Le Boucher, de Olivier Gay

boucher.jpg

Quatrième de couverture

Qui est donc cette mystérieuse Deria, belle et talentueuse, flamboyante et arrogante, qui vient déranger Mahlin durant sa garde pour demander à voir l’Empereur ? Qui est son père, pour qu’elle soit aussitôt accueillie, bien traitée, intégrée à la cour ?
La question se pose de manière plus brutale lorsqu’on la retrouve assassinée. Et Mahlin, accompagné de Shani la jeune servante, se retrouve au coeur d’une conspiration qui menace d’entraîner l’Empire tout entier dans la tourmente.
Car le père de Deria n’entend pas laisser le crime impuni. Vingt ans après avoir gravé sa légende en lettres de sang, le Boucher reprend du service.

Chronique de Garlon

Voici un nouveau premier tome de fantasy vraiment très bien construit.

Malhin est un garde du palais de l’Empereur. Un jour, une jeune noble, Deria, se présente aux portes. Se liant d’amitié avec elle, Malhin, et une jeune servante, Shani, passent beaucoup de temps à ses côtés... Jusqu’au jour où la noble est assassinée.
Abattus par la nouvelle, et se rendant compte que les autorités tentent de cacher la venue de Deria, Malhin et sa jeune amie entreprennent un voyage vers le grand Nord, afin de prévenir le père de la noble, le baron de Froideval, de la mort de celle-ci.
Mais cet homme est bien plus d’un simple baron, c’est un homme de légende, un barbare de la pire espèce qui n’aura de repos que lorsqu’il aura vengé sa fille, quitte à mettre l’Empire à feu et à sang.
Un quête de vengeance commence alors pour les deux amis, aux côtés du baron, le Boucher.

Malgré quelques petites difficultés au début du livre, j’ai vraiment adoré cette histoire.

Au départ, j’ai eu un peu de mal avec un aspect en particulier : je trouvais les réactions de certains personnages trop impulsives et exagérées. Je pense notamment à Malhin et sa décision subite de tout abandonner pour aller voir le père de Deria. Quelques réactions du genre m’ont fait un peu peur, car je pensais que j’allais me retrouver dans une histoire décousue avec des personnages aux comportements incohérents.
Mais ce ne fût pas du tout le cas et, au plus ma lecture avançait, au plus je me retrouvais fasciné par cette superbe histoire magnifiquement travaillée.
L’idée de faire venir un personnage tombé dans la légende de cet univers pour une histoire de vengeance est vraiment très bonne. On suit fasciné les périples de Malhin et Shani durant leur voyage pour prévenir le père de Deria, leur stupéfaction de découvrir le Boucher bien vivant et le développement de la terrible histoire de vengeance qui suivra.
La violence est fort présente dans le récit, ce qui donne une bonne dose d’action, comme on pourrait s’y attendre avec un personnage comme le Boucher dans l’un des rôles principaux. Mais ce n’est pas de la violence gratuite (enfin, pas toujours), et un fil conducteur très bien développé mène la danse.
En effet, l’intrigue, bien que pouvant au premier abord paraître pour une “simple histoire de vengeance” est bien plus développée que ça, et amène le lecteur a réfléchir sur l’identité du meurtrier, mais également sur d’autres aspects de l’histoire, développant ainsi les choses et permettant au lecteur d’en apprendre plus sur l’univers créé par l’auteur, et qui est vraiment très bien conçu.
Et la fin ! Ce n’est pas humain de faire souffrir le lecteur comme ça ! On se retrouve avec une fin vraiment épique, on pense qu’on va avoir la conclusion de l’histoire (personnellement, avant la fin, je pensais que c’était une histoire en un tome), et on se retrouve avec une phrase attroce, qui m’a fait souffrir tellement je voulais savoir ce qui allait suivre : “Fin du tome 1”. Quelle souffrance de voir cela alors qu’on est complétement pris par l’histoire. Mais bon, ça veut aussi dire qu’elle sera bien plus longue que je le pensais, ce qui n’est pas plus mal. Mais j’espère que la suite sera vite éditée, parce que je ne tiendrai pas, l’attente est une souffrance.

Le style de l’auteur est fort fluide et agréable. Il sait vraiment mettre de l’adrénaline dans son écriture, ce qui fait que l’histoire défile à une vitesse folle. J’ai vraiment adoré le fait que l’histoire avance rapidement, sans temps mort, et avec beaucoup d’action. Ca fait du bien d’avoir de temps en temps une histoire qui avance si vite.
Par contre, le style peut parfois paraître un peu maladroit et j’ai été plusieurs fois ennuyé par quelques coquilles, comme des mots manquants et quelques fautes d’orthographe. Mais cela est assez rare et le texte reste donc d’une très bonne qualité.

Au niveau des personnages, j’ai eu quelques difficultés avec certains d’entre eux.
Par exemple, j’ai eu beaucoup de mal à accrocher à Mahlin, le trouvant souvent ridicule, bête et impulsif, et cela m’a empéché de clairement me sentir proche du personnage, ce qui est assez dommage.
Par contre, d’autres personnages accrocheront davantage le lecteur, comme Rekk, ce Boucher impitoyable qui cherche à venger sa fille, Mandonius, ce duc au comportement si charmant mais au pouvoir énorme, et Shani, cette jeune servante qui s’affranchit au fur et à mesure du récit.
Au niveau des “méchants”, j’avoue que je voue une haine sans nom pour l’Héritier, ce personnage que l’auteur a réussi, avec un grand talent, à rendre totalement détestable, faisant que le lecteur ne pourra que souhaiter sa mort.
Des personnages secondaires, comme Dareen, sont également très bien conçus et raviront le lecteur de par la force de leur caractère.
Sentimentalement, le lecteur pourra se sentir assez proche de certains personnages, bien que ce soit un peu plus compliqué avec d’autres.

En bref, nous avons ici une superbe histoire qui a eu, je trouve, un peu de mal à démarrer mais qui se retrouve ensuite d’une excellente qualité, avec une intrigue intéressante, beaucoup d’action, un beau style d’écriture, bien que pouvant paraître par moment un peu maladroit, et des personnages très bien conçus dans l’ensemble, qui ne laisseront pas le lecteur indifférent.

Un superbe livre que je ne peux que conseiller.

Pour ma part, il me reste à ronger mon frein en attendant la suite.


Le Boucher

Olivier Gay

Midgard

580 pages

16,50 €


Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau