Les énigmes de l'Aube 2: Les quatre vérités, de Thomas C. Durand

les-quatre-verites.gif

Quatrième de couverture

Une fille au sein de l’Illustre Institut d’Ithtir ? On croit rêver ! Et elle veut étudier la Magie Harmonique en plus. Et pourquoi pas fouiner dans les secrets de l’Institut aussi ? Il ne manquerait plus qu’elle cherche ce qui a bien pu arriver à la seule autre fille que les murs aient abritée. Si cette Méliandra a mystérieusement et définitivement disparu, en quoi ça la concerne ? Non, mais je vous jure !

 

Chronique d’Ailayah

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Midgard pour m’avoir permise de continuer à suivre les aventures d’Anyelle.

Je dois vous avouer que j’ai eu beaucoup de mal à lire ce deuxième tome. Le rythme n’était pas là, ou bien ce n’était pas exactement ce que j’avais envie de lire à ce moment. En tout cas, je me suis ennuyée trop souvent et je n’ai pas vraiment réussi à rentrer dans l’histoire.

Je peux cependant dire en toute honnêteté que ce roman a tout pour plaire à ceux qui découvrent l’univers pour la première fois. Anyelle a maintenant 10 ans, et elle a intégré l’école d’Ithtir, ce qui n’est pas rien. Elle est la seule fille de l’école et va passer son année à affirmer son statut, à ne pas se laisser marcher sur les pieds (ce qu’elle sait très bien faire, elle nous l’a déjà prouvé) et à résoudre des énigmes.

L’humour, les jeux de mots et les situations burlesques sont toujours au rendez-vous et ponctuent le roman de manière très régulière. L’auteur est fidèle à l’univers qu’il a créé et continue à nous offrir des scènes vraiment drôles et burlesques, telle que la scène du match de métaball par exemple, qui est une des plus drôles du roman.

Encore une fois, Anyelle va devenir la voix du féminisme et chercher à mettre son nez où il ne faut pas afin de trouver des réponses sur le pourquoi des choses, et surtout de cette vision péjorative et presque humiliante de la femme.

Les nouveaux personnages, ses nouveaux camarades de classe sont bien sympathiques, et encore une fois elle ne s’est pas fait des amis parmi l’élite, mais ce n’est que pour nous plaire. En effet, Gavide, Maxton et Wixool n’ont pas vraiment les meilleurs des dons, même si j’avoue qu’ils sont quand même bien sympa et que ça me déplairai pas de les avoir.

Au final, je pense que tous ceux qui n’auront pas lu le premier roman trouveront celui-ci vraiment extra, tant sur le plan de l’univers, de l’humour, des personnages et de l’histoire, mais pour ma part, après avoir lu le premier, j’ai eu du mal à vraiment trouver le rythme dans ce tome-ci et je m’y suis ennuyée. Peut-être n’aurait-il pas fallu que j’enchaine les deux, ou peut-être n’était-ce pas la bonne période pour le lire, en tout cas, je n’ai pas réussi à vraiment accrocher. Cela reste bien sûr un avis très personnel, car comme je l’ai dit, je pense que tous les ingrédients sont réunis pour plaire, malheureusement des fois la mayonnaise ne prend pas.

 

Les quatre vérités

Les énigmes de l’Aube 2

Thomas C. Durand

Midgard

377 pages

15,50€

 

 

Ailayah

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau