Chroniques d'un rêve enclavé, de Ayerdhal

Quatrième de couverture :

« Le Dogme est une hiérarchie qui entend ordonner le monde à sa convenance, sous prétexte que l’individu n’en est qu'une infime partie. Alors il dicte ce qu’il convient pour chacun sans qu’il revienne à tous la même part. Il flatte les puissants afin de croître dans leur ombre. Il rassure les faibles afin qu’ils s’en tiennent à leur impuissance. Le Dogme est une machine à conserver le monde en l’état. Qui, à part les puissants, peut s’en contenter ? »

Face aux rois, aux nobles, au clergé, à une Ghilde obsédée par sa richesse, les habitants de Macil, accablés par le poids de l’impôt, luttent contre la famine et les pillards. Sur la Colline, quartier de cette cité médiévale, règnent recruteurs, faiseurs de dîme et de gabelle. Un curieux pèlerin, vagabond visionnaire que les Collinards appelleront « Parleur », va y introduire les rêves de justice d’un poète assassiné.

 

Chronique de Fiona :

Merci aux Editions Livre de Poche.

Je suis une grande fan de Fantasy, et je dois avouer que l'on m'avais parlé de ce roman depuis un certain temps, et de plus ayant déjà lu un autre roman d'Ayerdhal que j'avais adoré, j'ai donc sauté sur l'occasion.

Malheureusement pour moi, je dois dire que je n'ai pas vraiment accroché cette fois.

L'auteur nous emmène dans un univers médiéval où la population va vivre un hiver des plus rudes. La populace est submergée par la crainte de ne pas survivre à une saison difficile, et aux attaques extérieures ainsi qu'aux pillages de leurs très maigres ressources. Un homme étrange va leur offrir la seule chose gratuite qu'ils peuvent se permettre de s'offrir, l'espoir. Un homme qui va se servir des textes et rêves de l'un des leurs, un poète mort pour sa cause, afin de les unir dans une lutte pour leur survie.

L'histoire avait normalement tout les ingrédients pour me plaire, mais je n'ai pas trouvé ce petit quelque chose qui me rapproche des protagonistes et qui donne cette soif de lecture, de s'immerger totalement et de s’imprégner des mots.

Je suis restée avec une impression d'attente que l'histoire commence réellement. Non pas faute de rebondissement, mais peu-être parce que je n'accrochais avec aucun personnage, que ce soit la narratrice ou le fameux Parleur, ainsi que ses compagnons. Je voulais les découvrir en profondeur afin de pouvoir trouver quelque chose qui me fasse les aimer et m'identifier mais je suis restée sur ma faim.

Le scénario en lui-même ne m'a pas suffi à me faire prendre plaisir à partager les aventures de Vini, Parleur et leurs péripéties m'ont parues fastidieuses.

Néanmoins je dois dire que l'ensemble était avant tout une réflexion philosophique sur l'humain et la société et que je n’étais peut-être pas dans l'état d'esprit pour l’apprécier pleinement à sa juste valeur.

J'espère donc que vous vous ferez votre propre idée de ce roman d'un auteur que j’apprécie, et que vous passerez un bon moment.

 

Chroniques d'un rêve enclavé

Ayerdhal

Livre de Poche

448 Pages

8.10€

 

Chroniques de Fiona

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 23/10/2016