Le Chant de la Malombre 1 : Tueurs de dragons, de Gaëlle K. Kempeneers

malombre.jpg

Quatrième de couverture

Un jour, la terre est tombée malade et les dragons sont devenus fous. Pendant quelques Jours Sanglants, ils ont ravagé les royaumes des hommes avant de se réfugier dans la Morteterre, ce nouveau territoire qui ne cesse de s’étendre comme une gangrène. Depuis, les peuples de la Viveterre vivent sous une épée de Damoclès permanente, reculant sans cesse face à l’avancée de la magie des terres noires : la Malombre. Une nouvelle caste de chevaliers a été créée dans la douleur, le sang et la folie. Les Tueurs de Dragons qui luttent pied à pied, jour après jour, contre l’avancée inexorable de la Morteterre. Une lutte qui semble perdue d’avance...

Chronique de Garlon

Plongeons en plein dans la fantasy avec cette nouvelle série.

Les dragons sont devenus fous et ont commencé à s’attaquer à la terre des hommes il y a 11 ans, dans une période appelée les Jours Sanglants. Suite à cela, la Malombre a commencé à s’étendre et à corrompre hommes et créatures. La Morteterre se répend et prend peu à peu le dessus sur la Viveterre.
Face à cette menace, une nouvelle caste a été créée dans un château de Valfermé : les Tueurs de Dragons. C’est leur histoire, ainsi que celle de certaines autres personnes liées à ce château, que nous découvrons ici, nous, les lecteurs, témoins silencieux de leur lutte pour la survie de leur monde.

C’est un premier tome pas mal, malgré quelques défauts présents.

L’histoire est assez bien trouvée, sans être exceptionnelle pour autant. Le lecteur prendra plaisir à découvrir le monde créé par l’auteur, à apprendre son histoire et à rencontrer ses créatures extraordinaires et fascinantes. La construction du monde est très bien faite, mais on remarque que certaines des grosses idées ne sont pas toutes originales, certaines pouvant rappeler assez fort d’autres récits du genre et cela enlève donc un peu de l’originalité. Mais cela est présent sur certains aspects, et non sur l’ensemble de l’histoire, ce qui fait que celle-ci reste malgré tout démarquée des autres oeuvres.
Nous avons assez d’action, des mystères et nombre d’évènements passionnants. Cela permet de rapidement captiver le lecteur, qui est assez pris par les évènements. Mais malheureusement cette attraction du lecteur se perd parfois, car il arrive que l’histoire traîne un peu sur des évènements sans importance.
Il y a par contre un aspect qui m’a assez dérangé, et je dirais qu’il s’agit du plus gros défaut du livre : l’auteur a voulu faire beaucoup de personnages, et on se doute que son but est de faire se croiser leurs destinées plus tard. Le problème avec cela, c’est qu’on passe sans cesse d’un personnage à l’autre, on n’entend pas parler de certains pendant un long moment avant de revenir vers eux, etc. Cela a pour conséquence de perdre un peu le lecteur, qui voit sa lecture “cassée” par un changement de personnage. De plus, ils sont si nombreux qu’il faudra beaucoup de temps au lecteur pour se rappeler qui est qui lorsqu’on change, surtout concernant certains personnages moins présents. Certains d’entre eux vont même jusqu’à disparaitre un peu de la scène. J’aurais personnellement préféré cette histoire avec moins de personnages “principaux”, afin de se concentrer plus sur l’histoire de certains d’entre eux.

Au niveau du style de l’auteur, j’avoue que, bien qu’il soit la plupart du temps assez fluide et agréable à lire, certains aspects m’ont dérangé.
Les descriptions sont très bien faites, et le lecteur n’a donc aucun mal à s’imaginer les paysages et personnages, et le style fluide de l’auteur permet de faire défiler l’histoire assez rapidement. Par contre, j’ai trouvé que l’auteur avait parfois tendance à s’attarder sur des détails qui sont de peu d’importance, ralentissant ainsi assez le récit.
De plus, dans la version du livre que j’ai lu (version ebook), d’assez nombreuses coquilles, ainsi que des fautes d'orthographe et mots manquants sont présents, et cela est assez dérangeant, gâchant parfois un peu la lecture.
J’ai également trouvé que le style était parfois un peu maladroit, notamment sur certaines tournures de phrase.

Concernant les personnages, ils sont assez bien travaillés et le lecteur s’en sentira assez proche. Malheureusement, une grande partie de cette proximité tombe car il y a beaucoup trop de personnages, et on en change trop souvent que pour vraiment se sentir proche d’eux et bien les connaitre.
Il y a malgré tout quelques grands moments d’émotion très bien faits qui attendriront le lecteur et pourraient même lui faire avoir les larmes aux yeux.

En bref, nous avons ici un livre assez original tout en restant dans des idées d’autres livres du genre, avec une histoire bien construite et assez passionnante. Le trop grand nombre de personnages “principaux” est assez dérangeant car on change tout le temps, ce qui perd un peu le lecteur, et on n’a pas vraiment le temps de fort s’accrocher à eux. Le style de l’auteur, bien qu’assez fluide et agréable, est parfois maladroit et de nombreuses coquilles et fautes de français sont présentes.

Mais malgré ses défauts, j’ai bien aimé ce livre et suis assez impatient de découvrir la suite.


Tueurs de dragons

Le Chant de la Malombre, tome 1

Gaëlle K. Kempeneers

377 pages

22 €


Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau