêves d’enfants, notre imaginaire souvent bien trop enfoui au plus profond de nous. En effet, qui n’a jamais rêvé de faire léviter des objets ou d’être capable d’une rapidité telle que l’œil aurait du mal à nous suivre ? Suivre l’aventure des enfants de cet Autre Monde nous permet de vivre en quelque sorte ce fantasme.

Un léger bémol toutefois par rapport à ce récit : la facilité avec laquelle les héros apprennent le maniement d’armes moyenâgeuses, leur faculté subite à l’élaboration de stratégies guerrières ou encore à échafauder des plans aussi risqués qu’ingénieux. Certes, ces capacités sont quelque peu expliquées par le goût des jeux de rôles d’avant la Tempête et l’Altération, mais à mon sens, ça n’explique pas tout…  Certes, un point un peu négatif, mais qui ne gène en rien la qualité du récit et le plaisir de sa lecture !

Un ouvrage que je recommande à tout qui n’est pas allergique à une dose occasionnelle de fantastique !

 

Alexandre

 

Albin Michel

406 pages

20 euros

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 16/02/2014