Le coeur de la terre, Maxime Chattam

Quatrième de couverture

Ils n’ont plus le choix : il faut se battre ou mourir. De la survie d’Eden dépendent celle des enfants, de leur union, l’avenir de cette étrange planète. Pour l’alliance des trois, c’est l’épreuve ultime, la fin d’une longue quête, naissance ou mort de l’espoir. Oubliez tout ce que vous savez, Autre Monde vous attend…

 

Chronique d'Alexandre

Je vous parlerai aujourd’hui du troisième tome de la série Autre Monde de Maxime Chattam : Le Cœur et la Terre.

Dans ce tome, nos Ambre, Tobias et Matt devront faire face à des situations toutes plus dangereuses et imprévisibles les unes que les autres. Tobias disparu dans les entrailles du Raupéroden, Ambre et Matt devront gagner Eden (la capitale des Pans) au plus vite pour les avertir de l’invasion imminente des forces Cyniks.

Ils devront apprendre au plus vite les règles subtiles de la politique, les maîtriser pour convaincre le conseil de l’imminence de la guerre qui se prépare. Guerre qui prend dès le départ des allures de combat désespéré. A un contre trois, les Pans semblent n’avoir aucune chance de vaincre les armées de Malronce. Sauf peut-être s’ils arrivent à exploiter au maximum leur Altération, ce pouvoir acquis suite à la Tempête. Avec l’aide des Scaramées, il semblerait qu’ils puissent arriver à des résultats inespérés…

Dans le même temps, ils devront faire face à Malronce, qui cherche toujours autant à retrouver Matt pour quelque mystérieuse raison et au Raupéroden, toujours acharné à la traque de ce dernier.

Un tome qui clôture admirablement bien cette excellente trilogie. Le rythme, déjà appréciable dans les deux précédents ouvrages, est vraiment trépidant et vous emporte de la première page à la dernière sans qu’une seule minute l’envie de décrocher ne vienne se faire sentir. Au contraire, la pause pipi est vécue comme un véritable supplice, soit parce que vous ressentirez la frustration d’être obligé d’interrompre votre lecture, soit parce que vous retenir pendant deux ou trois heures finira par ne plus être supportable…

Ambre et Matt seront accompagnés durant tout une partie de l’histoire par d’autres personnages, nous permettant de faire la connaissance de Pans hauts en couleurs auxquels on s’attache dès leur apparition.

Comme dans les précédents ouvrages, on perçoit de manière stupéfiante les changements qui s’opèrent chez nos héros. Leurs doutes, leur détermination qui s’affirment, leurs accès de colère, de tristesse etc. Ces ressentis sont d’autant plus criants de vérité qu’ils ne sont pas exprimés clairement en phrases construites et explicites. Ils sont vraiment suggérés, nous donnant encore plus le sentiment d’être aux côtés des personnages, si pas en eux-mêmes tant ils peuvent être proches de nous.

Sentiment global extrêmement positif, toutefois, deux trois bémols sont à souligner, bien qu’ils ne soient pas un handicap au déroulement du récit et ne sont pas spécialement importants. Lors de situations a caractère désespéré, bien souvent la solution salvatrice arrive un peu comme si elle tombait du ciel. J’ai trouvé à plusieurs reprises que le dénouement de ces scènes était un peu trop facile, bien que toujours cohérent. Un peu faciles  et parfois un trop proche du « happy end » à l’américaine. Autre point contestable, lors de la perte d’un ami, d’un proche, ce qui arrive tout de même assez fréquemment dans cet ouvrage, les personnages témoignent d’une peine certaine, mais fort peu appuyée et semblent passer très vite au dessus. Personnellement, l’aspect rapide de ces scènes plus « sentimentales » me laisse sur ma faim. Non que j’eusse aimé des passages larmoyants, mais le rappel de la douleur aurait pu, a mon avis, être un peu plus marqué.

Un dernier point que je trouve assez dommage est la prévisibilité de certains évènements et rebondissements. L’auteur, dans ses autres ouvrages nous a habitués à plus d’inattendu que ce qui est présenté ici.

Légers défauts soulignés ici, pour autant qu’on les considère comme tels. Il est probable que pour certains, ce que je vous présente ici comme étant légèrement décevant peut s’apparenter à une force de plus de l’ouvrage. Tout dépend encore une fois de notre positionnement et de notre mode de fonctionnement.

Il est plus difficile ici de dégager LA question dérangeante qu’on peut retrouver dans les ouvrages de Chattam, du fait que ce tome reprend un peu les questions des deux précédents en les accommodant à sa sauce.

Un ouvrage que je recommande chaudement à tout qui n’est pas allergique au genre fantastique.

 

Alexandre

 

Albin Michel

20 euros

469 pages

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 16/02/2014