Le crépuscule des anges, de Corinne Guitteaud

 

 

Quatrième de couverture

Lynn Bellange et sa coéquipière, Camille Gasquez, se retrouvent au mauvais endroit, au mauvais moment. Et pour cela, Camille va mourir, tuée par un homme mystérieux qui n’a eu qu’à brandir sa canne à tête de démon pour que la jeune femme s’écroule sans vie. Lynn n’a pas l’intention de le laisser s’en tirer comme ça et se lance dans une enquête qui va la conduire… droit en enfer. C’est qu’à Trinity, Anges et Démons préparent l’avènement du Libre Arbitre. Et il se pourrait bien que la jeune femme ait son rôle à jouer dans l’Apocalypse qui va survenir.

Une enquête qui commence dans les bas-fonds de la ville de Trinity et se termine en enfer !

 

Chronique d’Ailayah

Tout d’abord, un grand merci à Corinne Guitteaud et aux éditions Voy’el pour m’avoir permis de lire ce roman. Je suis vraiment heureuse de l’avoir découvert car ce fut une agréable surprise.

Ce genre de couverture ne m’attire pas vraiment d’habitude, mais là c’est en lisant la quatrième de couverture que ça m’a vraiment intrigué et donné envie de le lire malgré tout. Ce fut un bon choix. Corinne Guitteaud sait manier la langue et la narration. Elle arrive malgré un nombre très important de personnages et de temps différents à ne pas nous perdre dans une histoire complexe que l’on découvre au fil des pages. Ce qui nous semble au départ une simple histoire de meurtre et d’assassin-monstre se révèle en fait être un complot bien plus complexe qui veut précipiter l’Apocalypse sur Terre. Je dois dire que je ne m’attendais pas à ça, et en cela c’est déjà une belle réussite.

Dès le départ, l’auteure s’amuse avec les temps. On change sans cesse de lieu et d’époque, revenant parfois 3000 ans en arrière, parfois seulement d’une semaine et allant même à un moment donné dans le futur. Ce jeu temporel m’a beaucoup plu car cela donne un rythme effréné à l’histoire. On découvre les choses au fur et à mesure. Chaque élément de compréhension arrive au moment voulu et on a du mal à ne pas être entrainé dans cette course folle qui nous conduit tout droit vers l’Apocalypse.

Pour tous les fans des mythologies, des contes et des légendes quelqu’elles soient, ce livre est vraiment fait pour vous. Corinne Guitteaud se réapproprie chaque mythe pour l’intégrer et lui donner sens dans son univers. Bien sûr, on n’est pas obligé d’être d’accord avec sa vision de certaines choses, pour ma part je n’ai pas forcément aimé son interprétation de la religion chrétienne et sa réécriture ou plutôt déformation de la bible. Cela dit, c’est pour moi une œuvre de fiction et ce qu’elle fait de son univers, c’est à elle de le choisir, je respect totalement ses choix, sans pour autant adhérer à certains côtés. C’est vraiment un univers riche dans lequel on peut retrouver des personnages comme Victor Hugo aux côtés de Lucifer, d’Orphée ou de l’archange Gabriel.

Ce que j’ai réellement apprécié c’est que malgré le nombre de protagonistes, on s’attache à chacun d’entre eux. Par des éléments de leurs vies, des sentiments, des réflexions, on apprend à vraiment les connaître et on s’attache vraiment à eux. Le seul petit reproche que je ferai par rapport aux personnages, c’est qu’ils ont plusieurs noms ou surnoms, et on met parfois un peu de temps avant de comprendre qu’on parle bien du même personnage.

Si on se sent perdu ou dérouté à certains moments du livre, ça ne nous empêche pas de tout comprendre à la fin et de continuer à lire jusqu’au bout car comme je l’ai dit, on est vraiment happé par cette histoire et on suit ces personnages (Ishmael, Harfang, Lynn, Liberté, Matthew, le Premier, Heiden, Kali et tous les autres) avec beaucoup de plaisir à travers le temps et l’espace. C’est sombre, c’est violent, c’est rythmé et c’est bourré de références culturelles. Pour tous les fans de mythologie que la multitude de personnages n’effraie pas, ce livre est pour vous !

 

Le crépuscule des anges

Corinne Guitteaud

Voy’el

310 pages

20€

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/03/2012