Bill et le mystère du dragon d'or, d'Emmanuel Pitois de la Tour

bill-et-le-mystere-du-dragon-d-or.gif

Quatrième de couverture


Louisiane, printemps 1866. Un soir qu’il cherche son ami Walt, Bill rencontre un vieux Chinois qui lui demande de l’aider à traverser la rue. Pour le remercier, ce dernier lui offre le dragon d’or, médaillon aux pouvoirs surnaturels qui se transforment en maléfices quand Walt s’en empare.
Entraînés dans une épique épopée intersidérale, le vieux Chinois doit alors s’assurer les services de Merlin, dit l’Enchanteur - de la fée Viviane et du roi Arthur pour délivrer les deux adolescents du peuple des Zircons qui vit sur Sirius.
Merveilleux voyage au pays des fées, des Korrigans et autres personnages légendaires, décollez vous aussi pour d’autres galaxies où l’amour finit toujours par triompher.



Chronique d’Ailayah


Je tiens tout d’abord à remercier Emmanuel Pitois de la Tour ainsi que les éditions Mon Petit Editeur pour m’avoir permise de découvrir ce roman.
L’idée de départ est originale, sympathique, attractive, et je dois dire que la quatrième de couverture m’avait bien intriguée. Malheureusement, le roman n’a pas su combler mes attentes. Au départ, on plonge facilement dans l’univers de Bill et Walt, deux garçons qui nous apparaissent bien sympathique, vivant dans une Amérique assez bien dépeinte et attractive, faisant référence à plusieurs visions connus de cette période.
Mais très vite, on commence à vouloir un peu plus d’action, un peu plus de rythme, et je pense que c’est principalement ce qu’il manque à ce roman qui a beaucoup de qualités à côté. Les dialogues paraissent surdéveloppés à côté de l’action, ce qui déséquilibre totalement le roman. Du coup, la temporalité elle-même est parfois bancale.
Au niveau des personnages, je les ai trouvé à premier abord bien sympathique, notamment Bill, mais au fur et à mesure, quelque chose me gênait. Je n’arrivais pas vraiment à dire quoi jusqu’à une remarque faite par le narrateur lui-même qui a mis les mots sur ce que je pensais. Tous les personnages ont une attitude trop enfantine, alors que la plupart sont des adultes. Du coup, ils manquent de profondeur, de cohérence et ils apparaissent assez plats. C’est vraiment dommage car certains personnages sont tout de même très attachants, tels que Bill, le docteur Bradefort ou encore Renard des sables et je pense vraiment qu’ils auraient gagnés à être approfondis.
Ce qui m’a également déçu est qu’on entre très bien dans la Louisiane dépeinte ici, et c’est un vrai plaisir, malheureusement, les univers un peu plus fantastiques, tels que Brocéliande, ou bien le passage pour aller voir le roi Arthur et enfin Sirius, tous ces univers nous restent totalement différents, on n’arrive jamais vraiment à y entrer. Peut-être est-ce dû à la rapidité de l’action se déroulant dans ces univers, peut-être au manque de description. En tout cas je trouve vraiment cela dommage car on sent que les idées sont là, et elles sont nombreuses et intéressantes, malheureusement, elles ne sont pas développées. C’est comme si l’on ne voyait que la partie haute de l’iceberg.
Malgré tout, je tiens à dire que ce roman m’a plu par la richesse de l’imaginaire, par la richesse des références également, et par les quelques jeux de mots qui parsèment l’histoire et qui m’ont fait sourire. Je pense qu’un enfant saura trouver son intérêt dans ce genre de roman là où j’y ai vu des défauts, et il saura apprécier toutes ces références qu’il ne connaît pas forcément, et qu’il pourrait retenir plus facilement ainsi.
Ceci n’est que mon humble avis, et je suis sûre que si vous tentez de découvrir cette aventure vous y trouverez de quoi vous satisfaire, malgré ma propre déception.

Bill et le mystère du dragon d’or
Emmanuel Pitois de la Tour
Mon Petit Editeur
242 pages
22€

Ailayah

Quatrième de couverture
Louisiane, printemps 1866. Un soir qu’il cherche son ami Walt, Bill rencontre un vieux Chinois qui lui demande de l’aider à traverser la rue. Pour le remercier, ce dernier lui offre le dragon d’or, médaillon aux pouvoirs surnaturels qui se transforment en maléfices quand Walt s’en empare.
Entraînés dans une épique épopée intersidérale, le vieux Chinois doit alors s’assurer les services de Merlin, dit l’Enchanteur - de la fée Viviane et du roi Arthur pour délivrer les deux adolescents du peuple des Zircons qui vit sur Sirius.
Merveilleux voyage au pays des fées, des Korrigans et autres personnages légendaires, décollez vous aussi pour d’autres galaxies où l’amour finit toujours par triompher.

Chronique d’Ailayah
Je tiens tout d’abord à remercier Emmanuel Pitois de la Tour ainsi que les éditions Mon Petit Editeur pour m’avoir permise de découvrir ce roman.
L’idée de départ est originale, sympathique, attractive, et je dois dire que la quatrième de couverture m’avait bien intriguée. Malheureusement, le roman n’a pas su combler mes attentes. Au départ, on plonge facilement dans l’univers de Bill et Walt, deux garçons qui nous apparaissent bien sympathique, vivant dans une Amérique assez bien dépeinte et attractive, faisant référence à plusieurs visions connus de cette période.
Mais très vite, on commence à vouloir un peu plus d’action, un peu plus de rythme, et je pense que c’est principalement ce qu’il manque à ce roman qui a beaucoup de qualités à côté. Les dialogues paraissent surdéveloppés à côté de l’action, ce qui déséquilibre totalement le roman. Du coup, la temporalité elle-même est parfois bancale.
Au niveau des personnages, je les ai trouvé à premier abord bien sympathique, notamment Bill, mais au fur et à mesure, quelque chose me gênait. Je n’arrivais pas vraiment à dire quoi jusqu’à une remarque faite par le narrateur lui-même qui a mis les mots sur ce que je pensais. Tous les personnages ont une attitude trop enfantine, alors que la plupart sont des adultes. Du coup, ils manquent de profondeur, de cohérence et ils apparaissent assez plats. C’est vraiment dommage car certains personnages sont tout de même très attachants, tels que Bill, le docteur Bradefort ou encore Renard des sables et je pense vraiment qu’ils auraient gagnés à être approfondis.
Ce qui m’a également déçu est qu’on entre très bien dans la Louisiane dépeinte ici, et c’est un vrai plaisir, malheureusement, les univers un peu plus fantastiques, tels que Brocéliande, ou bien le passage pour aller voir le roi Arthur et enfin Sirius, tous ces univers nous restent totalement différents, on n’arrive jamais vraiment à y entrer. Peut-être est-ce dû à la rapidité de l’action se déroulant dans ces univers, peut-être au manque de description. En tout cas je trouve vraiment cela dommage car on sent que les idées sont là, et elles sont nombreuses et intéressantes, malheureusement, elles ne sont pas développées. C’est comme si l’on ne voyait que la partie haute de l’iceberg.
Malgré tout, je tiens à dire que ce roman m’a plu par la richesse de l’imaginaire, par la richesse des références également, et par les quelques jeux de mots qui parsèment l’histoire et qui m’ont fait sourire. Je pense qu’un enfant saura trouver son intérêt dans ce genre de roman là où j’y ai vu des défauts, et il saura apprécier toutes ces références qu’il ne connaît pas forcément, et qu’il pourrait retenir plus facilement ainsi.
Ceci n’est que mon humble avis, et je suis sûre que si vous tentez de découvrir cette aventure vous y trouverez de quoi vous satisfaire, malgré ma propre déception.

Bill et le mystère du dragon d’or
Emmanuel Pitois de la Tour
Mon Petit Editeur
242 pages
22€

Ailayah
Quatrième de couverture
Louisiane, printemps 1866. Un soir qu’il cherche son ami Walt, Bill rencontre un vieux Chinois qui lui demande de l’aider à traverser la rue. Pour le remercier, ce dernier lui offre le dragon d’or, médaillon aux pouvoirs surnaturels qui se transforment en maléfices quand Walt s’en empare.
Entraînés dans une épique épopée intersidérale, le vieux Chinois doit alors s’assurer les services de Merlin, dit l’Enchanteur - de la fée Viviane et du roi Arthur pour délivrer les deux adolescents du peuple des Zircons qui vit sur Sirius.
Merveilleux voyage au pays des fées, des Korrigans et autres personnages légendaires, décollez vous aussi pour d’autres galaxies où l’amour finit toujours par triompher.

Chronique d’Ailayah
Je tiens tout d’abord à remercier Emmanuel Pitois de la Tour ainsi que les éditions Mon Petit Editeur pour m’avoir permise de découvrir ce roman.
L’idée de départ est originale, sympathique, attractive, et je dois dire que la quatrième de couverture m’avait bien intriguée. Malheureusement, le roman n’a pas su combler mes attentes. Au départ, on plonge facilement dans l’univers de Bill et Walt, deux garçons qui nous apparaissent bien sympathique, vivant dans une Amérique assez bien dépeinte et attractive, faisant référence à plusieurs visions connus de cette période.
Mais très vite, on commence à vouloir un peu plus d’action, un peu plus de rythme, et je pense que c’est principalement ce qu’il manque à ce roman qui a beaucoup de qualités à côté. Les dialogues paraissent surdéveloppés à côté de l’action, ce qui déséquilibre totalement le roman. Du coup, la temporalité elle-même est parfois bancale.
Au niveau des personnages, je les ai trouvé à premier abord bien sympathique, notamment Bill, mais au fur et à mesure, quelque chose me gênait. Je n’arrivais pas vraiment à dire quoi jusqu’à une remarque faite par le narrateur lui-même qui a mis les mots sur ce que je pensais. Tous les personnages ont une attitude trop enfantine, alors que la plupart sont des adultes. Du coup, ils manquent de profondeur, de cohérence et ils apparaissent assez plats. C’est vraiment dommage car certains personnages sont tout de même très attachants, tels que Bill, le docteur Bradefort ou encore Renard des sables et je pense vraiment qu’ils auraient gagnés à être approfondis.
Ce qui m’a également déçu est qu’on entre très bien dans la Louisiane dépeinte ici, et c’est un vrai plaisir, malheureusement, les univers un peu plus fantastiques, tels que Brocéliande, ou bien le passage pour aller voir le roi Arthur et enfin Sirius, tous ces univers nous restent totalement différents, on n’arrive jamais vraiment à y entrer. Peut-être est-ce dû à la rapidité de l’action se déroulant dans ces univers, peut-être au manque de description. En tout cas je trouve vraiment cela dommage car on sent que les idées sont là, et elles sont nombreuses et intéressantes, malheureusement, elles ne sont pas développées. C’est comme si l’on ne voyait que la partie haute de l’iceberg.
Malgré tout, je tiens à dire que ce roman m’a plu par la richesse de l’imaginaire, par la richesse des références également, et par les quelques jeux de mots qui parsèment l’histoire et qui m’ont fait sourire. Je pense qu’un enfant saura trouver son intérêt dans ce genre de roman là où j’y ai vu des défauts, et il saura apprécier toutes ces références qu’il ne connaît pas forcément, et qu’il pourrait retenir plus facilement ainsi.
Ceci n’est que mon humble avis, et je suis sûre que si vous tentez de découvrir cette aventure vous y trouverez de quoi vous satisfaire, malgré ma propre déception.

Bill et le mystère du dragon d’or
Emmanuel Pitois de la Tour
Mon Petit Editeur
242 pages
22€

Ailayah

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/03/2012