La Geste de Wolveric 1 : Les Ombres de Nemain, de Denis Labbé

nemain.jpg

Quatrième de couverture

Après quatre siècle de paix, l'Empire de Llyr voit ses frontières menacées. Heureusement que dans les Marches, des hommes s'opposent avec la vaillance du désespoir à cette invasion programmée. Parmi eux, Wolveric, le fils d'un barde devenu soldat pour rejoindre les siens dans la mort. Flanqué d'un gigantesque Phooka qui l'a pris sous son aile, il va devenir l'instrument du destin. Envoyé dans l'Autre Royaume, il va découvrir la richesse d'un monde que chantait son père, affronter des êtres qui le terrifiaient et se rendre compte que l'univers est bien plus complexe qu'il ne le pensait. Lorsque l'avenir de plusieurs peuples reposent sur les épaules d'un jeune homme désireux de mourir, quel espoir reste-t-il ?

Chronique de Garlon

Replongeons-nous en plein dans la fantasy.

Il y a des siècles, les hommes se sont séparés de la magie et de toutes les autres créatures.
Mais voila que, maintenant, les créatures de l’Autre Royaume, les terres de l’autre côté du mur, commencent à lancer des attaques contre l’Empire, dans le but de l’envahir.
Wolveric, jeune soldat désirant mourir depuis le décès de sa famille face à des attaques de monstres, se voit confier, avec son étrange ami le Tors, créature de l’Autre Royaume s’étant ralliée à l’Empire, la charge de passer le mur et de partir en éclaireur, afin de comprendre un peu mieux ce qui menace les terres des hommes.
Commence alors une grande quête dont dépendra probablement l’avenir des hommes et qui apportera son lot de sombres découvertes. Car les complots ourdits par l’Autre Royaume ont l’air bien plus sombres que ce à quoi ils s’attendaient.

Je ressors de cette lecture avec un avis un peu négatif, plusieurs aspects m’ayant un peu dérangés.

Au niveau de l’histoire, il m’a fallu un peu de temps avant d’accrocher. Au début, voyant la façon dont les évènements commençaient à évoluer, j’ai eu peur de ne retrouver dans ce livre que du déjà vu. Mais, heureusement, l’originalité vient petit à petit pointer le bout de son nez avec les diverses créatures (certes en général déjà connues des lecteurs de fantasy, mais malgré tout différentes sous certains aspects), les complots, le personnage de la mort qui fait ses comptes (j’ai fort aimé l’idée) et divers autres aspects. Un rattrapage assez satisfaisant à ce niveau, donc.
L’action est vraiment très présente, avec beaucoup de combats et d’évènements fantastiques et stressants qui plairont aux lecteurs.
Tout cela prend petit à petit une tournure assez passionnante qui aura l’avantage de captiver le lecteur.
Là où l’histoire m’a un peu moins plue, c’est au niveau de la prévisibilité. En effet, j’ai trouvé que la quasi intégralité de l’histoire était beaucoup trop prévisible, que ce soit au sujet de la véritable identité du Tors, de celle du prisonnier du “maître”, ou encore des complots qui s’ourdissent. J’ai trouvé cela assez dommage, car ça m’a fort gâché ma lecture.
J’ai également trouvé que l’auteur s’attardait parfois sur des passages de l’histoire assez superflus et pouvant paraître inintéressants au lecteur.
La fin est un peu décevante. Bien que je comprenne son utilité au vu du complot qui est mis en place, des plans du “maître”, je pensais qu’elle serait un peu différente, disons un peu plus “épique”, car je l’ai trouvée fort soudaine.
Mais elle permet malgré tout de préparer le lecteur au second tome qui, au vu des quelques éléments qui nous sont montrés, va certainement être haut en couleurs.

Concernant le style de l’auteur, il est en général assez fluide et agréable à lire, et le point fort en est, je trouve, les descriptions, car elles permettent de bien se mettre en tête les paysages et personnages, ce qui est fort important.
Par contre, j’ai trouvé que l’auteur s’attardait parfois dans des description superflues et pas forcément utiles, ce qui alourdissait un peu la lecture et peut perdre le lecteur.
Un gros point négatif pour ce qui est de l’utilisation de la langue dans le livre, car de très nombreuses coquilles en tous genres sont présentes. Que ce soient des fautes de ponctuation, d’orthographe, de grammaire, des mots manquants, des répétitions, ou encore l’utilisation de plusieurs mots synonymes qui se suivent, il y en a vraiment beaucoup, et cet aspect gâche fort la lecture du livre, car elles sont très flagrantes.

Pour ce qui est des personnages, j’avoue ne pas avoir fort accroché. Ils sont très bien travaillés et intéressants, et sont chacun assez uniques, mais j’ai eu beaucoup de mal à me sentir proche d’eux. J’avoue même avoir parfois eu du mal avec Wolveric, tellement ça peut devenir lourd de l’entendre se plaindre de la mort de ses parents, de l’entendre appeler la mort...

En bref, une petite déception avec ce livre qui manque parfois d’originalité (mais qui finit par se rattraper à ce niveau). Il est un peu trop prévisible, la fin est trop simple (tout en laissant quand même présager du très bon pour le tome 2), des descriptions parfois inutiles peuvent ennuyer le lecteur, les personnages, bien que très bien travaillés, ne sont pas accrocheurs, et de très nombreuses coquilles gâchent fort la lecture. Mais l’action est très présente et l’évolution de l’histoire arrivera, malgré la prévisibilité, à passionner le lecteur.

Je pense que ce livre plaira davantage aux personne souhaitant découvrir la fantasy qu’aux lecteurs assidus du genre.

Un avis un peu négatif pour ce premier tome, mais qui ne m’empêchera pas de découvrir la suite, celle-ci promettant de bons moments.


Les Ombres de Nemain

La Geste de Wolveric, tome 1

Denis Labbé

Midgard

466 pages

15,50 €


Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 02/07/2012